Archives de catégorie : Ecritures du temps présent

« Qu’est-ce qu’un ‘bon’ réfugié ? » présentation d’Anne-Lise Rodrigo le 20 juin 2016

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

Le 20 juin 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Anne-Lise Rodrigo (FRAMESPA-Université Jean-Jaurès) est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée :

Qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ?
Le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale

 » Dès le milieu des années 1930 et jusqu’en 1947, le Canada ferme ses frontières et refuse d’accueillir des réfugiés, particulièrement les individus juifs fuyant la Shoah. Environ 5 000 hommes, femmes et enfants rejoignent néanmoins les terres canadiennes grâce à des mouvements de secours ou des déplacements organisés de populations.
L’étude des archives des associations canadiennes prenant en charge les européens fuyant l’Europe permet de définir et de repérer plusieurs groupes qui composent le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale : en 1940, des enfants britanniques sont « évacués » au Canada ; la même année, environ 1300 réfugiés juifs internés en Grande-Bretagne sont transférés dans des camps canadiens ; en 1941, une centaine de Polonais réfugiés au Japon et 29 étudiants et rabbins réfugiés à Shanghai et appartenant à la Mir Yeshiva arrivent à Vancouver ; en 1944 enfin, 420 réfugiés « ibériques » juifs bloqués en Espagne et au Portugal parviennent à Montréal.
L’examen de ces différents groupes met en relief plusieurs questions : qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ? Qui secourir ? Quels regards porte le Canada – le gouvernement fédéral et les comités de bienfaisance – sur les individus accueillis sur son sol ? »

Séminaire doctoral « Écritures du temps présent », 23 mai 2016

8ème séance du Séminaire doctoral « Écritures du temps présent : épistémologie et méthodologie » – 23 mai 2016, 14h30-16h30, IHTP, salle 255.

Présentations de :
Jean-François Bonhoure (Paris 1/ CHS)
Juan Corvalan (CERMA/EHESS)

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

« L’histoire et les historiens en France de l’entre-deux-guerres à l’après-guerre : de l’objet culturel au groupe social »  présenté Jean-François Bonhoure  (Paris 1/ CHS)

« Politique et religion en Amérique Latine : Des pratique populistes au sein de l’Église Argentine ? »  présenté par Juan Corvalan (CERMA, EHESS)

Continuer la lecture de Séminaire doctoral « Écritures du temps présent », 23 mai 2016

“Histoire de la pensée économique. Approches d’une histoire trasnationale”. Présentation de Michele Mioni le 11 avril 2016

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

Séance du 11 avril 2016 : Michele Mioni (Paris 1, IHTP/ IMT Lucca) animera la séance avec le sujet “Histoire de la pensée économique. Approches d’une histoire trasnationale”

« Les études sur l’Etat-providence ont surtout été menées par les sciences sociales et politiques. Et pourtant, les travaux historiographiques à cet égard sont de plus en plus nombreux. L’historiographie, cependant, emprunte des lignes interprétatives générales, et la terminologie, aux sciences sociales. Toutefois, si la méthodologie est apparemment similaire (l’approche comparative, voire globale), un regard plus attentif montre que des différences importantes existent entre l’approche des historiens et celle des chercheurs en sciences sociales. Un des enjeux dans l’approche historique sur une matière qui n’est encore examinée en détails par l’historiographie, est d’interagir avec les sciences sociales. Il s’agit de tenir en compte de nombreuses références scientifiques au sujet des politiques sociales ; et en même temps, de ramener la recherche à sa dimension historique. Cela signifie tout d’abord de mettre en évidence une approche historiographique qualitative et fondée sur les sources primaires, là où la sociologie a plutôt privilégié la comparaison quantitative et des larges généralisations théoriques. »

 7eme seance_affiche_corrigée

« Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie » présentation de Claire Demoulin le 21 mars à 14h30

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

le 21 mars 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Claire Demoulin est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie

« L’écriture biographique impose un certain nombre de paris (François Dosse, Le Pari biographique, écrire une vie, 2011), tant pour la littérature que dans les sciences humaines. Le cinéma n’échappe pas à la règle et William Dieterle (1893-1972), réalisateur allemand qui migre aux Etats-Unis en 1929, est considéré avec The Story of Louis Pasteur (1936) ou encore de The Life of Emile Zola (1937) comme l’un des précurseurs de ce genre nouveau, que l’on nommera a posteriori le biopic. La forme de son écriture, la composition des scènes, l’influence exercée par l’industrie cinématographique, croisent un contexte artistique, culturel et politique, dont les rapports interrogent sa singularité dans l’évolution du genre. Cependant, il ne s’agit pas tant de penser les emprunts ou les adaptations d’un art à l’autre, de ne considérer les transferts biographiques que dans le mouvement du texte vers l’image. Il s’agit en définitive, à partir de ces échanges, de comprendre comment le cinéma avec les outils qui lui sont propres, s’est réapproprié la question biographique. »

seminairedoc

15 février 14h30 : « Quand les sources dissonent. Retour sur la finale de la première coupe du monde de Football » Au séminaire doctoral écritures du temps présent

Nous publions ici un texte liminaire de Lorenzo Jalabert présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent au séminaire doctoral à 14 h 30 .

« Le 30 juillet 1930, les équipes de football d’Argentine et d’Uruguay s’affrontaient à Montevideo lors de la finale de la première Coupe du monde de la FIFA. Suite aux 90 minutes de jeux, ce furent finalement les hôtes de la compétition qui remportèrent la victoire sur leurs homologues argentins. Bien loin des préceptes du « fairplay » et des idéaux de la figure du « gentleman » ayant présidé à la création de ce sport un demi-siècle plus tôt, la situation s’envenima rapidement entre les deux voisins du Rio de la Plata. L’ambiance était vive autour du stade, les accrochages entre spectateurs des deux rives se multiplièrent. À Buenos Aires, une foule en colère caillassa le consulat uruguayen obligeant la police à intervenir. Les relais médiatiques s’emparèrent rapidement de la question. Les accusations fusèrent : d’avoir volé le match pour les uns, d’être de mauvais perdants pour les autres. 86 ans plus tard, la polémique perdure toujours dans l’historiographie. En prenant le cas de cette finale de 1930, nous essaierons de dégager les différents obstacles susceptibles de se dresser sur la route d’un travail de thèse centrée sur l’étude de cette première Coupe du monde, et ce avec pour objectif dans le cadre d’un séminaire comme celui-ci, de servir de point d’appui à des discussions et échanges autour de la notion d’objectivité. »

affiche séminaire IHTP séance4 (1)

18 Janvier, 14h30, « aspects de la démarche archivistique » Au séminaire doctoral écritures du temps présent

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

affiche séminaire IHTP séance4

14 décembre, 14h30 : « Le Documentaire comme forme de l’histoire » au séminaire doctoral écritures du temps présent

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

affiche doctorants