Retour au Goulag avec Tomasz Kizny

Le Carnet de l’IHTP publie ici la traduction française de la préface par Nicolas Werth de l’édition polonaise du livre Gulag. Nous remercions Tomasz Kizny de nous autoriser à publier une sélection de photographies extraites de l’ouvrage.

Saluons l’initiative de Fundacja Picture et de l’Institut de la mémoire nationale (IPN) de publier enfin en polonais l’ouvrage magistral de Tomasz Kizny, Goulag, paru pour la première fois — en anglais — il y a plus de 15 ans. C’est en effet un livre unique en son genre, qui donne à voir ce que le régime soviétique a toujours essayé de cacher au monde — le plus grand et le plus durable système concentrationnaire du vingtième siècle (avec le Laogaï chinois), ce siècle justement qualifié de « siècle des camps ».

Légende à proposer
Monastère des Solovki.

Tomasz Kizny a eu la judicieuse idée de faire découvrir à ses lecteurs un certain nombre de lieux concentrationnaires emblématiques (les Solovki, le chantier du Belomorkanal, la Kolyma, Vorkouta, la « Voie morte » Salekhard-Igarka) à travers des photos d’archives, exhumées des fonds de l’administration du Goulag, mais aussi des photos qu’il a prises lui-même en se rendant sur place, dans la première moitié des années 1990. Il parvient à restituer ainsi simultanément l’histoire et la mémoire de ces lieux. Tâche ô combien difficile ! Les photos d’archives sont en effet le plus souvent soit des photos de commande (comme dans le cas du Belomorkanal, où de grands photographes, comme Alexandre Rodchenko ou Gustav Kloutsis, ou encore le photographe détenu Alexandre Boulla, ont été chargés par l’OGPU de « documenter » le chantier pénal), soit des clichés pris par des gardes ou des membres de l’administration férus de photographie. Ces photos posent problème : elles n’expriment, le plus souvent, ni l’enfermement, ni la contrainte, ni la souffrance (sans parler de la mort, totalement absente), tout au plus la fatigue d’un travail quotidien exténuant. Mais même cette fatigue peut être lue comme le signe du courage volontaire de celles et de ceux qui œuvrent pour le bien commun à travers la réalisation de grands travaux. Les baraquements ordonnés des camps, les infirmeries où « se reposent » les détenus affaiblis, les tablées de zeks en train de manger présentent l’image d’un monde somme toute pas si différent du monde libre. D’un monde qui œuvre, construit, bâtit, même si tout ce travail est parfaitement vain et inutile : un canal (le Belomorkanal) trop étroit et trop peu profond ; une voie ferrée (la « Voie morte ») jamais achevée et d’emblée dénuée d’intérêt économique.

GULAG_035GULAG_034
GULAG_036

La « voie morte » Salekhard-Igarka.

Conscient des pièges et du mensonge de cette « documentation » historique, Tomasz Kizny s’est rendu sur place pour voir et photographier les traces ténues et fragiles des camps, trente, quarante ans après leur fermeture, tenter de retrouver aussi les derniers survivants et témoins, bref restituer la mémoire du Goulag, avant qu’elle ne s’efface définitivement. Œuvre ô combien salutaire ! Je peux en témoigner personnellement, m’étant rendu en 2011 à la Kolyma, sur les pas de Tomasz Kizny, quelque quinze ans après lui. Après avoir travaillé des années durant dans les archives bureaucratiques de l’immense appareil du Goulag conservées au GARF, à Moscou, j’espérais, en me rendant à la Kolyma, voir les restes de quelques camps photographiés par Tomasz Kizny, parler à mon tour aux anciens détenus, voire à des personnes ayant travaillé dans l’administration du Goulag. Hélas, des restes des camps, il ne demeurait quasiment plus rien. La nature avait repris ses droits : les derniers baraquements en bois s’étaient effondrés et étaient partis en poussière ; tout ce qui pouvait être monnayé (cables électriques, armatures métalliques) avait été démembré par quelques pauvres hères survivant dans les dernières bourgades édifiées par l’administration concentrationnaire lors de la « grande époque » du Goulag (années 1930-1950). On n’a pas eu besoin de détruire les camps pour en effacer les traces. Il a suffi de laisser les lieux à l’abandon pour que les traces disparaissent d’elles-mêmes. Les barbelés, les miradors, les briques des cachots, le bois des baraquements ont disparu, arrachés, démantelés, emportés par les habitants qui se sont tout simplement servis. On a toujours manqué de tout ici… Aujourd’hui, le paysage de la Kolyma a éliminé son passé. Sans aucun doute, le même phénomène s’est produit dans les autres grandes régions concentrationnaires.

