Archives par mot-clé : cinéma

Pascale Thibaudeau (Dir.), Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques, HispanismeS, n°7

Vient d’être mis en ligne :

Pascale Thibaudeau (Dir.), Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques. Revue HispanismeS n°7 – Premier semestre 2016.

Le numéro 7 de la revue HispanismeS s’intéresse aux représentations qu’offre le cinéma des guérillas qui se sont développées en Espagne et en Amérique Latine tout au long du XXe siècle. Que les films participent à la production des mémoires à venir ou répondent aux injonctions contemporaines de remémoration du passé, ils sont examinés ici au prisme de la hantise et de la spectralité, lesquelles impliquent de tenir compte de la façon dont les éléments du passé font retour dans le présent, des questions d’héritage et de refoulement, mais aussi des modèles iconiques qui ressurgissent et de la nature, elle-même spectrale, de l’image cinématographique.

Atelier de recherche « Muséalité du Mashup »

La saison 2016-2017 de l’APPIA (atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées), orchestrée par Alain Zind et Stéphanie-Emmanuelle Louis avec la collaboration de Vincent Auzas, défrichera quelques pans d’une vaste thématique : les rapports entre Mashup et patrimonialisation du cinéma, sous le titre « Muséalité du Mashup ».

 

La notion générale de « mashup » renvoie à un phénomène culturel de rupture des barrières traditionnelles entre autorités compétentes et amateurs éclairés que permet un environnement tel qu’internet. Ce phénomène est assimilé par Laurence Allard aux théories et attentes de réversibilité de Walter Benjamin. Cette dimension participative de la culture est favorisée par la circulation massive de l’information, se perpétuant dans la pratique du Mashup cinématographique. De par cette mobilité et une maniabilité accrue des contenus cinématographiques, puis de la dissémination des pratiques domestiques de l’image animée qui s’étendent désormais tout autant au visionnage qu’au montage, le Mashup se pose comme une pratique créative de masse. Son essence résidant dans le réemploi de matériaux cinématographiques préexistants, il peut être légitiment considérée à l’aune de la question patrimoniale. Autrement dit : en quoi cette pratique participe-t-elle de la mise en œuvre d’un processus de conservation, d’intellection et transmission du passé cinéma ? Ces missions étant celles dévolues à l’institution muséale, nous pourrions envisager comme ligne de fuite à notre réflexion la question de la « Muséalité du Mashup ».

Cette saison d’atelier s’attachera à l’étude d’un cas concret d’évolution dans la pratique de l’art sous l’ère numérique, celui du cinéma Mashup. A partir de ce fil conducteur, plusieurs piste de réflexions seront dégagées au cours des séances, embrassant les questions de circulation, d’accès aux images, de détournement, de mécaniques esthétiques cinématographiques, de mémoire et d’écriture du passé.

La première séance se déroulera le mercredi 23 novembre à 14h, dans les locaux de l’IHTP (59 rue Pouchet, paris 17e, metro Guy Mocquet ou Porte de Clichy) – Salle 255

+  d’infos sur la séance sur le carnet APPIA 

N’hésitez pas à nous contacter ou signaler votre présence sur carnet.appia@gmail.com 

Au plaisir de vous voir nombreux.

Les organisateurs d’APPIA

Séminaire « Histoire culturelle du cinéma » 2016-2017

« Les corps au cinéma, entre salle et écran »

La question du corps au cinéma est loin de se limiter à une problématique figurale et à une perspective esthétique. Envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle, elle recouvre bien sûr des enjeux de représentations, mais aussi des interrogations liées à la nature même de l’expérience cinématographique, qu’il s’agisse de la performance de l’acteur devant la caméra ou de l’épreuve corporelle du spectateur dans la salle. Le séminaire « Histoire culturelle du cinéma » se propose, dans ce cycle entamé l’année dernière, d’explorer ces diverses facettes d’une culture des corps cinématographiques.

Le séminaire est organisé par Christophe Gauthier (École nationale des chartes),  Anne Kerlan (IHTP-CNRS-Paris 8), Myriam Juan (Université de Caen), Mélisande Levantopoulos (Université Paris 8) et Dimitri Vezyroglou (université Paris 1).

