Les historiens russes face au passé soviétique

S’il est un domaine où l’idée de convergence chère à Andrei Sakharov s’est réalisée au-delà de toutes les attentes, c’est bien dans l’historiographie récente de ce que l’on peut aujourd’hui appeler, avec le recul du temps, la « période soviétique de l’histoire russe ». Exemplaire est, à cet égard, la page de garde de Tragedia sovetskoi derevni (La tragédie des campagnes soviétiques), fondamental recueil de documents en 5 volumes sur la collectivisation des campagnes et ses conséquences, paru à Moscou, aux éditions Rosspen entre 1999 et 2007 : ont participé à cette édition l’Institut d’Histoire russe de l’Académie des Sciences de Russie, cinq des plus importants centres d’archives de Russie (dont les Archives centrales du FSB, la Sécurité d’Etat), mais aussi les Universités de Boston, Toronto, Melbourne, Birmingham et Séoul, dont les meilleurs spécialistes ont assisté le maître d’œuvre du projet, Viktor Petrovitch Danilov, le grand historien du monde paysan soviétique des années 1920 et 1930 disparu en 2004, l’un des « chestidessiatniki » reconnu et respecté par toute l’intelligentsia libérale russe.

Autre exemple éclairant les échanges entre historiens occidentaux et russes : la prestigieuse collection (une centaine de volumes) Istoria Stalinisma, lancée au début des années 2000 par Andrei Sorokin, aujourd’hui directeur du RGASPI1, comprend aujourd’hui 25% d’ouvrages récents de spécialistes occidentaux traduits en russe. Quant aux échanges universitaires, ils se sont considérablement développés ces dernières années. On ne compte plus les étudiants en Master et les doctorants en histoire russe et soviétique qui, par le biais du Collège universitaire français de Moscou ou de l’Ecole supérieure de Moscou en sciences sociales et économiques, partent étudier en France ou à l’étranger. Reviendront-ils faire une carrière universitaire en Russie est une autre question, fondamentale pour l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur en Russie.

Contrairement à d’autres milieux – notamment la nébuleuse des « médias de masse » – instrumentalisés par la propagande gouvernementale, le milieu savant des historiens professionnels, qui n’a pas oublié le temps où l’histoire servait de science légitimatrice du système politique soviétique, est resté remarquablement imperméable à l’agitation patriotico-nationaliste de ces dernières années. Les très rares historiens qui continuent à porter une appréciation positive sur Staline, à minimiser la violence du stalinisme et à trouver au Goulag des « vertus éducatrices »2, ou à justifier les annexions soviétiques consécutives au pacte germano-soviétique3, sont marginalisés dans le milieu professionnel, même s’ils bénéficient d’une certaine audience dans les médias. Pour autant, les historiens contemporanéistes russes sont loin de porter une opinion unanime sur les questions politiques d’actualité, le régime de Vladimir Poutine ou leur implication dans la sphère publique. Ainsi, certains spécialistes de l’histoire du Goulag, comme Galina Ivanova, acceptent de conseiller, voire de superviser la muséographie du nouveau Musée du Goulag, à Moscou, tandis que d’autres, proches de l’association Mémorial, se refusent à cautionner cette entreprise qu’ils jugent « pilotée » par le Pouvoir.

Contrairement à une opinion répandue, l’accès aux archives qui a permis aux historiens travaillant sur la période soviétique – ou plus exactement sur les années 1917-1964, date de la chute de Nikita Khrouchtchev – de renouveler en profondeur cette histoire, ne s’est pas refermé. Ce qui était inaccessible dans la première moitié des années 1990 l’est resté: la plupart des archives du FSB ( Sécurité d’Etat), du MID (ministère des Affaires étrangères), tout ce qu’on appelle les vedomstvennye arkhivy – les archives d’institutions – restent très difficiles d’accès. Pour le reste, le processus de déclassification suit son rythme de sénateur. Cela prend du temps, beaucoup de temps, mais ce n’est pas le seul endroit au monde où cela se passe ainsi. Ce processus, que les historiens ne maîtrisent pas, reste opaque ; on ne comprend pas pourquoi tel fond est déclassifié et tel autre pas. En outre, il se passe encore un an, voire plus, entre le moment où les documents sont déclassifiés et le moment où ils deviennent véritablement accessibles en salle de lecture. Durant ce laps de temps, nombre de documents tout juste déclassifiés circulent et sont consultés dans des bureaux annexes par des historiens ayant un « accès privilégié », de par leur notoriété, les contacts personnels qu’ils ont su établir – souvent de longue date – avec les archivistes.

