Archives de catégorie : publications

Peter Schöttler, « Du Rhin à la Manche », Presses Universitaires François-Rabelais, 2017

Peter Schöttler, Du Rhin à la Manche. Frontières et relations franco-allemandes au XXe siècle. Préface de Henry Rousso. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, collection « Perspectives historiques », 2017, 228 p.

En 1919, le traité de Versailles apporte une réponse provisoire à la définition de la frontière entre la France et l’Allemagne. Mais dans l’entre-deux-guerres, des savants allemands légitiment des stratégies d’annexion en définissant le « sol ethnique et culturel allemand ».  En juin 1940, alors que les armées allemandes écrasent la Belgique et la France, Hitler annexe des territoires et trace de nouvelles frontières. Quel avenir pour la France dans une Europe nazie : domination, écrasement, disparition… ou collaboration autour d’un projet commun ? A travers le parcours insolite du SS Gustav Krukenberg (1888-1980) – francophile et militant de l’entente entre la France et l’Allemagne; commandant de la division SS « Charlemagne à Berlin contre l’Armée rouge ; contribue à la construction européenne après la guerre – se dessine une autre idée du rapprochement franco-allemand…

 

http://pufr-editions.fr/livre/du-rhin-%C3%A0-manche

 

 

 

 

 

Table des matières et introductionSchottlerRhinMancheIntrod

 

 

 

Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pour souligner la publication du 20e numéro de Conserveries mémorielles, nous diffusons ici son propos introductif, un texte de Frédérique Langue. Ce texte liminaire est suivi, plus bas, du sommaire du dossier thématique.

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

 

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Continuer la lecture de Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pascale Thibaudeau (Dir.), Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques, HispanismeS, n°7

Vient d’être mis en ligne :

Pascale Thibaudeau (Dir.), Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques. Revue HispanismeS n°7 – Premier semestre 2016.

Le numéro 7 de la revue HispanismeS s’intéresse aux représentations qu’offre le cinéma des guérillas qui se sont développées en Espagne et en Amérique Latine tout au long du XXe siècle. Que les films participent à la production des mémoires à venir ou répondent aux injonctions contemporaines de remémoration du passé, ils sont examinés ici au prisme de la hantise et de la spectralité, lesquelles impliquent de tenir compte de la façon dont les éléments du passé font retour dans le présent, des questions d’héritage et de refoulement, mais aussi des modèles iconiques qui ressurgissent et de la nature, elle-même spectrale, de l’image cinématographique.

Agnès Callu (dir.), « Autopsie du musée », Éditions du CNRS

Agnès Callu (dir.), Autopsie du musée : études de cas, 1880-2010, [préface de Roland Recht], Paris, Éditions du CNRS, 2016.

Observer en grand angle le musée du XXe siècle comme objet historique compose une démarche inédite. Elle suppose d’apprécier les enjeux politiques, sociaux, culturels et économiques qu’il suscite, à l’échelle de l’État comme des collectivités territoriales, dans des perspectives hexagonales comme transnationales. Car le musée évolue aujourd’hui dans une société ouverte à la novation esthétique et patrimoniale en même temps qu’il adopte l’acculturation des codes hiérarchiques et les évolutions entrepreneuriales ou technologiques. Partagé en deux parties (« Figures » et « Territoires »), cet ouvrage aborde des situations aux registres et répertoires différenciés. Les textes réunis ici questionnent, en longue durée, le musée et ses représentations, entre élitisme social, promotion de la culture pour tous, merchandising, aussi, des biens culturels pour chacun. Sont ouvertes ou creusées – souvent en diachronie par le témoignage d’anciens et nouveaux acteurs – plusieurs pistes amenant à discuter la place du musée dans les imaginaires collectifs, le capital symbolique d’un geste ou d’un espace architectural, le trilogue entre l’œuvre, l’artiste et celles et ceux, qui désormais pluriels et parfois concurrents, participent à sa « vie » au musée.

Préface de Roland Recht

Roland Recht est professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. 

http://www.cnrseditions.fr/histoire/7396-autopsie-du-musee.html

couvautopsiexcf

Henry Rousso, « Face au passé », Belin

Henry Rousso, Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, éditions Belin, collection Histoire, 2016.

Le terme de « mémoire » n’est plus seulement un mot galvaudé, c’est un mot usé. Il a fini par désigner sans distinction tout type de rapport entre passé et présent, reléguant au second rang, non sans de vives querelles, d’autres modalités comme la tradition ou l’histoire. Si la mémoire continue de fonder toute identité collective, elle a donné lieu ces dernières décennies à des formes inédites de revendications sociales et de politiques publiques. Elle est devenue une valeur cardinale de notre temps, un nouveau droit humain, un marqueur des sociétés démocratiques, qui repose sur l’idée qu’il faut agir rétroactivement sur l’Histoire, même révolue, pour la « réparer » et la réécrire au nom de principes qui fondent notre présent.Dans cet ouvrage, Henry Rousso, l’un des premiers historiens à avoir travaillé sur l’histoire du souvenir des grands traumatismes collectifs, s’intéresse aux évolutions récentes des usages et politiques de mémoire en France mais montre aussi à quel point la compréhension de ces phénomènes doit se penser à une échelle globale, européenne ou mondiale. L’enjeu est d’importance : l’investissement considérable des sociétés modernes pour entretenir le souvenir des catastrophes historiques ne les a pas prémunies contre un retour du tragique et de la violence de masse qu’elles pensaient ainsi conjurer.

Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016
Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

Entretiens de Henry Rousso à propos de son livre :
– Les Inrockuptibles par Jean-Marie Durand, le 16 avril 2016 : “Les victimes de l’histoire en appellent plus à la connaissance qu’à la reconnaissance”.
– Sur RTS, Radio Télévision Suisse, le 15 avril 2016, dans Tout un monde, d’Eric Guevara-Frey et Patrick Chaboudez : L’Europe et le « plus jamais ça ».

Cahiers Jean-Richard Bloch : hommages à Nicole Racine

Publication des  Cahiers Jean-Richard Bloch, 21.

Numéro d’hommages à Nicole Racine, cette édition des Cahiers est le résultat de deux journées d’études auxquelles l’IHTP s’était associé.

Nicole Racine a participé pendant de longues années au Groupe de recherche de l’Histoire des intellectuels à l’IHTP avec Michel Trebistch.

  Continuer la lecture de Cahiers Jean-Richard Bloch : hommages à Nicole Racine