Archives de catégorie : Billets

« Les Médiations de l’histoire », séminaire animé par Christian Delage et Guillaume Mazeau

      Dès sa création, en 1944, le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale s’est emparé des formes les plus diverses d’écriture de l’histoire, comme l’exposition muséographique (« La Libération de Paris », 1954) ou le film (« Nuit et Brouillard », 1955).

Synopsis de Nuit et Brouillard et présentation de l’exposition des dix ans de la Libération (Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale)

    Quand l’Institut d’histoire du temps présent en recueille l’héritage et en prend la succession, en 1978, cette politique se continue, avec la maîtrise scientifique du parcours permanent du premier musée-mémorial français (Caen, 1987), puis du Musée-mémorial des enfants d’Izieu (1994), et la production d’un film, « Les Voyages du Maréchal » (1990). À titre individuel, les historiens n’hésitent pas à répondre à certaines demandes sociales, comme Henry Rousso, qui chronique le procès de Paul Touvier pour le journal Libération (1994) ou assure le commissariat scientifique de l’exposition « Juger Eichmann. Jérusalem, 1961 » (2011), comme Anne Kerlan à l’INHA pour « Écrans de papier. Le cinéma chinois et ses magazines (1921-1951) », ou encore Nicolas Werth et son travail de collecte photographique de l’histoire du Belomorkanal.

François Mitterrand lors de l’inauguration du Musée-mémorial des enfants d’Izieu (1994)

     En mettant en place ce séminaire, nous voulons revenir sur nos expériences communes dans le domaine des médiations de l’histoire, et instaurer sur la durée un dialogue avec les divers hommes et femmes de l’art avec lesquels nous avons appris à travailler en bonne harmonie : comédiens, ingénieurs du son, costumiers, décorateurs, graphistes, scénographes, etc. Car si la translation de l’histoire en un film, une pièce de théâtre ou une exposition, nécessite une adaptation du discours de l’historien, celle-ci ne peut réussir que si cet échange se fait dans les deux sens. Cela suppose, par-delà les contraintes institutionnelles, politiques ou commerciales qu’implique la présence des arts dans la cité, la nécessité de maîtriser quelque peu la technique et l’esthétique des langages qui donnent une place au spectateur, dans le respect d’une bonne transmission de la connaissance historique.

     Il s’agit de savoir penser dans un espace-temps scénographique et/ou dramaturgique, où textes, images et sons doivent s’entrecroiser et se supporter, sans que le scripturaire soit privilégié pour sa valeur informative.

     Dans les années 1980, les questions du récit et de la subjectivité du travail historique avaient abondamment été discutées, dans un contexte marqué par certains excès du Linguistic Turn. À ceux qui s’inquiétaient d’une possible dérive, Paul Ricœur avait répondu de manière très claire : « Je n’ai pas cessé d’appuyer l’analyse sémantique de la référence sur la conviction que le discours n’est jamais seulement pour sa propre gloire, mais qu’il veut, dans tous ses usages, porter au langage une expérience qui le précède et demande à être dite » (Réflexion faite. Autobiographie intellectuelle, Esprit, 1995, p. 60). Quant à Georges Duby, dont le parcours est exemplaire dans la compréhension des enjeux des « représentations » dans la connaissance historique, la prudence qu’il mettait en avant en 1984 lors de l’échec de l’adaptation du Dimanche de Bouvines (« Je proclame le droit qu’a l’historien d’imaginer. Cependant son devoir est aussi de contenir son rêve dans les limites du connaissable, de demeurer véridique et de veiller à s’interdire tout anachronisme ») s’est par la suite atténuée quand, devenu patron d’ARTE, il a davantage été au contact des réalisateurs et a pris la mesure de l’éthique qu’ils portent.

    Aujourd’hui, nous voulons prendre la question des médiations en partant de nos expériences communes (conception de parcours muséographiques incluant des outils multimédia) et respectives : écriture et réalisation de films (Christian Delage), participation à une aventure théâtrale (Guillaume Mazeau). Où l’on verra que ces moments, en conjuguant recherche et création, ouvrent davantage encore les modes d’écriture de l’histoire.

