Archives par mot-clé : Henry Rousso

Peter Schöttler, « Du Rhin à la Manche », Presses Universitaires François-Rabelais, 2017

Peter Schöttler, Du Rhin à la Manche. Frontières et relations franco-allemandes au XXe siècle. Préface de Henry Rousso. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, collection « Perspectives historiques », 2017, 228 p.

En 1919, le traité de Versailles apporte une réponse provisoire à la définition de la frontière entre la France et l’Allemagne. Mais dans l’entre-deux-guerres, des savants allemands légitiment des stratégies d’annexion en définissant le « sol ethnique et culturel allemand ».  En juin 1940, alors que les armées allemandes écrasent la Belgique et la France, Hitler annexe des territoires et trace de nouvelles frontières. Quel avenir pour la France dans une Europe nazie : domination, écrasement, disparition… ou collaboration autour d’un projet commun ? A travers le parcours insolite du SS Gustav Krukenberg (1888-1980) – francophile et militant de l’entente entre la France et l’Allemagne; commandant de la division SS « Charlemagne à Berlin contre l’Armée rouge ; contribue à la construction européenne après la guerre – se dessine une autre idée du rapprochement franco-allemand…

 

http://pufr-editions.fr/livre/du-rhin-%C3%A0-manche

 

 

 

 

 

Table des matières et introductionSchottlerRhinMancheIntrod

 

 

 

Henry Rousso, « Face au passé », Belin

Henry Rousso, Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, éditions Belin, collection Histoire, 2016.

Le terme de « mémoire » n’est plus seulement un mot galvaudé, c’est un mot usé. Il a fini par désigner sans distinction tout type de rapport entre passé et présent, reléguant au second rang, non sans de vives querelles, d’autres modalités comme la tradition ou l’histoire. Si la mémoire continue de fonder toute identité collective, elle a donné lieu ces dernières décennies à des formes inédites de revendications sociales et de politiques publiques. Elle est devenue une valeur cardinale de notre temps, un nouveau droit humain, un marqueur des sociétés démocratiques, qui repose sur l’idée qu’il faut agir rétroactivement sur l’Histoire, même révolue, pour la « réparer » et la réécrire au nom de principes qui fondent notre présent.Dans cet ouvrage, Henry Rousso, l’un des premiers historiens à avoir travaillé sur l’histoire du souvenir des grands traumatismes collectifs, s’intéresse aux évolutions récentes des usages et politiques de mémoire en France mais montre aussi à quel point la compréhension de ces phénomènes doit se penser à une échelle globale, européenne ou mondiale. L’enjeu est d’importance : l’investissement considérable des sociétés modernes pour entretenir le souvenir des catastrophes historiques ne les a pas prémunies contre un retour du tragique et de la violence de masse qu’elles pensaient ainsi conjurer.

Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016
Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

Entretiens de Henry Rousso à propos de son livre :
– Les Inrockuptibles par Jean-Marie Durand, le 16 avril 2016 : “Les victimes de l’histoire en appellent plus à la connaissance qu’à la reconnaissance”.
– Sur RTS, Radio Télévision Suisse, le 15 avril 2016, dans Tout un monde, d’Eric Guevara-Frey et Patrick Chaboudez : L’Europe et le « plus jamais ça ».

« La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ? », sur France Culture, avec Henry Rousso

La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ?

C’était le thème de l’émission « Du grain à moudre », de Hervé Gardette, sur France Culture, le 28 mars, 2016, avec Henry Rousso, auteur de Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Belin, 2016, et Patrick Boucheron, qui a traité de ce sujet dans sa leçon inaugurale au Collège de France.

Lien vers l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/la-memoire-joue-t-elle-contre-l-histoire

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

 

Exposition « Après la Shoah »

Exposition Après la Shoah. Rescapés, réfugiés, survivants (1944-1947), du 27 janvier au  au 30 octobre 2016, au Mémorial de la Shoah, 75004 Paris.

Commissariat scientifique :
Henry Rousso (CNRS) avec Laure Fourtage (Paris 1), Julia Maspero (Paris 1), Constance Pâris de Bollardière (EHESS), Simon Perego (Sciences Po Paris). – Commissariat général et coordination : Marie-Edith Simonneaux Agostini, assistée de Yasmin Gebhard, Mémorial de la Shoah.
Lien vers l’exposition

Une émission a été consacrée à l’exposition, sur Radio France Internationale, dans La Marche du monde, par Valérie Nivelon, « Vivre après la Shoah », le 23  janvier dernier.
Lien vers l’émission

 

Tribune d’Henry Rousso dans Libération

Le 20 novembre 2015, Libération a publié une tribune de d’Henry Rousso : « On ne va pas rouvrir les abris anti-aériens… »

« «Nous sommes en guerre», a déclaré François Hollande. Oui, nous sommes en guerre dès lors qu’une entité – groupe criminel, secte millénariste ou Etat territorial en gestation – a décidé par la violence, de nous contraindre – nous, adversaires nommément désignés et ciblés – à exécuter sa volonté, pour reprendre la célèbre définition de Clausewitz. Cette entité a manifesté en outre sa volonté d’user d’une violence sans limites, nihiliste et apocalyptique, mais qui a sa rationalité. Celle-ci n’est contrainte par aucun souci de protéger les siens (combattants suicidaires ou civils utilisés comme boucliers), et elle s’alimente de volontaires venus de toutes parts. Cette entité a même inauguré une nouvelle forme de guerre génocidaire, heureusement encore circonscrite, puisqu’elle ne choisit même plus des cibles singulières, «impies» ou «mécréants», mais abat tout être vivant dans sa ligne de mire, musulmans compris, preuve que les termes de «guerre de religion» ou même de «civilisation» sont inopérants. On peut néanmoins s’interroger sur les implications à court terme d’une telle «déclaration de guerre» dans un pays encore marqué par le souvenir de conflits récents de grande intensité. (…) »

 

Poursuivre la lecture de cette tribune sur le site de Libération