Tous les articles par Henry Rousso

Directeur de recherche au CNRS, directeur de recherche à Paris 1 (école doctorale d'histoire), spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, travaillant aujourd'hui sur l'histoire de la mémoire à une échelle globale et sur l'épistémologie des écritures du passé.

Eléonore Testa (1945-2016)

Éléonore Testa, qui fut secrétaire générale de l’IHTP de 1998 à 2005, nous a quittés le 25 décembre dernier, emportée par une maladie qui a eu raison, après plusieurs années de lutte, de son incroyable énergie et de son optimisme vivace mais toujours lucide, qualités qui ont frappé tous ceux qui l’ont connue et ont eu la chance de travailler avec elle.

Je l’ai rencontrée au milieu des années 1990 alors qu’elle était en poste au Comité national et à la direction du département des Sciences de l’homme et de la société. Elle faisait montre alors de grandes qualités d’observation, d’une capacité à comprendre rapidement des problèmes complexes, d’un goût et d’une aptitude pour l’administration de la recherche alors que le CNRS, comme l’ensemble du monde académique, entrait dans le grand bond bureaucratique. Comme directeur de l’IHTP, je devais alors pourvoir le secrétariat général, un poste occupé jusque-là par Marianne Ranson qui avait fondé le laboratoire avec François Bédarida, en 1978-1980, et partait à la retraite. Éléonore Testa voulait connaître de près le travail de terrain, se familiariser avec les unités qu’elle avait surtout observées du siège central. C’est ainsi qu’elle rejoignit l’IHTP en 1998.

Restée jusqu’en 2005, elle a contribué grandement au développement national et international de l’IHTP et à en faire un lieu d’accueil pour les chercheurs et les étudiants français et étrangers. Elle eut à préparer avec moi l’insertion de cette unité propre de recherche au sein d’un nouveau pôle de sciences sociales que nous devions monter à l’École normale supérieure de Cachan. Elle joua un rôle central dans la mise en œuvre de ce projet, une aventure mouvementée trop tôt interrompue. En 2003-2004, il fallut faire face à une crise externe et bientôt interne, trouver un autre lieu d’implantation, l’ENS Cachan s’étant révélée inapte à développer un pôle de recherche équilibré en sciences humaines et sociales. Là encore, Éléonore Testa fut plus qu’à la hauteur de la tâche. Elle fit preuve de courage et de stoïcisme, dans un climat quelque peu dégradé, et alors que, par ses fonctions, elle se trouvait en première ligne. Grâce à elle, le laboratoire a pu surmonter la crise en préservant l’essentiel de ses acquis.

Par la suite, elle a exercé ses talents dans d’autres grandes institutions comme l’Institut national d’histoire de l’art. Elle a surtout opéré une forme de reconversion peu fréquente. De gestionnaire de la recherche, elle est devenue elle-même chercheure, contribuant à lancer, avec Dominique Veillon qui en avait eu l’initiative, un séminaire de recherche sur l’histoire de la mode, une entreprise originale et alors inédite qui a, depuis, sous la direction de Sophie Kurkdjian et Maude Bass-Krueger, ouvert un véritable champ d’histoire sociale et culturelle. Eléonore Testa a notamment contribué à organiser les journées d’études montées avec l’Université de Brighton et l’historienne Lou Taylor.

Elle cultivait une grande passion pour les parfums, elle suivait les conférences et ateliers de l’Osmothèque de Versailles, elle a même publié un texte sur le plus célèbre d’entre eux : « N°5 Culture Chanel ou les codes artistiques imaginaires de Mlle Chanel »

chanel-n5

En mai 2016, Eléonore Testa est intervenue au sein du séminaire sur la mode masculine de l’INHA, présentant une communication sur un autre parfum célèbre : « Eau Sauvage : la nouvelle parfumerie masculine des sixties, par Dior »

eau-sauvage

Il y a quelques semaines à peine, comme en écho à son travail et à sa passion, s’est ouvert à Paris, le Grand musée du parfum : Éléonore Testa était bien devenue une historienne du temps présent, curieuse du passé et attentive aux enjeux de son époque.

Toute l’équipe de l’IHTP s’associe à la peine de son mari Alain, et de son fils Camille.

Henry Rousso, avec Sophie Kurkdjian