15 février 14h30 : « Quand les sources dissonent. Retour sur la finale de la première coupe du monde de Football » Au séminaire doctoral écritures du temps présent

Nous publions ici un texte liminaire de Lorenzo Jalabert présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent au séminaire doctoral à 14 h 30 .

« Le 30 juillet 1930, les équipes de football d’Argentine et d’Uruguay s’affrontaient à Montevideo lors de la finale de la première Coupe du monde de la FIFA. Suite aux 90 minutes de jeux, ce furent finalement les hôtes de la compétition qui remportèrent la victoire sur leurs homologues argentins. Bien loin des préceptes du « fairplay » et des idéaux de la figure du « gentleman » ayant présidé à la création de ce sport un demi-siècle plus tôt, la situation s’envenima rapidement entre les deux voisins du Rio de la Plata. L’ambiance était vive autour du stade, les accrochages entre spectateurs des deux rives se multiplièrent. À Buenos Aires, une foule en colère caillassa le consulat uruguayen obligeant la police à intervenir. Les relais médiatiques s’emparèrent rapidement de la question. Les accusations fusèrent : d’avoir volé le match pour les uns, d’être de mauvais perdants pour les autres. 86 ans plus tard, la polémique perdure toujours dans l’historiographie. En prenant le cas de cette finale de 1930, nous essaierons de dégager les différents obstacles susceptibles de se dresser sur la route d’un travail de thèse centrée sur l’étude de cette première Coupe du monde, et ce avec pour objectif dans le cadre d’un séminaire comme celui-ci, de servir de point d’appui à des discussions et échanges autour de la notion d’objectivité. »

affiche séminaire IHTP séance4 (1)