PROGRAMME

 Séance 1, jeudi 23 février 2017, IHTP, 59 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 124, 17h-19h : Introduction, par Christian Delage et Guillaume Mazeau, en présence de Sophie Breuil, designer et scénographe.

Affiches des expositions « Filmer les camps » (Commissaire : Christian Delage, Mémorial de la Shoah, 2010) et du nouveau parcours permanent de la Conciergerie (Conseiller historique : Guillaume Mazeau, 2016).

Séance 2, Vendredi 31 mars 2017, IHTP, 17h-19h : L’expérience de l’histoire : Ça ira (1). Fin de Louis (Joël Pommerat, 2015), en présence d’Isabelle Deffin, costumière, et de Yannick Choirat et David Sighicelli, comédiens.

Répétition de Ça ira (1). Fin de Louis

Séance 3, jeudi 11 mai 2017, IHTP, 17h-19h : Les temporalités de l’histoire : autour de La Mort de Louis XIV (Albert Serra, 2016), en présence de Marc Susini, comédien.

Tournage de La Mort de Louis XIV

Note : une projection du film est organisée au Reflet Médicis le 9 mai à 20h (entrée libre dans la limite des places disponibles), en présence d’Emmanuel Burdeau, critique et essayiste.

 Séance 4, jeudi 1er juin 2017, IHTP, 17h-19h : L’espace virtuel : la réalité augmentée au musée, avec Édouard Lussan (Histovery) et Alexis Bacot (Area Effect).

L’histoPad, tablette numérique utilisant la réalité augmentée

Séance 5, jeudi 29 juin 2017, IHTP, 17h-19h : L’Historicité de la matière sonore, avec François Leymarie, ingénieur du son, et Emmanuelle Zoll, compositrice.

 

CONTACT : IHTP@IHTP.CNRS.FR

 

Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

L’un des monstres sacrés du XXe siècle n’est plus. Par l’une de ces ironies dont l’histoire a le secret, Fidel Castro est parti un 25 novembre, jour de naissance d’un autre dictateur, Augusto Pinochet. Mort du narrateur, de l’« hypnotiseur » — d’après l’essayiste Alma Guillermoprieto — ou du séducteur pour d’aucuns, du dictateur et du révolutionnaire, du dernier grand dirigeant communiste de la planète, de l’icône pour les autres. Tristesse, soulagement, voire liesse, aussi incongrue soit-elle devant la mort. Dernier survivant de la Guerre froide, Fidel Castro incarnait cette pluralité depuis une façade de libérateur forgée dans la lutte contre la dictature de Batista et la victoire de la révolution en 1959. Continuer la lecture de Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

Eléonore Testa (1945-2016)

Éléonore Testa, qui fut secrétaire générale de l’IHTP de 1998 à 2005, nous a quittés le 25 décembre dernier, emportée par une maladie qui a eu raison, après plusieurs années de lutte, de son incroyable énergie et de son optimisme vivace mais toujours lucide, qualités qui ont frappé tous ceux qui l’ont connue et ont eu la chance de travailler avec elle.

Je l’ai rencontrée au milieu des années 1990 alors qu’elle était en poste au Comité national et à la direction du département des Sciences de l’homme et de la société. Elle faisait montre alors de grandes qualités d’observation, d’une capacité à comprendre rapidement des problèmes complexes, d’un goût et d’une aptitude pour l’administration de la recherche alors que le CNRS, comme l’ensemble du monde académique, entrait dans le grand bond bureaucratique. Comme directeur de l’IHTP, je devais alors pourvoir le secrétariat général, un poste occupé jusque-là par Marianne Ranson qui avait fondé le laboratoire avec François Bédarida, en 1978-1980, et partait à la retraite. Éléonore Testa voulait connaître de près le travail de terrain, se familiariser avec les unités qu’elle avait surtout observées du siège central. C’est ainsi qu’elle rejoignit l’IHTP en 1998.