Quant aux témoins, aux anciens zeks, photographiés, interwievés par Tomasz Kizny il y a quinze ans, combien sont aujourd’hui en vie ? Combien ont laissé un témoignage écrit sur leur expérience du camp ? Une poignée.

Wladyslaw Chrystuk, Polonais, ancien zek, Iagodnoie, Kolyma.

Aussi, les photos prises par Tomasz Kizny, les souvenirs qu’il a recueillis sont-ils devenus, à leur tour, des documents d’histoire, œuvrant à ce que le fil ténu de la connaissance ne se rompe pas. Mais l’oubli guette en permanence, risquant de remettre en cause l’existence même de l’expérience concentrationnaire, comme le pressentait admirablement Varlam Chalamov :

« Les documents de notre passé sont anéantis, les miradors abattus, les baraques rasées de la surface de la terre, le fil de fer barbelé rouillé a été enroulé et transporté ailleurs. Sur les décombres de la Serpantinka fleurit l’épilobe, fleur des incendies et de l’oubli, ennemie des archives et de la mémoire humaine.
Avons-nous jamais été ?
Je réponds : oui. Avec toute l’éloquence d’un procès-verbal, toute la responsabilité et la rigueur d’un document »1.

Local de la « Section culturelle et éducative » d’un des camps de la « voie morte ». On peut lire : « Vive notre puissante patrie socialiste, l’URSS » et « La réalisation du cinquième plan quinquennal est un grand pas en avant sur le chemin menant du socialisme au communisme ».

Il est vrai qu’en Russie aucune politique de mémoire n’a été entreprise pour garder vivant, auprès des nouvelles générations, le souvenir des répressions de masse et des camps de travail, qui ont été l’une des formes majeures de ces répressions. Aucune politique patrimoniale n’a permis de conserver et de préserver les sites de détention, de travail forcé, de relégation ou d’exécution. Seule l’association Memorial, née au moment de la perestroïka, s’est employée à maintenir la mémoire des répressions, en érigeant des stèles commémoratives, des petits mémoriaux, le plus souvent modestes, sur les lieux de massacre, de détention, de travail forcé ou d’exil ; en recherchant l’identité des victimes des répressions de masse et en en publiant des listes dans des « Livres de mémoire » ; en encourageant la mise en place, dans les musées régionaux et locaux, de salles consacrées à l’histoire des différentes formes de répression. La difficulté de la tâche se mesure à un chiffre : on ne compte, dans tout le pays, que cinq petits musées spécifiquement dédiés à la mémoire du Goulag : le musée de la société Mémorial et le musée du Goulag, à Moscou ; le musée Perm-36 ; l’espace muséographique dédié au travail forcé sur le site du monastère des Solovki ; le minuscule — et unique — musée privé « La mémoire de la Kolyma » (deux pièces dans un appartement de 45 m2) érigé par Ivan Panikarov dans la petite ville de Iagodnoie, au coeur de la Kolyma2.

Visiblement, le régime dirigé par Vladimir Poutine ne souhaite pas que la société russe se remémore les pages sombres de son histoire, liées aux répressions de masse et au Goulag. Il préfère exalter les qualités de « bon manager » de Staline, les succès de l’industrialisation accélérée et l’épopée glorieuse de la Grande guerre patriotique de 1941-1945.

Et pourtant, le Goulag a profondément et durablement marqué la société russe et soviétique. En un peu plus d’un quart de siècle (de la fin des années 1920 au milieu des années 1950), plus de vingt millions de citoyens soviétiques — soit près d’un adulte sur six ! — et plusieurs centaines de milliers de citoyens étrangers3, sont passés par les camps de travail forcé du Goulag. Environ deux millions d’entre eux y sont morts.

