Tous les articles par Anne Pérotin-Dumon

Colombie, Octobre 2016

À cinq jours d’intervalle, il y a un mois, la Colombie a vécu coup sur coup deux évènements. La signature d’accords de paix par son président Juan Manuel Santos et le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Puis le rejet d’extrême justesse de ces accords par un plébiscite, alors que ceux-ci allaient mettre fin à un conflit armé qui dure depuis 52 ans. Après quatre ans de négociations à la Havane avec la médiation de plusieurs pays, ils devaient aboutir au désarmement de la guérilla la plus ancienne d’Amérique latine.

Les négociations ont repris à huis clos, à la Havane. Pour revoir les accords sans ôter ses chances à la paix, et en exigeant la reddition des FARC. « Tout processus de paix est imparfait, la ligne qu’il trace entre justice et paix laisse beaucoup de gens mécontents. Mais une justice parfaite ne permet pas la paix, » rappelait déjà Santos, interviewé par le quotidien espagnol El País au moment où les négociateurs mettaient la dernière main aux accords.

Un cessez-le-feu est en vigueur. Il est jusqu’ici respecté par les FARC qui, juridiquement parlant, demeurent des rebelles. Leur démobilisation, qui devait s’effectuer sous contrôle de l’ONU dans des zones neutres désignées à cet effet, est au point mort. Sitôt le résultat du plébiscite connu, les messages « #AcuerdosYa : on veut la paix ! », « #PazAlaCalle : pour la paix, dans la rue ! » ont circulé sur les réseaux sociaux. Depuis, marches et autres initiatives pour la paix se succèdent dans les grandes villes du pays.

Après la séquence déconcertante des accords puis leur rejet, entre le 26 septembre et le 2 octobre, la Colombie vit en suspens, entre guerre et paix. Ça nous donne l’opportunité de réfléchir sans subir la tyrannie des dernières nouvelles.

Davantage que d’hypothèses, ce carnet fait état de réflexions échangées avec des collègues qui suivent la politique colombienne de près et de longue date — Herbert « Tico » Braun, Alexander Wilde, Sophie Daviaud. Sur le fait de voter No ou à des accords de paix, pour des gens qui ont toujours connu la guerre, de même que leurs parents, grands-parents et arrière grands-parents. Et sur les FARC : que savent-ils de la société colombienne? Et que pensent d’eux les Colombiens ?

La panne actuelle du processus de paix s’inscrit dans quelque chose d’antérieur : des politiques publiques de « construction de la paix » menées de façon soutenue depuis 2003. Ces politiques font depuis le début une place unique à la connaissance historique. À côté des juges, des historiens ont été mobilisés pour faire advenir la paix. Sur ce dernier aspect, je pars d’observations faites entre 2008 et 2015, lors de rencontres auxquelles je participais, sur des questions d’archives et d’histoire du passé récent, dans le cadre de ces politiques publiques ou d’initiatives universitaires qu’elles ont stimulées. Continuer la lecture de Colombie, Octobre 2016