Avant de présenter quelques uns des champs de recherche les plus renouvelés par les historiens russes depuis le début des années 1990 – et ils sont nombreux – soulignons une spécificité forte de la production historique russe  contemporaine: la compilation de recueils de documents d’archives. Selon l’un des doyens des historiens de l’URSS, Alter Litvin, éminent spécialiste de la guerre civile russe, cette spécificité répondrait à la peur de voir les archives se refermer mais aussi au profond désarroi ressenti par sa génération d’historiens soviétiques conscients d’avoir écrit des « travaux scientifiquement et moralement dépassés ». Compiler des recueils de documents d’archives serait, d’après Alter Litvin, « le meilleur moyen de travailler pour les générations futures »4. Intéressante, cette explication ne convainc pas entièrement: nombreux sont, en effet, les jeunes historiens formés après la chute de l’URSS qui se sont lancés, eux aussi, dans la publication de recueils d’archives. Est-ce le signe d’une aspiration – illusoire – à une forme « d’objectivité », voire à une « histoire positiviste » débarrassée de toute « idéologie » ? Toujours est-il que le phénomène est massif. C’est par centaines que se comptent les épais recueils de documents d’archives publiés souvent par les éditeurs les plus prestigieux comme Rosspen. Parmi les collections les plus remarquables, et les plus utiles pour de futures monographies, citons celles dirigées par V.P.Danilov, sur les campagnes soviétiques d’avant la Seconde guerre mondiale, Tragedia sovetskoi dereveni, 1927-1939, déjà mentionnée, et Sovetskaia derevnia glazami VCK-OGPU-NKVD, 1918-19395 ; la monumentale Istoria Stalinskogo Gulaga, en 7 volumes, publiée par les éditions Rosspen en 2004 ; la correspondance entre Staline et Kaganovitch, 1931-1936, éditée par Oleg Khlevniuk6 ; les deux volumes Loubianka, Stalin i glavnoie upravlenie GB NKVD, 1937-19387, indispensables pour comprendre les mécanismes de la Grande Terreur ; les volumes Reabilitatsia : kak eto bylo, 1953-natchalo 80x-godov 8 qui éclairent les avancées et les limites du processus de reconnaissance et de réhabilitation des victimes du stalinisme entre la mort de Staline et l’arrivée au pouvoir de Mikhail Gorbatchev. Ces recueils de documents, où les rapports bureaucratiques estampillés « strictement confidentiel » et les correspondances secrètes entre les plus hauts dirigeants du pays ont la part belle, ne sont pas toutefois uniquement centrés sur l’histoire politique. Un certain nombre d’entre d’entre eux présentent des sources passionnantes pour l’histoire sociale émanant des citoyens soviétiques eux-mêmes : lettres, suppliques et dénonciations envoyées aux dirigeants (Pisma vo vlast 9), correspondances privées saisies par la censure, sténogrammes de réunions pré-électorales, syndicales ou de cellules de base du Parti ( Sovetskaia jizn’, 1945-1953)10.