Restée jusqu’en 2005, elle a contribué grandement au développement national et international de l’IHTP et à en faire un lieu d’accueil pour les chercheurs et les étudiants français et étrangers. Elle eut à préparer avec moi l’insertion de cette unité propre de recherche au sein d’un nouveau pôle de sciences sociales que nous devions monter à l’École normale supérieure de Cachan. Elle joua un rôle central dans la mise en œuvre de ce projet, une aventure mouvementée trop tôt interrompue. En 2003-2004, il fallut faire face à une crise externe et bientôt interne, trouver un autre lieu d’implantation, l’ENS Cachan s’étant révélée inapte à développer un pôle de recherche équilibré en sciences humaines et sociales. Là encore, Éléonore Testa fut plus qu’à la hauteur de la tâche. Elle fit preuve de courage et de stoïcisme, dans un climat quelque peu dégradé, et alors que, par ses fonctions, elle se trouvait en première ligne. Grâce à elle, le laboratoire a pu surmonter la crise en préservant l’essentiel de ses acquis.

Par la suite, elle a exercé ses talents dans d’autres grandes institutions comme l’Institut national d’histoire de l’art. Elle a surtout opéré une forme de reconversion peu fréquente. De gestionnaire de la recherche, elle est devenue elle-même chercheure, contribuant à lancer, avec Dominique Veillon qui en avait eu l’initiative, un séminaire de recherche sur l’histoire de la mode, une entreprise originale et alors inédite qui a, depuis, sous la direction de Sophie Kurkdjian et Maude Bass-Krueger, ouvert un véritable champ d’histoire sociale et culturelle. Eléonore Testa a notamment contribué à organiser les journées d’études montées avec l’Université de Brighton et l’historienne Lou Taylor.

Elle cultivait une grande passion pour les parfums, elle suivait les conférences et ateliers de l’Osmothèque de Versailles, elle a même publié un texte sur le plus célèbre d’entre eux : « N°5 Culture Chanel ou les codes artistiques imaginaires de Mlle Chanel »

chanel-n5

En mai 2016, Eléonore Testa est intervenue au sein du séminaire sur la mode masculine de l’INHA, présentant une communication sur un autre parfum célèbre : « Eau Sauvage : la nouvelle parfumerie masculine des sixties, par Dior »

eau-sauvage

Il y a quelques semaines à peine, comme en écho à son travail et à sa passion, s’est ouvert à Paris, le Grand musée du parfum : Éléonore Testa était bien devenue une historienne du temps présent, curieuse du passé et attentive aux enjeux de son époque.

Toute l’équipe de l’IHTP s’associe à la peine de son mari Alain, et de son fils Camille.

Henry Rousso, avec Sophie Kurkdjian

Des vies plus jamais ordinaires

La collecte de témoignages filmés des victimes et des témoins des attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et à Paris se poursuit. Pendant la semaine de commémoration du premier anniversaire des attentats, nous avons participé à plusieurs émissions de radio : « La Fabrique de l’histoire » (France Culture, 9 novembre), « La Marche de l’histoire » (France Inter, 11 novembre) et  « La Marche du monde » (RFI, 13 novembre). France Inter et RFI sont partenaires de notre programme sur toute sa durée.

Nous avons également donné un entretien aux Inrocks (25 octobre) et à Libération (12 novembre) De son côté, Antoine Lefébure, qui a encouragé l’IHTP à se lancer dans cette collecte, est intervenu sur Franceinfo le 13 novembre à propos de l’enquête qu’il effectue auprès des habitants d’un immeuble voisin du Bataclan.

