Des frontières héritées au Califat – archive de la table ronde des Rencontres d’Averroès

Nous publions ici, avec l’autorisation d’Emmanuel Laurentin que nous remercions, l’archive de La Fabrique de l’histoire diffusée ce jeudi 19 novembre. Nous reprenons ici, en ouverture, la nécessaire mise en contexte proposée par Emmanuel Laurentin en présentation de l’enregistrement du débat qui s’est tenu vendredi 13 novembre, à Marseille, dans le cadre des 22e rencontres d’Averroès.

 

« Vous l’avez noté depuis le début de cette semaine, La Fabrique de l’histoire a changé sa programmation à la suite des attentats de vendredi dernier. Des attentats qui se déclenchèrent deux heures après la fin du débat sur les frontières dans le monde arabe, sur Daech, et sur le retour du califat que nous vous proposons d’écouter ce matin.

C’était vendredi dernier, à Marseille. En ouverture des 22èmes rencontres d’Averroès qui avaient pour titre cette année « Méditerranée, un rêve brisé ». Nous avions rassemblé pour ces débats de nombreux spécialistes des tragédies méditerranéennes et des fractures qui séparent les rives de cette mer. A la suite des attentats, les quatre débats en public, les trois débats en public du samedi ont été annulés. Nous avons donc décidé de vous proposer ce matin le seul que nous ayons enregistré, car il s’y énonçait, alors qu’on n’imaginait pas encore les attentats à venir, nombre des analyses de fonds nécessaire à comprendre cette violence.

Un débat intitulé « Des frontières héritées au retour du Califat » avec Pierre-Jean Luizard, spécialiste de l’Iraq et auteur Du piège Daesh. L’état Islamique ou le retour de l’histoire chez A la Découverte ; Vincent Lemire, directeur du projet Open Jerusalem et auteur de Jérusalème 1900. La ville sainte à l’âge des possibles, publié chez Armand Colin et traduit récemment en arabe et en hébreu ; Julien Loiseau directeur du Centre de recherches français à Jérusalem et auteur d’un grand livre sur l’histoire des mamlouks publié dans la collection « l’univers historique » aux éditions du Seuil ; et enfin Malika Rahal, historienne, chercheuse à l’Institut d’histoire du temps présent, spécialiste de l’Algérie d’après la colonisation. »