Ce bref aperçu de quelques uns des plus remarquables recueils de documents publiés au cours des vingt dernières années esquisse les contours des grandes thématiques sur lesquelles les historiens russes ont travaillé : la question du pouvoir stalinien, de la violence étatique, des rapports entre le régime et la société, le Goulag, les transformations du monde paysan. Malgré quelques travaux remarquables, notamment ceux de Boris Kolonitskii qui, par son étude sur la culture politique révolutionnaire, a bousculé l’historiographie traditionnelle, à la fois soviétique et occidentale, de l’année 191711, d’Oleg Boudnitskii et d’Alter Litvin sur la guerre civile12, la plupart des ouvrages majeurs parus depuis les années 1990 portent sur le stalinisme. A commencer par les travaux d’Oleg Khlevniuk, qui a profondément renouvelé notre compréhension des mécanismes de la dictature stalinienne. Depuis ses premiers livres sur le fonctionnement du Politburo13 jusqu’à la « somme » publiée récemment par Yale University Press, Stalin : New Biography of a Dictator, Oleg Khlevniuk s’est attaché à analyser, en profondeur, à partir d’une documentation inédite, les ressorts internes de la dictature stalinienne, d’en saisir l’évolution depuis les années de consolidation du pouvoir personnel ( fin des années 1920-début des années 1930) au cours desquelles Staline imposa sa « logique de clan », policière et despotique, en restreignant les sphères d’autonomie des administrations du Part-Etat, jusqu’au début des années 1950, marquées à la fois par des dérives antisémites et nationalistes et par une remarquable manipulation, par le dictateur vieillissant, des différentes factions gravitant autour de lui.

Si Oleg Khlevniuk appartient à la génération d’historiens qui ont commencé leur carrière académique après la chute de l’URSS, c’est à la génération précédente des « istoriki agrarniki » – V.P.Danilov, I.E.Zelenin, N.I.Ivnitskii – que l’on doit l’essor des études sur la paysannerie soviétique, l’un des champs les plus féconds et les plus renouvelés de la nouvelle historiographie russe. Bridés durant la « restalinisation idéologique » de la longue période brejnévienne, ces chestidessiatniki, qui avaient eu accès, dans les années 1960, à un certain nombre de fonds d’archives éclairant la catastrophe de la collectivisation forcée des campagne, les disettes et les famines qui s’en étaient suivies, mais qui n’avaient pas pu publier les résultats de leurs recherches, ont initié, dès le début des années 1990, de grands projets d’étude du monde rural de la Révolution de 1917 à la Seconde guerre mondiale. Avec leurs élèves (V.Kondrachin, S.Krasilnikov et d’autres), ils ont profondément renouvelé l’histoire de la collectivisation forcée, mis à jour l’ampleur des résistances paysannes (près de 14 000 manifestations, émeutes et insurrections au cours de la seule année 1930 !), étudié les meurtrières famines du début des années 1930 (6 millions de morts). Insistant sur l’immense traumatisme occasionné par la politique stalinienne vis-à-vis des campagnes, rejetant le terme consacré de « dékoulakisation » (qui implique que la violence ne se serait portée que sur une infime minorité de « paysans aisés » ou « koulaks »), V.P. Danilov a introduit un nouveau concept, celui de « raskrestianivanie » (« dé-paysannisation ») pour caractériser les conséquences profondes et à long terme de l’offensive de l’Etat stalinien contre les campagnes au début des années 1930. Des pans entiers d’une histoire enfouie ont été exhumés, notamment le sort des millions de paysans déportés vers les régions inhospitalières du pays (Sibérie, Oural, Kazakhstan, Nord de la Russie), avec le statut de « déplacés spéciaux ». L’histoire de ces « déplacés spéciaux » (spetzpereselentsy), totalement occultée, y compris par la grande « littérature goulaguienne » émigrée des années 1970-1980, a fait l’objet de remarquables études et monographies régionales et est devenue un champ à part entière de l’historiographie russe des vingt dernières années14. Certains représentants de l’école des istoriki agrarniki, notamment Viktor Kondrachin, le meilleur spécialiste russe des famines du début des années 1930, sont aux avant-postes d’une vive polémique avec leurs collègues ukrainiens à propos de la spécificité du Holodomor, nom donné par les historiens ukrainiens à la « famine-génocide » de 1932-1933 en Ukraine. Comme ses aînés (V.P.Danilov, I.E.Zelenin, N.I.Ivnitskii), V.Kondrachin récuse toute intentionnalité génocidaire de la part de Staline vis-à-vis des paysans ukrainiens en particulier, considérant que la famine en Ukraine ne diffère fondamentalement pas des autres famines ayant frappé au même moment le Kazakhstan, les régions de la Volga, la région centrale des Terres noires et, à un moindre degré, de nombreuses autres régions soviétiques. Pour V.Kondrachin, toutes ces famines, conséquence directe, mais non prévue et encore moins programmée de la politique stalinienne de collectivisation forcée et de prélèvements étatiques totalement disproportionnés aux récoltes, sont une « tragédie commune »15.