POUR NOUS CONTACTER : IHTP@IHTP.CNRS.FR

Commencée en mars 2016, notre collecte réunit une petite équipe composée de chercheurs (Elisabeth Claverie, Hélène Dumas, Judith Lindenberg, Cédric Moreau de Bellaing) et de doctorants (Claire Demoulin, José Quental, Antoine Rocipon, Chun Chun Wang, Alain Zind). Nous filmons ces entretiens de manière professionnelle, avec le concours de Zadig Films (Dominique Gibrail et Maxime Spinga), d’un chef-opérateur de prise de vues (Jean-Christophe Beauvallet) et d’un ingénieur du son (Mikaël Kandelman) habitués des longs-métrages de fiction aussi bien que des documentaires. Nous considérons en effet que si l’on recourt au langage de l’image animée, c’est pour en faire bénéficier les témoignages de la puissance d’expression et non la limiter à une simple fonction de captation ou d’enregistrement. Chaque témoin est filmé dans un lieu différent, selon un questionnaire ouvert qui lui donne toute latitude de construire son récit librement, sans jamais être interrompu. Dans leur majorité, les personnes interviewées se sont portées volontaires pour livrer leur récit. Nous entretenons avec certaines d’entre elles une relation épistolaire continue qui nous permet de suivre l’évolution de leur situation vers ce que Paul Ricœur qualifie de mémoire apaisée. Nous nous tenons cependant à la place qui est la nôtre, celle d’historiens du temps présent, tandis que d’autres instances interviennent à titre officiel – comme l’assistance juridique, administrative et psychologique fournie par les services du procureur en charge de l’enquête, ou privé – avec les deux associations créées au lendemain des attentats.

Le choix de produire une archive filmée ne peut se limiter à sa bonne conservation et à un accès restreint aux chercheurs, ou à usage sous forme d’extraits, non respectueux de l’entièreté du témoignage, même dans un cadre scolaire. Cette collecte a été pensée comme une médiation, à trois  – réalisateur, témoin, interviewer, et non, comme souvent, à deux – témoin, interviewer. Elle se veut respectueuse de l’intimité des personnes filmées (et de leur souhait initial de venir vers nous), et soucieuse, pour chacune d’entre elles, de trouver la bonne distance : celle qui met en confiance et autorise le témoin à livrer son récit, tout en donnant une place à de futurs spectateurs, quel que soit leur statut, en les invitant à voir, sans le filtre ou le détour d’une base de données, l’entretien filmé.

Pour ce qui me concerne, ces choix procèdent d’une expérience de réalisateur (Nuremberg. Les Nazis face à leurs crimes, 2006 ; De Hollywood à Nuremberg : John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, 2012) [1], où j’ai eu l’occasion de filmer des survivants de la Shoah, de concepteur de parcours permanent de musée (Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne, 2008), et de commissaire d’exposition (Filmer les camps, Mémorial de la Shoah, 2010) [2], où j’ai réfléchi avec des scénographes et des graphistes à la manière de montrer les images des camps et les premiers témoignages filmés par les Alliés. Mais également, d’un retour sur les expériences des grandes institutions patrimoniales comme le Musée de l’Holocauste de Washington, le Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies de Yale, le Mémorial de Yad Vashem et le Mémorial de la Shoah à Paris. L’histoire de la mémoire audiovisuelle de la Shoah a ainsi fait l’objet d’un programme de recherche qui s’est déroulé de 2010 à 2015 [3], sous la forme d’un colloque inaugural [4], d’un séminaire de recherche franco-américain [5], d’un enseignement à la Cardozo Law School à New York [6], d’un cycle de conférences [7] et d’une étude spécialisée sur le cas de Simon Srebnik [8].

L’un de nos axes de recherche visait la comparaison des instances judiciaires et mémorielles dans le recueil de la parole des témoins, une problématique partagée avec Élisabeth Claverie et Hélène Dumas. La présence auprès de nous d’un producteur de documentaires radiophoniques, Amaury Chardeau (France Culture), nous a paru importante pour bien cerner les enjeux particuliers de la voix et de son écoute, d’où vient l’accompagnement, sur la longue durée, par Jean Lebrun (France Inter) et Valérie Nivelon (RFI), de nos rencontres avec les victimes et les témoins. Enfin, l’expertise de Judith Lindenberg sur l’émergence du témoin dans la littérature sur la Shoah, et de Cédric Moreau de Bellaing sur la sociologie des institutions policières, l’État et le couple guerre/paix, nous a semblé indispensable.

