« Les Médiations de l’histoire », séminaire animé par Christian Delage et Guillaume Mazeau

      Dès sa création, en 1944, le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale s’est emparé des formes les plus diverses d’écriture de l’histoire, comme l’exposition muséographique (« La Libération de Paris », 1954) ou le film (« Nuit et Brouillard », 1955).

Synopsis de Nuit et Brouillard et présentation de l’exposition des dix ans de la Libération (Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale)

    Quand l’Institut d’histoire du temps présent en recueille l’héritage et en prend la succession, en 1978, cette politique se continue, avec la maîtrise scientifique du parcours permanent du premier musée-mémorial français (Caen, 1987), puis du Musée-mémorial des enfants d’Izieu (1994), et la production d’un film, « Les Voyages du Maréchal » (1990). À titre individuel, les historiens n’hésitent pas à répondre à certaines demandes sociales, comme Henry Rousso, qui chronique le procès de Paul Touvier pour le journal Libération (1994) ou assure le commissariat scientifique de l’exposition « Juger Eichmann. Jérusalem, 1961 » (2011), comme Anne Kerlan à l’INHA pour « Écrans de papier. Le cinéma chinois et ses magazines (1921-1951) », ou encore Nicolas Werth et son travail de collecte photographique de l’histoire du Belomorkanal.

François Mitterrand lors de l’inauguration du Musée-mémorial des enfants d’Izieu (1994)

     En mettant en place ce séminaire, nous voulons revenir sur nos expériences communes dans le domaine des médiations de l’histoire, et instaurer sur la durée un dialogue avec les divers hommes et femmes de l’art avec lesquels nous avons appris à travailler en bonne harmonie : comédiens, ingénieurs du son, costumiers, décorateurs, graphistes, scénographes, etc. Car si la translation de l’histoire en un film, une pièce de théâtre ou une exposition, nécessite une adaptation du discours de l’historien, celle-ci ne peut réussir que si cet échange se fait dans les deux sens. Cela suppose, par-delà les contraintes institutionnelles, politiques ou commerciales qu’implique la présence des arts dans la cité, la nécessité de maîtriser quelque peu la technique et l’esthétique des langages qui donnent une place au spectateur, dans le respect d’une bonne transmission de la connaissance historique.

     Il s’agit de savoir penser dans un espace-temps scénographique et/ou dramaturgique, où textes, images et sons doivent s’entrecroiser et se supporter, sans que le scripturaire soit privilégié pour sa valeur informative.

     Dans les années 1980, les questions du récit et de la subjectivité du travail historique avaient abondamment été discutées, dans un contexte marqué par certains excès du Linguistic Turn. À ceux qui s’inquiétaient d’une possible dérive, Paul Ricœur avait répondu de manière très claire : « Je n’ai pas cessé d’appuyer l’analyse sémantique de la référence sur la conviction que le discours n’est jamais seulement pour sa propre gloire, mais qu’il veut, dans tous ses usages, porter au langage une expérience qui le précède et demande à être dite » (Réflexion faite. Autobiographie intellectuelle, Esprit, 1995, p. 60). Quant à Georges Duby, dont le parcours est exemplaire dans la compréhension des enjeux des « représentations » dans la connaissance historique, la prudence qu’il mettait en avant en 1984 lors de l’échec de l’adaptation du Dimanche de Bouvines (« Je proclame le droit qu’a l’historien d’imaginer. Cependant son devoir est aussi de contenir son rêve dans les limites du connaissable, de demeurer véridique et de veiller à s’interdire tout anachronisme ») s’est par la suite atténuée quand, devenu patron d’ARTE, il a davantage été au contact des réalisateurs et a pris la mesure de l’éthique qu’ils portent.

    Aujourd’hui, nous voulons prendre la question des médiations en partant de nos expériences communes (conception de parcours muséographiques incluant des outils multimédia) et respectives : écriture et réalisation de films (Christian Delage), participation à une aventure théâtrale (Guillaume Mazeau). Où l’on verra que ces moments, en conjuguant recherche et création, ouvrent davantage encore les modes d’écriture de l’histoire.

PROGRAMME

 Séance 1, jeudi 23 février 2017, IHTP, 59 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 124, 17h-19h : Introduction, par Christian Delage et Guillaume Mazeau, en présence de Sophie Breuil, designer et scénographe.

Affiches des expositions « Filmer les camps » (Commissaire : Christian Delage, Mémorial de la Shoah, 2010) et du nouveau parcours permanent de la Conciergerie (Conseiller historique : Guillaume Mazeau, 2016).

Séance 2, Vendredi 31 mars 2017, IHTP, 17h-19h : L’expérience de l’histoire : Ça ira (1). Fin de Louis (Joël Pommerat, 2015), en présence d’Isabelle Deffin, costumière, et de Yannick Choirat et David Sighicelli, comédiens.

Répétition de Ça ira (1). Fin de Louis

Séance 3, jeudi 11 mai 2017, IHTP, 17h-19h : Les temporalités de l’histoire : autour de La Mort de Louis XIV (Albert Serra, 2016), en présence de Marc Susini, comédien.

Tournage de La Mort de Louis XIV

Note : une projection du film est organisée au Reflet Médicis le 9 mai à 20h (entrée libre dans la limite des places disponibles), en présence d’Emmanuel Burdeau, critique et essayiste.

 Séance 4, jeudi 1er juin 2017, IHTP, 17h-19h : L’espace virtuel : la réalité augmentée au musée, avec Édouard Lussan (Histovery) et Alexis Bacot (Area Effect).

L’histoPad, tablette numérique utilisant la réalité augmentée

Séance 5, jeudi 29 juin 2017, IHTP, 17h-19h : L’Historicité de la matière sonore, avec François Leymarie, ingénieur du son, et Emmanuelle Zoll, compositrice.

 

CONTACT : IHTP@IHTP.CNRS.FR