Horaires : le jeudi de 18 h à 20 h

Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA) – Galerie Colbert
2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, Paris 2eMétro : Bourse, Pyramides ou Palais-Royal.
Salle : René Jullian (1er étage)

Continuer la lecture de Séminaire « Histoire culturelle du cinéma » 2016-2017

« Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie » présentation de Claire Demoulin le 21 mars à 14h30

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

le 21 mars 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Claire Demoulin est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie

« L’écriture biographique impose un certain nombre de paris (François Dosse, Le Pari biographique, écrire une vie, 2011), tant pour la littérature que dans les sciences humaines. Le cinéma n’échappe pas à la règle et William Dieterle (1893-1972), réalisateur allemand qui migre aux Etats-Unis en 1929, est considéré avec The Story of Louis Pasteur (1936) ou encore de The Life of Emile Zola (1937) comme l’un des précurseurs de ce genre nouveau, que l’on nommera a posteriori le biopic. La forme de son écriture, la composition des scènes, l’influence exercée par l’industrie cinématographique, croisent un contexte artistique, culturel et politique, dont les rapports interrogent sa singularité dans l’évolution du genre. Cependant, il ne s’agit pas tant de penser les emprunts ou les adaptations d’un art à l’autre, de ne considérer les transferts biographiques que dans le mouvement du texte vers l’image. Il s’agit en définitive, à partir de ces échanges, de comprendre comment le cinéma avec les outils qui lui sont propres, s’est réapproprié la question biographique. »

seminairedoc

20 janvier : La résistance antifranquiste en Espagne : entre histoire et mémoire

Le 20 janvier 2016, Pascale Thibaudeau et Mercedes Yuste, professeures à l’Université Paris 8 seront les invitées du séminaire « Mémoire et histoire du temps présent en Amérique latine » qui se tiendra dans les locaux de l’EHESS.

« À l’inverse de la Résistance française, mythifiée dès la victoire des alliés et instrumentalisée à des fins de cohésion nationale, la résistance antifranquiste, active jusque dans les années 50, est longtemps restée méconnue en Espagne, frappée du sceau du silence. Entre la propagande officielle qui la niait ou la réduisait au banditisme, les légendes populaires dessinant des figures mythiques, en passant par l’héroïsation de certains combattants par les mouvements dont ils étaient issus, l’histoire de cette guerre, qui se poursuit bien après 1939 dans certaines zones enclavées du pays, est difficile à écrire.

Les historiens s’y sont attelés, dès les années 80, après le retour de la démocratie, confrontés à l’instabilité des sources orales et à la difficulté d’accès aux documents écrits, sans toujours échapper aux approches partisanes, tandis que les récits fictionnels, littéraires et cinématographiques, se sont emparés du sujet et de ses béances, depuis les années 70 jusqu’à nos jours, pour réinventer une mémoire collective de la résistance antifranquiste.

Cette intervention à deux voix propose donc d’envisager la façon dont s’articulent l’historiographie de la résistance antifranquiste et la construction de sa mémoire par les fictions cinématographiques dans la société espagnole post-franquiste.

La séance sera également l’occasion de présenter le numéro 12 de la revue Pandora, consacré aux Politiques, Récits et Représentations de la Mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles :  »

Mercedes Yusta Rodrigo est historienne, Professeure à l’université Paris 8 et membre de l’IUF.

Pascale Thibaudeau est Professeure à l’université Paris 8, en délégation à l’IHTP, spécialiste du cinema espagnol.

Programme du séminaire « Histoire culturelle du cinéma »

Programme 2015-2016

« Les corps au cinéma, entre salle et écran »

La question du corps au cinéma est loin de se limiter à une problématique figurale et à une perspective esthétique. Envisagée sous l’angle de l’histoire culturelle, elle recouvre bien sûr des enjeux de représentations, mais aussi des interrogations liées à la nature même de l’expérience cinématographique, qu’il s’agisse de la performance de l’acteur devant la caméra ou de l’épreuve corporelle du spectateur dans la salle. Le séminaire « Histoire culturelle du cinéma » se propose, dans ce nouveau cycle, d’explorer ces diverses facettes d’une culture des corps cinématographiques.

Horaires : le jeudi de 18 h à 20 h.
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA) – Galerie Colbert
2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, Paris 2eMétro : Bourse, Pyramides ou Palais-Royal
Salle : René Jullian (1er étage) Continuer la lecture de Programme du séminaire « Histoire culturelle du cinéma »

Hollywood à Shanghai, par Anne Kerlan

En 1930, un groupe d’entrepreneurs chinois vivant entre Shanghai, Hong Kong et Pékin, fondent une des plus grandes compagnies cinématographiques de l’époque, la Lianhua. La Chine est alors une nation jeune et vulnérable et leur projet est autant économique que politique. La compagne ambitionne de donner ses lettres de noblesse au cinéma chinois et de concurrencer les Majors américaines qui dominent le marché du film. A Shanghai, elle projette de bâtir un « Hollywood oriental ». Un immense complexe de production voit alors le jour, sorte de microcosme idéal où l’art et la culture doivent servir le projet de construction nationale. Les acteurs, réalisateurs, techniciens de la Lianhua comptent parmi les plus grands de l’époque. Leurs films attestent de leur exigence artistique, combinant la volonté de s’approprier le cinéma hollywoodien et d’explorer l’art cinématographique à la nécessité de dénoncer les problèmes du pays.

Continuer la lecture de Hollywood à Shanghai, par Anne Kerlan