L’histoire du Goulag constitue un autre champ majeur de recherche pour les historiens russes. Jusqu’à la fin des années 1980, c’est principalement à travers les témoignages de détenus (devenus dans certains cas des œuvres littéraires majeures) qu’il était possible d’appréhender l’univers caché des camps soviétiques. Depuis le début des années 1990, les immenses massifs documentaires de l’administration du Goulag sont devenus accessibles et ont été abondamment exploités tant par les chercheurs russes qu’étrangers. Dans une première étape, très « positiviste », de réappropriation du Goulag comme objet d’histoire, les historiens se sont efforcés d’établir des faits et d’exhumer des données fiables sur le nombre de détenus, objet de vifs débats avant l’ouverture des archives, les types de condamnations, la durée des peines, les taux de mortalité, la sociologie des détenus, la géographie et la localisation des camps. Exemplaires de cette démarche sont les travaux pionniers de Viktor Zemskov16 ou d’Arsenii Roginskii et de Nikita Okhotin, deux historiens de l’association Memorial, maîtres d’œuvre d’un Annuaire des camps de travail en URSS, 1923-196017. Cet ouvrage, paru en 1998, recense pour la première fois l’ensemble des camps de travail et donne une fiche signalétique détaillée de plus de 500 structures concentrationnaires (glavki et directions de camps). Sa lecture révèle à quel point les connaissances empiriques accumulées grâce aux témoignages des détenus jusqu’au début des années 1990 étaient dérisoires face à cet immense massif caché du Goulag, d’autant plus difficile à circonscrire qu’il était en perpétuel mouvement et soumis à d’incessantes restructurations administratives et économiques. Dans une seconde étape ( à partir du début des années 2000), les historiens du Goulag se sont plutôt orientés soit vers des monographies, assez difficiles à écrire étant donné la mauvaise conservation, voire la perte, des archives locales des camps18, soit vers une approche thématique, transversale, de l’univers concentrationnaire, comme en témoigne notamment L’Histoire du Goulag stalinien, en 7 volumes, déjà citée, constitue à ce jour la publication de documents la plus complète sur l’univers concentrationnaire soviétique des années 1930 à 195619. Le Goulag y est analysé sous ses différents aspects, à la fois comme un lieu de répression, un système économique de travail forcé, une immense administration constituant un véritable « Etat dans l’Etat », une société avec ses codes, sa sociabilité, ses conflits internes, ses révoltes, sa vie quotidienne, ses relations avec le reste de la société « libre » fortement polluée par la « culture goulaguienne », un adulte soviétique sur six ou sept ayant, entre le début des années 1930 et le milieu des années 1950, fait l’expérience du camp ou de la déportation.

Plus généralement, les historiens russes ont abondamment exploré la question de la violence, centrale dans l’histoire du stalinisme. Les études se sont focalisées notamment sur les épisodes paroxystiques comme la « Grande Terreur » de 1937-1938, dont l’histoire, longtemps centrée sur les purges  des cadres communistes dirigeants et de l’intelligentsia et sur la face visible, voire « théâtrale », des répressions (« procès de Moscou »)20 a été entièrement revisitée à la lumière des « dossiers spéciaux » (osobye papki) du Politburo et des « ordres opérationnels  secrets » du NKVD relatifs aux « opérations répressives de masse » visant à éradiquer, sur une base de « quotas » (limity) attribués à chaque région, tous les « ennemis » du régime. En seize mois (août 1937-novembre 1938), plus de 700 000 personnes ont été fusillées en secret, à la suite d’une condamnation à mort prononcée par une juridiction d’exception – et un nombre encore plus important condamnées à une peine de 10 ans de travail forcé systématiquement reconduite. Ce moment paroxystique de la violence stalinienne a fait l’objet d’un nombre incalculable d’ouvrages et de monographies locales, tandis que des centaines de « livres de mémoire » (Knigi pamiati), publiés à l’initiative des branches régionales de l’association Memorial, tentaient de recenser et de nommer, une à une, chacune des victimes.

