Archives par mot-clé : guerre

« Qu’est-ce qu’un ‘bon’ réfugié ? » présentation d’Anne-Lise Rodrigo le 20 juin 2016

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

Le 20 juin 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Anne-Lise Rodrigo (FRAMESPA-Université Jean-Jaurès) est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée :

Qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ?
Le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale

 » Dès le milieu des années 1930 et jusqu’en 1947, le Canada ferme ses frontières et refuse d’accueillir des réfugiés, particulièrement les individus juifs fuyant la Shoah. Environ 5 000 hommes, femmes et enfants rejoignent néanmoins les terres canadiennes grâce à des mouvements de secours ou des déplacements organisés de populations.
L’étude des archives des associations canadiennes prenant en charge les européens fuyant l’Europe permet de définir et de repérer plusieurs groupes qui composent le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale : en 1940, des enfants britanniques sont « évacués » au Canada ; la même année, environ 1300 réfugiés juifs internés en Grande-Bretagne sont transférés dans des camps canadiens ; en 1941, une centaine de Polonais réfugiés au Japon et 29 étudiants et rabbins réfugiés à Shanghai et appartenant à la Mir Yeshiva arrivent à Vancouver ; en 1944 enfin, 420 réfugiés « ibériques » juifs bloqués en Espagne et au Portugal parviennent à Montréal.
L’examen de ces différents groupes met en relief plusieurs questions : qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ? Qui secourir ? Quels regards porte le Canada – le gouvernement fédéral et les comités de bienfaisance – sur les individus accueillis sur son sol ? »

Tribune d’Henry Rousso dans Libération

Le 20 novembre 2015, Libération a publié une tribune de d’Henry Rousso : « On ne va pas rouvrir les abris anti-aériens… »

« «Nous sommes en guerre», a déclaré François Hollande. Oui, nous sommes en guerre dès lors qu’une entité – groupe criminel, secte millénariste ou Etat territorial en gestation – a décidé par la violence, de nous contraindre – nous, adversaires nommément désignés et ciblés – à exécuter sa volonté, pour reprendre la célèbre définition de Clausewitz. Cette entité a manifesté en outre sa volonté d’user d’une violence sans limites, nihiliste et apocalyptique, mais qui a sa rationalité. Celle-ci n’est contrainte par aucun souci de protéger les siens (combattants suicidaires ou civils utilisés comme boucliers), et elle s’alimente de volontaires venus de toutes parts. Cette entité a même inauguré une nouvelle forme de guerre génocidaire, heureusement encore circonscrite, puisqu’elle ne choisit même plus des cibles singulières, «impies» ou «mécréants», mais abat tout être vivant dans sa ligne de mire, musulmans compris, preuve que les termes de «guerre de religion» ou même de «civilisation» sont inopérants. On peut néanmoins s’interroger sur les implications à court terme d’une telle «déclaration de guerre» dans un pays encore marqué par le souvenir de conflits récents de grande intensité. (…) »

 

Poursuivre la lecture de cette tribune sur le site de Libération