Archives par mot-clé : Malika Rahal

Des frontières héritées au Califat – archive de la table ronde des Rencontres d’Averroès

Nous publions ici, avec l’autorisation d’Emmanuel Laurentin que nous remercions, l’archive de La Fabrique de l’histoire diffusée ce jeudi 19 novembre. Nous reprenons ici, en ouverture, la nécessaire mise en contexte proposée par Emmanuel Laurentin en présentation de l’enregistrement du débat qui s’est tenu vendredi 13 novembre, à Marseille, dans le cadre des 22e rencontres d’Averroès.

 

« Vous l’avez noté depuis le début de cette semaine, La Fabrique de l’histoire a changé sa programmation à la suite des attentats de vendredi dernier. Des attentats qui se déclenchèrent deux heures après la fin du débat sur les frontières dans le monde arabe, sur Daech, et sur le retour du califat que nous vous proposons d’écouter ce matin.

C’était vendredi dernier, à Marseille. En ouverture des 22èmes rencontres d’Averroès qui avaient pour titre cette année « Méditerranée, un rêve brisé ». Nous avions rassemblé pour ces débats de nombreux spécialistes des tragédies méditerranéennes et des fractures qui séparent les rives de cette mer. A la suite des attentats, les quatre débats en public, les trois débats en public du samedi ont été annulés. Nous avons donc décidé de vous proposer ce matin le seul que nous ayons enregistré, car il s’y énonçait, alors qu’on n’imaginait pas encore les attentats à venir, nombre des analyses de fonds nécessaire à comprendre cette violence.

Un débat intitulé « Des frontières héritées au retour du Califat » avec Pierre-Jean Luizard, spécialiste de l’Iraq et auteur Du piège Daesh. L’état Islamique ou le retour de l’histoire chez A la Découverte ; Vincent Lemire, directeur du projet Open Jerusalem et auteur de Jérusalème 1900. La ville sainte à l’âge des possibles, publié chez Armand Colin et traduit récemment en arabe et en hébreu ; Julien Loiseau directeur du Centre de recherches français à Jérusalem et auteur d’un grand livre sur l’histoire des mamlouks publié dans la collection « l’univers historique » aux éditions du Seuil ; et enfin Malika Rahal, historienne, chercheuse à l’Institut d’histoire du temps présent, spécialiste de l’Algérie d’après la colonisation. »

« La Terrasse. Retour sur une histoire du temps présent », avec Malika Rahal

Le 16 août, Malika Rahal a publié un article, « La Terrasse. Retour sur une histoire du temps présent », dans son carnet de recherche, Textures du temps, dont voici les premières lignes.

« Il n’aura peut-être pas échappé aux lecteurs de Textures du temps que j’ai écris il y quelques années une biographie d’Ali Boumendjel, l’avocat et militant politique algérien.

C’est durant cette recherche que j’ai commencé à saisir combien la connaissance des lieux aide à la compréhension des choses, et ancre l’écriture : j’avais vu la maison qu’Ali Boumendjel et sa femme avaient fait construire aux Sources, la maison de ses parents à Belcourt, repéré bien des lieux de leurs vies à Alger. Mais je n’avais jamais trouvé le bâtiment  tenu par les parachustistes français à el-Biar, d’où l’avocat avait été précipité durant la Bataille d’Alger en 1957. »

Poursuivre la lecture sur http://texturesdutemps.hypotheses.org/1108

Photo : « 92, av. Ali Khodja (ex-boulevard Clemenceau), El-Biar », mai 2014 ©Malika Rahal

« Into the woods » par Malika Rahal

Le 31 mars 2015, la revue The Nation a publié un article de Malika Rahal : « Into the Woods. The fight between terrorism and tourism in Algeria’s Atlas Mountains ».

In late September, the news came that Hervé Gourdel, a 55-year-old French mountain guide who had been hiking in the Djurdjura in northern Algeria, had been executed by Jund al-Khilafah, an armed group claiming to be part of ISIS, or, in Arabic, Daesh (Islamic State in Iraq and Sham, or Syria). Gourdel had worked in the French Alps and trekked in Southeast Asia, Jordan and Morocco, where he also trained Moroccan mountain guides. After meeting Algerian hikers through Facebook, he planned his first trip to Algeria, where he hoped to discover new beautiful mountain landscapes. (For a country where tourism is dramatically underdeveloped, online contact was by far the easiest and obvious way to organize the trip.) On September 22, during his exploration of the Djurdjura, he was kidnapped by Jund al-Khilafah. Two days later, his abductors, following the example of recent assassinations of American and British journalists in Iraq and Syria, filmed his execution and posted the footage online. Gourdel was made to kneel in front of four armed men with covered faces—the viewers can only imagine from his face how he struggled to retain his self-control—while a voice read a long text accusing France of waging war against Muslims and pledging allegiance to the ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi. The trees in the background of the image have been blurred, presumably to avoid disclosing the location of the execution. But the perpetrators didn’t manage to expunge the sound of birds twittering in the background. Western media reported the story of Gourdel’s murder as retribution for the French bombing of regions of Syria under the control of ISIS. That may be so, but the murderers’ choice of locale had a very particular and sinister meaning for Algerians.

Poursuivre la lecture de cet article sur le site de The Nation

 

Billet de Malika Rahal, « Les jours d’avant » dans Texture du temps

Le premier film de Karim Moussaoui est un moyen métrage  délicat, qui revient non pas sur la violence de Décennie noire » des années 1990, mais sur « Les Jours d’avant ».1   Tout est dans cette différence. Continuer la lecture de Billet de Malika Rahal, « Les jours d’avant » dans Texture du temps