Il n’est pas aisé de délimiter précisément le début et la fin du Goulag, objet sans limite temporelle, sans limite spatiale (je reviendrai plus loin sur cette donnée importante). Faut-il voir dans le 7 avril 1930, date du décret du Politburo instaurant une administration centrale exclusivement dévolue à la gestion des « camps de rééducation par le travail », la date de naissance du système concentrationnaire soviétique, ou doit-on considérer que celui-ci est le fruit de la volonté affirmée par le tout nouveau régime bolchevique, dès janvier 1918, d’utiliser « l’isolement en camp de concentration » comme le moyen privilégié de lutte contre « l’ennemi de classe » ? De 1918 à 1930, le régime cherche, tâtonne, expérimente de « nouvelles formules » pour isoler, réprimer et « rééduquer » délinquants et « ennemis de classe » : prisons, camps de concentration gérés par la police politique (Tcheka, puis OGPU), colonies de travail placées sous l’autorité du Commissariat du peuple à la Justice. À partir de 1921-1922, les « colonies de travail » mises en place durant les années de la guerre civile cèdent la place à la prison traditionnelle. Ne subsiste alors qu’un seul ensemble de camps : l’ensemble dit des « camps à destination spéciale des Solovki » (SLON) qui regroupe la quasi-totalité des « éléments contre-révolutionnaires » condamnés en vertu de l’article 58 du Code pénal par une juridiction d’exception dépendant de la police politique. C’est dans ces camps des îles Solovki, véritable « laboratoire expérimental » du futur Goulag, que sont mises au point les méthodes qui allaient être appliquées par la suite (à partir de 1930) dans l’ensemble des camps de travail forcé. On y expérimenta en particulier les moyens d’améliorer la productivité des détenus, allant de la promesse d’une libération anticipée à la mise au cachot, voire à l’exécution pour refus de travailler, en passant par la réduction des rations alimentaires si la « norme » n’était pas réalisée. C’est aux Solovki aussi que le régime soviétique dissimula pour la première fois l’horreur concentrationnaire derrière une façade de propagande, claironnant sa volonté de « rééduquer les détenus par le travail ». Pour autant, un certain nombre d’aspects de la vie des détenus aux Solovki ne se retrouveront pas dans les camps du GOULAG des années 1930 à 1950 : les bâtiments religieux désaffectés et autres ermitages dans lesquels ont été installés les détenus des Solovki auront été remplacés par d’immenses zones de baraquements ordonnés ; plus important — le statut relativement privilégié dont bénéficiait, dans la première moitié des années 1920, une partie des détenus politiques (socialistes ou anarchistes) aura été supprimé ; les tortures gratuites, les exactions sadiques et les violences sexuelles infligées aux détenus par des gardiens pervers qu’aucune autorité n’encadre auront laissé la place à une savante gradation de punitions « normées » régies par un règlement bureaucratique. Comme le remarque justement Alexandre Soljenitsyne, dans le GOULAG pleinement développé des années 1930-1950, « l’esclavagisme est devenu un système organisé et médité ».

A droite, Fiodor Ivanovitch Eikhmans, chef de l’expédition de Vaigatch de l’OGPU, et, à gauche, son adjoint Eduard Petrovitch Skaïa..