À ce jour, nous avons filmé onze personnes. Les entretiens se sont déroulés à Paris, mais également à Saint-Denis, autour du Stade de France. Nous avons commencé avec Camellia, étudiante à l’université Paris 8 et vestiaire au Stade de France le soir du 13 novembre.

camellia-attek       Camellia

tournage2 Jean-Christophe Beauvallet (chef-opérateur), Alain Zind (assistant-opérateur), Claire Demoulin (assistante-réalisateur) et Mikaël Kandelman (ingénieur du son), Saint-Denis.

Nous avons ensuite filmé Denis Safran, médecin-chef de la Brigade de Recherche et d’Intervention, qui a géré la situation au Bataclan. Le tournage s’est déroulé au café Le Baromètre, où la BRI avait installé son QG avant d’intervenir au Bataclan.

denis-safran
Entretien avec Denis Safran, Le Baromètre.

capture-decran-2016-11-06-a-17-21-58     La  BRI au  Baromètre

Dans ce café, qui a accueilli pendant toute la nuit les rescapés, les employés et les musiciens du Bataclan, nous avons interviewé sa gérante, Véronique Laviec, ainsi que son fils, Julien Tafanel.

capture-decran-2016-11-06-a-17-41-15Christian Delage, Véronique Laviec, Julien Tafanel.

Puis Tommy et Vincent, qui célébraient à la Belle Équipe l’anniversaire d’une de leurs amies, blessée lors de la fusillade. Lors des entretiens, les hésitations, les temps morts, les arrêts inopinés de la parole font partie du moment du filmage. Quand il s’agit d’une expérience de groupe, nous favorisons un mode conversationnel.

capture-decran-2016-11-06-a-17-50-28
 Dans un appartement du boulevard Voltaire, Vincent (à gauche), écoute l’entretien que donne son ami Tommy, avant de le rejoindre, sur le mode de la conversation.

 Nous avons ensuite rencontré un urgentiste, de garde le soir du 13 novembre à l’hôpital Pitié-Salpétrière, qui a raconté dans le détail la gestion de l’arrivée d’une cinquantaine de victimes (dont la moitié en urgence absolue), qui se trouvaient dans les cafés visés ou au Bataclan.

 d-pariente-e-claverie
Élisabeth Claverie en compagnie de David Pariente, urgentiste.

Puis, ce fut le témoignage d’un rescapé du Bataclan, Thibault, impressionnant par son intensité et sa qualité réflexive. Après l’entretien, Élisabeth Claverie lui a écrit : « Je n’avais jamais entendu quelqu’un décrire de cette façon « présente », haletante, les dilemmes constants et de toutes sortes qu’il a dû résoudre, dans ce Bataclan livré à la folie, jamais entendu quelqu’un qui pouvait faire ressentir à ceux qui n’étaient pas là, toute la complexité des contraintes dans lesquelles il a été pris, et sa femme avec lui, la présence de tous les autres, et cette façon de faire ressentir, aussi, la culpabilité ressentie de les avoir et traversées et « résolues ».

thibault   Thibault

Nous nous sommes également entretenus avec l’historien Sylvain Pattieu, ami du géographe Matthieu Giroud, décédé au Bataclan. Sylvain a rappelé comment tous deux ont intégré en auditeurs libres l’École normale supérieure de Lyon pour y préparer (et réussir) l’agrégation, puis comment Matthieu en est venu à s’intéresser à la dimension humaine et sociale de sa discipline, en allant sur le terrain pour étudier les phénomènes de gentrification dans la banlieue parisienne.