Si l’histoire de la violence a mobilisé un grand nombre d’historiens, l’histoire sociale a connu, elle aussi, un beau renouvellement. Pour les années 1930, Elena Ossokina a mis en évidence la nouvelle hiérarchie sociale, fondée sur un accès différencié au ravitaillement (« ierarkhia potreblenia ») régulé par l’Etat, qui s’est imposée « derrière la façade d’abondance stalinienne »21. Une autre historienne, Elena Zubkova, a profondément renouvelé notre connaissance de la société soviétique de l’immédiat après-guerre, une société traversée, après la terrible épreuve de la Grande Guerre Patriotique et ses 26 millions de morts, par de fortes aspirations au changement. Aspirations ressenties comme dangereuses par le régime et immédiatement réprimées22. L’histoire de la société soviétique durant la Grande Guerre Patriotique, longtemps étouffée sous des tombereaux d’histoire militaire ou d’hagiographie à la gloire de Staline, a elle aussi considérablement progressé. Sur le nombre des victimes, sujet longtemps tabou, tout d’abord, avec la publication remarquée, en 1993, d’un bilan détaillé des pertes militaires soviétiques ( 9 millions, dont près d’un tiers de prisonniers de guerre)23. Dans une historiographie occidentale en plein essor sur « la guerre à l’Est », les historiens russes ont apporté une contribution importante sur des thématiques « délicates », occultées jusqu’à ces dernières années. Pavel Polian a éclairé le sort tragique des prisonniers de guerre soviétiques et des Ostarbeiter, civils déportés par les autorités d’occupation nazies vers le IIIème Reich « victimes des deux dictatures »24 : exterminés ou soumis à un travail forcé ne laissant que peu de chances de survie par les Allemands, considérés comme des traîtres ou des parias par les Soviétiques. Nikita Lomagin, dans son étude sur le « blocus inconnu » de Leningrad25 ; Oleg Budnitskii, dans ses recherches sur le « défaitisme » répandu dans la société soviétique en 1941-1942 ou sur le comportement des militaires soviétiques en Allemagne en 194526 explorent des questions jamais abordées dans l’historiographie soviétique. Il en est de même des travaux de M. Semiriaga sur les formes d’accommodement et de collaboration de la population avec l’occupant nazi27.

 

Clairement, il n’existe plus de sujet tabou dans l’historiographie russe récente. Un signe éclatant de la bonne santé de la science historique dans la Russie d’aujourd’hui.


[1] Archives d’Etat de Russie en histoire politique et sociale.

[2] Cf. la série d’entretiens donnés par l’historien Iouri Joukov à Komsomolskaia Pravda, novembre 2002.

[3] Cf. M.I.Meltiukhov, Upushennyi chans Stalina. Sovetskii Soyuz i bor’ba za Evropu, 1930-1941, Moskva, 2002.

[4] Cf. le long entretien accordé par Alter Litvin à la revue Kritika, vol. 12/4 ( 2011), p. 940-965.

[5] V.P.Danilov, A.Berelowitch ( eds), Sovetskaia derevnia glazami VCK, OGPU, NKVD, 1918-1939, 5 vol, Moskva, Rosspen, 1998-2012. Une sélection de ces archives a été traduite en français et publiée par A.Berelowitch et N.Werth, L’Etat soviétique contre les paysans. Rapports secrets de la police politique, Paris, Tallandier, 2011.

[6] Stalin i Kaganovitch. Perepiska, 1931-1936, sous la rédaction d’O.Khlevniuk (Moskva, Rosspen, 2001)

[7] sous la rédaction de V.Khaustov, V.Naumov, N.Plotnikova, Moskva, Mejdunarodnyi Fond Demokratia, 2003, 2004)

[8] sous la rédaction de A.Artizov, Iu. Sigacev, I.Sevcuk, V.Xlopov, Moskva, Mejdunaronyi Fond Demokratia, 2003)

[9] Pisma vo vlast, 2 vol ( 1917-1927 ; 1928-1939) sous la rédaction de A.Livchin, I.Orlov, O.Khlevniuk (Moskva, Rosspen, 1999, 2002)