Si l’acte de naissance du Goulag reste discuté (1918 ? 1923 — mise en place du SLON ? avril 1930 ?), il en est de même pour son acte de décès. La fin du système concentrationnaire soviétique intervient-elle en 1956 (date à laquelle la direction générale des camps est supprimée, de même que sa fonction économique) ou bien, trente ans plus tard, lorsque Mikhail Gorbatchev libère les derniers prisonniers politiques ? Pour Tomasz Kizny — et je le suis volontiers sur ce point — le milieu des années 1950 marque, avec la libération massive des « politiques » (condamnés pour « crimes contre-révolutionnaires » en vertu de l’article 58 du Code pénal), la fin du système concentrationnaire soviétique en tant que système de travail forcé. En 1956, pour la première fois depuis vingt ans, le nombre des détenus redescend sous la barre du million (il avait dépassé les 2,5 millions à l’apogée du Goulag, au début des années 1950). Le système des camps est profondément remodelé. Peu à peu disparaît le rôle pionnier du travail forcé dans l’exploitation des richesses naturelles du Grand Nord et de la Sibérie. Désormais, les camps, rebaptisés « colonies de travail correctif », se réinstallent en majorité dans la partie européenne de l’URSS. Le détenu n’est plus qu’un droit-commun (on compte entre mille et trois mille condamnations « politiques » par an dans les années 1960 et 1970), et l’enfermement reprend la fonction régulatrice qu’il a dans chaque société, conservant toutefois en URSS des spécificités propres à un système qui n’est pas celui de l’État de droit. Aux criminels et délinquants, petits et grands, s’ajoutent, en effet, au gré de campagnes réprimant sporadiquement tel ou tel comportement social jugé déviant (alcoolisme, parasitisme, « esprit d’entreprise »), des « citoyens ordinaires », victimes d’une répression le plus souvent disproportionnée par rapport à l’acte commis.

Kem ( Carélie) Convoi de détenus se rendant à pied de la gare au camp de transit de Kem, 1927-1928.

Depuis l’implosion de l’URSS, le nombre des détenus des colonies pénitentiaires n’a cessé d’augmenter, et dépasse aujourd’hui la barre du million pour la seule Fédération de Russie, bien moins peuplée que l’URSS des années 1970 et 1980. La sévérité des peines infligées, le haut niveau de la délinquance sociale reflètent à la fois les fortes tensions sociales et ethniques qui traversent l’espace post-soviétique, mais aussi et peut-être surtout l’héritage d’un passé encore proche, marqué par une répression sans précédent de la société et par le poids du plus durable et du plus vaste système concentrationnaire du XXe siècle.

Outre son exceptionnelle longévité, le Goulag se caractérise par une remarquable extension spatiale et par la formidable porosité de ses frontières.

Baraquements de camps de la « voie morte ».

Le camp n’a pas toujours été en URSS cet espace fermé que l’on imagine, entouré de barbelés et de miradors. Il a pris les formes les plus diverses : chantier, route, gisement, entreprise, mine, exploitation agricole, sans compter les innombrables postes isolés dispersés dans la nature, ces « missions » forestières où les détenus travaillaient, parfois sans escorte, à l’abattage du bois. Les camps ont été des entités mobiles, mutantes, créées, déplacées ou démantelées au gré des besoins, ce perpetuum mobile qu’évoque, dans L’Archipel du Goulag, Alexandre Soljenitsyne. D’où leur imbrication durable dans les espaces les plus ordinaires qu’ils envahissent telles des métastases : usines et hôpitaux, théâtres et immeubles d’habitation, routes, voies ferrées et canaux. Leur grande plasticité leur a permis de se fondre dans le paysage, dans la nature qu’ils avaient pour tache de transformer, mais aussi dans les villes créées de toutes pièces par le travail forcé de dizaines, voire de centaines de milliers de détenus, comme Magadan, Vorkouta, Salekhard ou Norilsk. De la sorte, n’importe quelle parcelle du territoire soviétique est potentiellement porteuse des traces du passé concentrationnaire. Rappelons enfin que cette ouverture des espaces de détention et de travail forcé sur les espaces ruraux et urbains a favorisé la cohabitation, la fréquentation et le voisinage entre populations libres et détenus, qui fragilisent encore toute délimitation simpliste de ce que fut le Goulag. « Dans mon enfance, se souvient Arsenii Roginskii, le président de l’association Memorial, le camp était profondément inscrit dans la réalité quotidienne. Quand nous habitions dans la région de Leningrad, je devais marcher quatre kilomètres pour me rendre à l’école et en route je passais devant une forêt. Je voyais des barbelés, des miradors. Dans la petite ville où nous vivions, je voyais même passer des détenus sous escorte qui se rendaient sur un chantier. Les camps étaient quelque chose de banal. C’est cette banalité qui est terrible. Ils faisaient partie de notre vie, et pourtant on n’en parlait jamais. De toute évidence, le camp était une réalité quotidienne dont on ne parlait que dans un cercle très restreint, « entre initiés » »4.

Tombe de zek, Kolyma.

