Billet de Malika Rahal, « Les jours d’avant » dans Texture du temps

Le premier film de Karim Moussaoui est un moyen métrage  délicat, qui revient non pas sur la violence de Décennie noire » des années 1990, mais sur « Les Jours d’avant ».1   Tout est dans cette différence.

Deux personnages. Djaber est lycéen et n’a pas l’occasion de rencontrer des filles. Il s’intéresse à Yamina, qui ne le regarde guère. Autour de lui, la violence – jusque là fracas lointain – se rapproche. Un jour qu’il ère dans la cité dans l’espoir d’une rencontre, il s’assiste à l’assassinat d’un homme, à quelques pas de lui, d’une balle dans la tête. lire la suite dans Textures du temps