s-pattieu
Sylvain Pattieu

Nous avons ensuite filmé un entretien avec un rugbyman professionnel, Aristide, gravement blessé au Petit-Cambodge, toujours en convalescence en ce mois de novembre, et qui espère pouvoir reprendre l’entraînement en 2017. En parallèle à sa carrière de sportif de haut niveau, Aristide a obtenu en Sorbonne une double licence en histoire et en cinéma. Une des raisons, sans doute, qui l’a poussé à faire son premier film sur l’histoire de sa grand-mère, employée aux usines Renault, et aujourd’hui retraitée.

a-barraudAristide

Enfin, nous avons suivi Stéphane Calmeyn près de la place Gambetta où se trouvait l’atelier de lutherie de Romain Naufle, décédé au Bataclan, et dont il était le voisin. Beaucoup de gens du quartier connaissaient Romain, et appréciaient de le voir travailler derrière la devanture où il plaçait les guitares qu’il venait de fabriquer.

capture-decran-2016-11-06-a-16-57-04Éponyme, l’atelier de lutherie de Romain Naufle rue des Gâtines.

D’autres entretiens sont en préparation. Nous présenterons un premier bilan de ce travail à l’IHTP en juin prochain.

[1]. « Bringing History into the Present Through Film: An Historian in the Archives of Nuremberg », Cineaste, 37.1, pp. 34-39.

[2]. « Écrire l’histoire à l’ère de sa reproduction muséographique », Imagination et Histoire, enjeux contemporains, textes édités par Marie Panter, Pascale Mounier, Monica Martinant et Matthieu Devigne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 155-167.

[3]. Je tiens à remercier la Commission et le Service de la recherche de l’université Paris 8, le Labex Arts H2H, le programme Investissements d’avenir (ANR 10-LABX_80-81) et l’Université Paris Lumières pour leur contribution à cette recherche, commencée avec ce travail sur la mémoire audiovisuelle de la Shoah, et poursuivie par la prise en compte des attentats du 13 novembre 2015.

[4]. « Making History in the Courtroom », Cardozo Law School/Institut d’histoire du temps présent (CNRS), New York, septembre 2010. Les actes du colloque ont été publiés : The Scene of the Mass Crime. History, Film, and International Tribunals, London and New York, Routledge, 2013.

[5]. « Places of Memory in trials and films », séminaire de recherche animé par Christian Delage (IHTP), Michael Levine (Rutgers University) et Peter Goodrich (Cardozo Law School)

[6]. « Mass Crimes: The Place of the Witness », automne 2013. Dans le cadre de ce cours, une série d’entretiens filmés avec les responsables des deux grandes collectes américaines de témoignages de la Shoah a été réalisée (Geoffrey Hartman, Renee Hartman et Dori Laub, Fortunoff Video Archive for Holocaust testimonies ; Dan Leshem, USC Shoah Foundation). À ces entretiens s’ajoute le point de vue d’un jeune cinéaste franco-cambodgien, Davy Chou, recueillant les témoignages de quelques-unes des personnalités marquantes du cinéma cambodgien dont les films ont quasiment tous été détruits par les Khmers Rouges.

[7]. « La Persistance du témoin », Mémorial de la Shoah, 8-15 novembre 2015.

[8]. Cette étude vient d’aboutir à la publication d’un article, « Les Récits d’un survivant de la Shoah, Simon Srebnik », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°132, octobre-décembre 2016, pp. 61-76, faisant suite à celui publié en 2010 dans la revue Le Débat (« La place du témoin filmé. De Nuremberg au procès des Khmers Rouges », pp. 33-49).

Colombie, Octobre 2016

À cinq jours d’intervalle, il y a un mois, la Colombie a vécu coup sur coup deux évènements. La signature d’accords de paix par son président Juan Manuel Santos et le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Puis le rejet d’extrême justesse de ces accords par un plébiscite, alors que ceux-ci allaient mettre fin à un conflit armé qui dure depuis 52 ans. Après quatre ans de négociations à la Havane avec la médiation de plusieurs pays, ils devaient aboutir au désarmement de la guérilla la plus ancienne d’Amérique latine.