Si les traces du Goulag s’estompent sous l’effet du temps et de l’absence de toute politique patrimoniale et mémorielle de la part de l’État russe, la connaissance « académique » sur le système concentrationnaire soviétique (malheureusement cantonnée à un petit cercle de « spécialistes » et « d’amateurs éclairés », lecteurs d’ouvrages tirés à quelques centaines d’exemplaires) a considérablement progressé depuis l’ouverture des archives, au début des années 1990.

Rappelons que le Goulag a, dans un premier temps, été principalement documenté par la littérature, à travers les ouvrages d’Alexandre Soljenitsyn, de Evguenia Guizburg, de Varlam Chalamov, pour ne citer que les plus connus. Cette étape initiale et littéraire eut pour particularité de se dérouler simultanément au fait concentrationnaire lui-même, et de faire prévaloir le témoignage sur les autres sources d’information en intégrant d’emblée la subjectivité et l’émotion à la lecture qui pouvait être donnée du Goulag. Cette « ère du témoin » fut, à double titre, spécifique de l’espace soviétique. En effet, d’une part, les témoins ne pouvaient faire véritablement entendre leur voix qu’à l’extérieur de l’URSS. Et d’autre part, la littérature — telle une bouée à la mer — venait occuper là de façon clandestine une place laissée vacante par l’absence totale d’autres formes de témoignages, telles que les dépositions publiques à la barre lors de procès ou les discours politiques officiels.

Galina Denissovna Dovbania, éclusière de l’écluse n°2, canal Baltique-mer Blanche, 1995.

Les années de la perestroika et de la glasnost (1986-1991) sont marquées par une véritable avalanche de témoignages, de récits, de films documentaires, d’essais philosophico-littéraires (un genre appelé en russe publitsistika, un terme intraduisible en français) sur les répressions staliniennes et le Goulag. Les grands « classiques » sur le système concentrationnaire soviétique, en premier lieu L’Archipel du Goulag, d’Alexandre Soljenitsyn, sont enfin publiés en URSS (la décision est prise, à l’été 1989, au plus haut niveau du Parti-État, par une résolution du Politburo !) Mais il faut attendre la chute de l’URSS et la promulgation, le 23 juin 1992, d’un oukaze de Boris Eltsine, Président de la Fédération de Russie (« Sur la déclassification des documents officiels ayant été à l’origine des répressions de masse et d’atteintes aux droits de l’Homme ») pour voir enfin s’ouvrir les immenses fonds archivistiques du Goulag. Une nouvelle étape dans la connaissance du système concentrationnaire soviétique peut alors commencer.

Précisons d’emblée que les fonds archivistiques du Goulag conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF) ne constituent qu’une petite partie de l’immense littérature bureaucratique produite, des décennies durant, par l’administration pléthorique du Goulag. Les archives locales des camps, entreposées dans des hangars, des baraquements ou d’autres constructions éphémères, ont, hélas, le plus souvent, disparu (comme les bâtiments des camps eux-mêmes), ce qui explique le nombre encore très limité de monographies sur tel ou tel ensemble concentrationnaire5. L’historien du Goulag se trouve ainsi confronté à la fois à de vastes lacunes au niveau local, mais aussi à une énorme masse documentaire au niveau central, produite par ce que j’ai appelé une véritable « civilisation du rapport ». En réalité, les sources archivistiques du Goulag condensent tous les problèmes auxquels doit faire face le chercheur explorant l’histoire sociale soviétique : étant donné la rareté des sources émanant des acteurs sociaux eux-mêmes, l’historien du Goulag risque fort de se retrouver, comme l’a justement écrit Andrea Graziosi à propos de l’histoire sociale soviétique en général, « en train d’espionner les vies des citoyens soviétiques à travers le seul prisme de rapports écrits par diverses bureaucraties chargées de les encadrer et de les contrôler »6. Cette immense « littérature bureaucratique » (rappelons ce seul chiffre : en 1950, l’appareil central du Goulag reçut pas moins de 133 000 rapports écrits rendant compte de « la situation sur place ») est de qualité très inégale. L’historien doit exercer son regard critique pour distinguer les « rapports de parade » adressés régulièrement par les plus hautes autorités du Goulag à leur ministre de tutelle (le ministre de l’Intérieur), des documents internes échangés aux échelons plus modestes de l’appareil bureaucratique, généralement beaucoup plus informatifs et directs. Pour comprendre les réalités internes du Goulag, il est très fructueux — et aujourd’hui possible — de reconstruire la « chaîne » des rapports depuis la base jusqu’au sommet, mais aussi de confronter divers types de documents internes. À cet égard, les rapports d’inspections régulièrement menées sur place et les comptes-rendus sténographiques de réunions de cadres du Goulag sont particulièrement intéressants. Il faut enfin croiser les sources de l’administration goulaguienne avec les sources émanant d’autres administrations impliquées dans les politiques pénales, notamment le ministère de la Justice et le Parquet. C’est à la lumière de tous ces documents que notre connaissance du Goulag a considérablement progressé.