[10] Sovetskaia Jizn, 1945-1953, sous la rédaction de E.Zubkova (Moskva, Rosspen, 2003)

[11] B.I.Kolonitskii, Simvoly vlasti i bor’ba za vlast : k izuceniju politiceskoi kultury rossiiskoi revoljutsii 1917 goda ( Sankt-Peterburg, 2001)

[12] O.V.Budnitskii, Rossiiskie evrei mejdu Krasnymi i Belymi ( Moskva, Rosspen, 2006) ; A.Litvin, Krasnyi i Belyi terror v Rossii, 1918-1922 ( Moskva, Iauza, 2004)

[13] O.V.Khlevniuk, Stalinskoie Politburo v 30-ye gody ( Moskva, Airo-XX 1995). Parmi l’impressionnante bibliographie d’Oleg Khlevniuk, signalons : « Le cercle du Kremlin. Staline et le Bureau Politique dans les années 1930 (Paris, Le Seuil, 1998) ; avec Yoram Gorlitzki, Cold Peace : Stalin and the Ruling Circle, 1945-1953 (Oxford U.P.2005).

[14] On se bornera à citer ici les travaux de S.Krasilnikov sur les « déplacés spéciaux » en Sibérie occidentale, notamment les trois volumes de documents « Spetzpereselentsy v Zapadnoi Sibiri, 1930-1938 ( Novosibirsk, 1992-1996) et sa monographie Serp i Molokh. Krestianskaia ssylka v Zapadnoi Sibiri v 1930-ye gody (Moskva, Rosspen, 2003).

[15] Cf. Viktor Kondrachin, Golod 1932-1933 godov : tragedia rossiiskoi derevni, Moskva, Rosspen, 2008.

[16] Cf. les nombreux articles publiés par V.Zemskov dans la première moitié des années 1990 sur les statistiques du nombre des détenus et des déplacés spéciaux notamment dans Sotsiologiceskie Issledovanija et Otecestvennaia Istoria ainsi que sa monographie, Spetzposelentsy v SSSR, 1930-1960, Moskva, 2003.

[17] A.Roginskii, N.Okhotin ( dir), Ispravitel’no-trudovye lagerja v SSSR, 1923-1960.Spravocnik, Moskva, Memorial Iz, 1998

[18] Citons deux monographies remarquables : Viktor Berdinskikh, Istoria odnogo lageria, Moskva, 2001 ; Alexei Zakharchenko, Bezymianlag, Samara, 2014.

[19] Sur cette publication, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article, « Le Goulag au prisme des archives », in Elisabeth Anstett, Luba Jurgenson ( dir), Le Goulag en héritage. Pour une anthropologie de la trace, Paris, Ed. Petra, 2009.

[20] Exemplaire de cette orientation est l’ouvrage pionnier de Robert Conquest, The Great Terror, publié en1967 et réédité à de nombreuses reprises depuis.

[21] Elena Ossokina, Za fasadom « Stalinskogo izobilia », Moskva, Rosspen, 1998

[22] Elena Zubkova, Poslevoiennoie sovetskoie obschestvo. Politika i povsednevnost, 1945-1953, Moskva, Rosspen, 2000.

[23] G.F.Krivoseev ( ed), Grif Sekretnosti sniat. Poteri voorujennyx sil SSSR v voinax, boievyx deistviax i voiennyx konfliktax ( Moskva, Voienizdat, 1993).

[24] Pavel Polian, Jertvy dvux diktatur ( Moskva, Rosspen, 2002).

[25] Nikita Lomagin, Neizvestnaia Blokada, 2 vol (Sankt Peterburg, 2002).

[26] Oleg Budnitskii, « The Great Patriotic War and Soviet Society : Defeatism, 1941-1942 », Kritika, 15/4 (2014), 767-797 ; id, « The Intelligentsia meets the Enemy :Educated Soviet Officers in Defated Germany », Kritika, 10/3 ( 2009), 629-682.

[27] M.I. Semiriaga, Kollaboratsionizm : priroda, tipologia i projavlenia v gody Vtoroi Mirovoi Voiny, Moskva, 2001.