Les négociations ont repris à huis clos, à la Havane. Pour revoir les accords sans ôter ses chances à la paix, et en exigeant la reddition des FARC. « Tout processus de paix est imparfait, la ligne qu’il trace entre justice et paix laisse beaucoup de gens mécontents. Mais une justice parfaite ne permet pas la paix, » rappelait déjà Santos, interviewé par le quotidien espagnol El País au moment où les négociateurs mettaient la dernière main aux accords.

Un cessez-le-feu est en vigueur. Il est jusqu’ici respecté par les FARC qui, juridiquement parlant, demeurent des rebelles. Leur démobilisation, qui devait s’effectuer sous contrôle de l’ONU dans des zones neutres désignées à cet effet, est au point mort. Sitôt le résultat du plébiscite connu, les messages « #AcuerdosYa : on veut la paix ! », « #PazAlaCalle : pour la paix, dans la rue ! » ont circulé sur les réseaux sociaux. Depuis, marches et autres initiatives pour la paix se succèdent dans les grandes villes du pays.

Après la séquence déconcertante des accords puis leur rejet, entre le 26 septembre et le 2 octobre, la Colombie vit en suspens, entre guerre et paix. Ça nous donne l’opportunité de réfléchir sans subir la tyrannie des dernières nouvelles.

Davantage que d’hypothèses, ce carnet fait état de réflexions échangées avec des collègues qui suivent la politique colombienne de près et de longue date — Herbert « Tico » Braun, Alexander Wilde, Sophie Daviaud. Sur le fait de voter No ou à des accords de paix, pour des gens qui ont toujours connu la guerre, de même que leurs parents, grands-parents et arrière grands-parents. Et sur les FARC : que savent-ils de la société colombienne? Et que pensent d’eux les Colombiens ?

La panne actuelle du processus de paix s’inscrit dans quelque chose d’antérieur : des politiques publiques de « construction de la paix » menées de façon soutenue depuis 2003. Ces politiques font depuis le début une place unique à la connaissance historique. À côté des juges, des historiens ont été mobilisés pour faire advenir la paix. Sur ce dernier aspect, je pars d’observations faites entre 2008 et 2015, lors de rencontres auxquelles je participais, sur des questions d’archives et d’histoire du passé récent, dans le cadre de ces politiques publiques ou d’initiatives universitaires qu’elles ont stimulées. Continuer la lecture de Colombie, Octobre 2016

Accueillir les étrangers en France, 1965-1983

Le nouveau projet du réseau, co-dirigé par Anne Kerlan (IHTP-CNRS-Paris 8) et Michel Hastings (Sciences-Po Lille), Accueillir les étrangers en France 1965-1983, a été présenté le 12 octobre 2016 aux correspondants départementaux de l’IHTP.

Lire le texte etrangers-projet.

ère page de la revue "Accueillir", publication du SSAE, Service d'aide aux émigrants, n°54, novembre 1978. Source : Archives nationales
1ère page de la revue « Accueillir », publication du SSAE, Service social d’aide aux émigrants, n°54, novembre 1978. Source : Archives nationales

La Révolution, vous vous la représentez comment ?

revolution

Notre collègue Guillaume Mazeau, Maître de conférences à l’université Paris 1, lance une grande enquête sur les manières dont les historien-ne-s se représentent la Révolution française.

Cette enquête repose sur un questionnaire à remplir en ligne (temps escompté entre 5 et 10 mn) en cliquant sur le lien suivant:

https://docs.google.com/a/sciencespo.fr/forms/d/1hvVN-4aMgSJ8TupQAyPnfQayG4iTTwBUhul92KC4ZUo/edit

Les résultats de cette enquête, visant à analyser la conscience historique de l’événement au sein de la profession, plus de 20 ans après le Bicentenaire, seront publiés dans un livre d’essais chez Fayard.

Vous êtes les bienvenus !