Dans une première étape (années 1990) très « positiviste » de réappropriation du Goulag comme objet d’histoire à travers l’établissement de faits et de données brutes (nombre de détenus, types de condamnations, durée moyenne des peines, taux de mortalité, sociologie des détenus), l’ouvrage encyclopédique paru en 1998, L’Annuaire des camps de travail en URSS, 1923-1960 7, dirigé par deux historiens de Memorial, Arsenii Roginskii et Nikita Okhotin, a constitué un important aboutissement. Cette encyclopédie, utilisée par Tomasz Kizny dans son ouvrage, recense pour la première fois l’ensemble des camps de travail et donne une fiche signalétique de plus de 500 structures concentrationnaires comprenant, pour chacune : le nom de la structure ou du camp, avec un bref historique; son statut (camp spécial, colonie de travail, direction territoriale d’un camp de travail, département de camp); ses dates de fonctionnement; sa localisation géographique; ses activités économiques; les principales statistiques sur le nombre de détenus, à partir des données produites, mois par mois, par les « départements de comptabilité et de distribution » ; une brève notice biographique des chefs de camp ; la localisation des archives du camp.

Dans un second temps (depuis le début des années 2000), les historiens du Goulag se sont plutôt orientés vers une approche thématique de l’univers concentrationnaire, comme en témoigne notamment la monumentale (7 volumes) Istoria Stalinskogo Gulaga [L’Histoire du Goulag] parue en 2004, qui constitue à ce jour la publication de documents la plus complète sur l’univers concentrationnaire soviétique. Cette approche thématique se propose d’analyser le système du Goulag dans son ensemble et sous ses différents aspects, à la fois comme un lieu de répression, comme un système de travail forcé, comme une immense administration constituant un véritable « État dans l’État », mais aussi comme une société avec ses codes, sa sociabilité, ses conflits internes, sa vie quotidienne.

Un orchestre à vent joue pour « stimuler » le travail, canal Baltique-mer Blanche, 1932.

Le Goulag comme lieu de répression : la nouveauté des recherches menées dans cette direction a été d’essayer de comptabiliser et d’identifier, à travers l’analyse détaillée des campagnes répressives mises en œuvre par le régime stalinien, les différents flux de détenus arrivés dans les camps sur une période d’un quart de siècle8. Au total, nous l’avons déjà souligné, une vingtaine de millions de personnes ont été enfermées dans des camps de travail, et sept millions déportées, sur simple mesure administrative, vers des « villages de peuplement », comme « déplacés spéciaux » ou « colons de travail ». Contrairement à la plupart des témoignages, rédigés par des intellectuels ou des cadres du Parti condamnés généralement à de très longues peines (10 ans et plus), de surcroît arbitrairement et systématiquement reconduites lorsqu’elles arrivaient à échéance, il est apparu, à travers les archives du Goulag (croisées avec les archives judiciaires) que la rotation des détenus était très importante : entre 20 et 40% d’entre eux étaient relâchés chaque année. L’entrée dans le camp n’était pas un billet sans retour : en moyenne, les « non-politiques » passaient 5 à 6 ans en camp. Contrairement à une autre idée encore largement répandue, les camps n’accueillaient pas une majorité de « politiques » condamnés par une juridiction d’exception pour « activités contre-révolutionnaires » au titre de l’un des quatorze alinéas du tristement célèbre article 58 du Code pénal soviétique. Le contingent des « politiques » oscillait, selon les années, entre 20% et 30% des détenus, en fonction de l’ampleur des tensions intérieures au régime stalinien. Les autres détenus étaient-ils, pour autant, des prisonniers de droit commun dans le sens habituel de ce terme ? Comme le montre la documentation, extrêmement détaillée, du ministère de la Justice et du Parquet sur la question, la majorité des détenus s’étaient retrouvés en camp pour avoir enfreint l’une des innombrables lois répressives qui sanctionnaient presque chaque sphère d’activité, criminalisaient une multitude de petits délits, pénalisaient un grand nombre de comportements « ordinaires » de citoyens « ordinaires » contraints de « dilapider la propriété sociale » en glanant quelques épis dans les champs collectifs du kolkhoze pour échapper à la faim ; de « spéculer » en revendant quelques produits déficitaires pour tenter de rompre le cycle de la misère ; de « déserter » leur lieu de travail pour échapper à une exploitation toujours plus impitoyable ; de « violer le régime des passeports » pour trouver du travail ou un logement, etc. Comme le souligne justement Arsenii Roginskii, ces détenus « ordinaires », qui n’avaient pas été condamnés en vertu de l’article 58 du Code pénal n’ étaient pas pour autant des « droit commun » dans le sens courant de ce terme, mais bien les victimes d’une répression politique sanctionnant la moindre insubordination sociale d’une peine totalement disproportionnée.

Chantier du canal Baltique-mer Blanche, 1933.

La dimension économique du travail forcé est aujourd’hui un champ de recherche à part entière. Des travaux importants sont parvenus, malgré la complexité extrême des indicateurs économiques utilisés dans les statistiques internes du Goulag et le rôle majeur de la toufta (faux-bilans) qui fausse souvent le tableau, à proposer une évaluation sérieuse de la part du travail forcé dans l’économie de l’URSS stalinienne. On estime aujourd’hui que sa part dans la production énergétique et industrielle n’a jamais dépassé 8-10% (en valeur comme en investissements en capital), avec cependant de grandes disparités selon les secteurs. Ainsi le Goulag assurait à son apogée, au début des années 1950, près de 100% de la production de platine et de diamants, 90% de la production aurifère, 35% de la production de métaux non ferreux, de nickel, 12% de la production de charbon et de bois. Si le travail forcé a joué un rôle important dans la mise en valeur des richesses naturelles de régions inhospitalières qui n’auraient jamais attiré de travailleurs libres, la fonction politique de répression a toujours primé sur les logiques économiques du travail forcé. Les répressions massives ont toujours visé des objectifs politiques, jamais économiques. Il apparaît ainsi clairement, à la lecture des documents internes du Goulag, que les grands afflux de détenus, en 1937-1938, 1940-1941, 1947-1948, consécutifs à un brusque durcissement de la répression, loin d’accroître la production du Goulag, l’ont toujours désorganisée. De même, le « gonflement » extrême du Goulag à la fin des années 1940 et au début des années 1950 a largement contribué à la crise du système de travail forcé. Cette crise était due à la fois à l’afflux massif, depuis 1945-1946, de nouvelles catégories de détenus, opposants déterminés au régime (« nationalistes » baltes et ukrainiens), à une forte montée de la criminalité à l’intérieur des camps, due à l’affrontement entre bandes rivales de truands (ourki), à la multiplication des refus collectifs de travail, le tout entraînant une forte chute de la productivité du travail pénal. On mesure mieux aujourd’hui le coût économique, à long terme, d’un travail forcé qui a englouti deux millions de vies et exploité, des années durant, des millions de travailleurs adultes à des tâches peu productives et souvent totalement inutiles.

Infirmerie de camp, canal Baltique-mer Balnche, 1932-1933.

Système répressif, système économique, le Goulag peut être aussi étudié aujourd’hui sous l’angle d’une « histoire du quotidien » (Alltagsgeschichte) d’une société spécifique ayant ses propres règles de vie, ses propres lois, ses propres codes de conduite. C’est évidemment ici que l’apport des mémoires, des témoignages, de la littérature est le plus riche; et que les sources bureaucratiques, très nombreuses et diverses, posent le plus de problèmes d’interprétation. Comment se structuraient les groupes de détenus? Quel rôle jouaient, notamment parmi les « nationalistes » baltes, ukrainiens et polonais, les réseaux clandestins ? Quels étaient les rapports entre l’administration des camps et les groupes de droit-commun ? Qu’en était-il des conflits entre les bandes criminelles des « voleurs dans la loi » (vory v zakone) ? Des conflits inter-ethniques (entre Ukrainiens et Russes, « musulmans » — Tchétchènes, Tatars en particulier — et Russes) ? Pour obtenir des informations, l’administration du Goulag avait largement recours à des indicateurs recrutés parmi les détenus (entre 8 et 10% des détenus étaient impliqués comme stoukatchi – délateurs). Néanmoins, malgré la mobilisation de moyens considérables, les résultats, dans ce domaine, n’étaient pas à la hauteur. Ainsi, à la conférence des responsables du Goulag qui se tint à Moscou en janvier 1952, plusieurs hauts responsables durent admettre que « l’administration des camps qui avait jusqu’à présent su habilement tirer avantage des oppositions et des conflits entre les divers groupes de détenus, est en passe de perdre tout contrôle sur les processus internes ».

Notre connaissance du Goulag progresse, depuis une vingtaine d’années, à grands pas. Dans ce cheminement, l’ouvrage singulier de Tomasz Kizny, que j’ai l’honneur de préfacer, a joué un rôle de premier plan.

Nicolas Werth



1. Varlam Chalamov, Les récits de la Kolyma, Paris, Verdier, 2009, p. 1245.
2. Nicolas Werth, La route de la Kolyma, Paris, Belin, 2012, p. 103-104.
3. Je n’inclus pas, dans ce chiffre, les nombreux prisonniers de guerre (Allemands, Italiens, Roumains, Japonais et autres) incarcérés dans les camps du GUPVI, véritable « annexe » du Goulag.
4. Entretien avec Arsenii Roginskii, Goulag, le peuple des zeks. Catalogue de l’exposition «Goulag, le peuple des zeks», Musée d’ethographie de Genève, 12 mars 2004-2 janvier 2005, p. 81.
5. Une des exceptions les plus remarquables à ce constat est l’ouvrage de Viktor Berdinskinx, Viatlag (Kirov, 1998).
6. Andrea Graziosi, « The new Soviet archival sources. Hypotheses for a critical assessment », Cahiers du Monde russe, vol.40/1-2 ( Janvier-juin 1999), p. 53.
7. Arsenii Roginskii, Nikita Okhotin (eds), Ispravitel’no-trudovye lageri v SSSR, 1923-1960. Spravocnik, Moscou, 1998.
8. Tel est l’objet du premier volume (Massovye repressii v SSSR, sous la direction de Nicolas Werth & Sergueï Mironenko) de Istoria Stalinskogo Gulaga.


Pour accéder aux différentes versions de l’ouvrage de Tomazs Kizny

couverture TK
Version polonaise de l’ouvrage.
Pour trouver la version française de l’ouvrage de Tomasz Kizny en France
Gulag on the Open Library
Gulag on the Open Library

Afin de poursuivre sur cette thématique avec Nicolas Werth :

La route de la Kolyma, Paris, Belin, 2012.
La route de la Kolyma, Paris, Belin, 2012.
"Le Goulag au prisme des archives", in Elisabeth Anstett, Luba Jurgenson ( dir), Le Goulag en héritage. Pour une anthropolie de la trace, Paris, Ed. Petra, 2009, p. 19-45.
« Le Goulag au prisme des archives », in E. Anstett, L. Jurgenson (dir.), Le Goulag en héritage. Pour une anthropologie de la trace, Paris, Ed. Petra, 2009, p. 19-45.
Le Goulag, Paris, De vive voix, livre CD audio, 2007
Le Goulag, Paris, De vive voix, livre CD audio, 2007
Istoria Stalinskogo Gulaga ( Histoire du Goulag stalinien), 7 vol, Moskva, Rosspen, 2004.
Istoria Stalinskogo Gulaga (Histoire du Goulag stalinien), 7 vol, Moskva, Rosspen, 2004.