Archives par mot-clé : mémoire

Passant passé. Héritages et expérience des temps

Journée d’études et colloque organisé par Laboratoire d’Études Romanes (EA 4385) et l’École Doctorale 31 Pratiques et Théories du Sens  30-31 mai 2017 – Université Paris 8

Les questions liées à la temporalité, à la mémoire et aux régimes d’historicité sont au cœur d’une vaste réflexion dans l’ensemble des sciences humaines depuis une trentaine d’années. Les domaines concernés vont au-delà d’une analyse de l’actualité pour proposer parfois des modifications des gestes herméneutiques habituels ou une révision de certaines conceptions temporelles.

Le Laboratoire d’Études Romanes, unité transdisciplinaire (histoire, littérature, linguistique, arts du spectacle et cinéma) travaillant sur des domaines culturels et historiques diversifiés (Italie, mondes hispaniques, mondes lusophones, du XVIe siècle à l’actualité) n’est pas resté insensible à ce courant fort de la pensée contemporaine.

Dans ce colloque on abordera les modes de penser et d’imaginer le temps (et avant tout le passé), de le transformer en fiction et de développer des théories diverses à son sujet. On se penchera aussi sur les actes et les divers phénomènes qui accompagnent cette présence : construction des lieux de mémoire, modes de revendiquer ou de refuser le passé au nom d’un intérêt idéologique ou autre, valeurs de contestation dans la création et dans la recherche de passés alternatifs.

PROGRAMME

http://www.univparis8.fr/IMG/pdf/programmeen_planche2.pdf

Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pour souligner la publication du 20e numéro de Conserveries mémorielles, nous diffusons ici son propos introductif, un texte de Frédérique Langue. Ce texte liminaire est suivi, plus bas, du sommaire du dossier thématique.

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

 

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Continuer la lecture de Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

L’un des monstres sacrés du XXe siècle n’est plus. Par l’une de ces ironies dont l’histoire a le secret, Fidel Castro est parti un 25 novembre, jour de naissance d’un autre dictateur, Augusto Pinochet. Mort du narrateur, de l’« hypnotiseur » — d’après l’essayiste Alma Guillermoprieto — ou du séducteur pour d’aucuns, du dictateur et du révolutionnaire, du dernier grand dirigeant communiste de la planète, de l’icône pour les autres. Tristesse, soulagement, voire liesse, aussi incongrue soit-elle devant la mort. Dernier survivant de la Guerre froide, Fidel Castro incarnait cette pluralité depuis une façade de libérateur forgée dans la lutte contre la dictature de Batista et la victoire de la révolution en 1959. Continuer la lecture de Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

SÉMINAIRE « MÉMOIRES ET HISTOIRES DU TEMPS PRÉSENT EN AMÉRIQUE LATINE ET ESPAGNE 2016-2017 »

SÉMINAIRE IHTP/CNRS-UNIVERSITÉ PARIS 8/EHESS

Le séminaire est organisé par :

Frédérique LANGUE, directrice de recherche au CNRS (IHTP)
Edgardo MANERO, chargé de recherche-HDR au CNRS (MONDA-CERMA)
Laura REALI, maître de conférences à l’Université Paris-Diderot
Pascale THIBAUDEAU, professeure à l’Université Paris 8

Contacts :
frederique.langue(at)ihtp.cnrs.fr
edgardo.manero(at)ehess.fr
realiml(at)hotmail.com
pthib(at)wanadoo.fr

Le séminaire se déroule le 3ème mercredi du mois, de 14 h à 16 h, du 16 novembre 2016 au 14 juin 2017.

 Le séminaire a lieu à l’IHTP (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159).

Dans la lignée des précédentes éditions de ce séminaire, nous centrerons notre réflexion sur le « retour de l’événement » tel qu’il apparaît explicitement à travers certaines commémorations (comme les bicentenaires des révolutions d’Indépendance de l’Amérique latine) ou au détour de certains faits marquants de ces dernières décennies. Nous l’examinerons en liaison avec une actualité récente, en reconsidérant son influence sur la redéfinition des concepts majeurs de l’histoire du temps présent latino-américain. Les populismes, nationalismes et autres mouvements d’idées et pratiques politiques seront abordés à travers le prisme des reconfigurations historiographiques de type académique, mais également des résurgences de l’histoire officielle et des révisionnismes. Dans l’indispensable perspective comparée qui est la nôtre, il sera porté une attention particulière à l’Espagne, à l’héritage persistant du franquisme et à des luttes de mémoires inscrites sur le long terme.

Continuer la lecture de SÉMINAIRE « MÉMOIRES ET HISTOIRES DU TEMPS PRÉSENT EN AMÉRIQUE LATINE ET ESPAGNE 2016-2017 »

JOURNÉE D’ÉTUDES MÉMOIRE(S) ET HISTOIRE(S) DU TEMPS PRÉSENT EN AMÉRIQUE LATINE ET EN ESPAGNE

JOURNÉE D’ÉTUDES MÉMOIRE(S) ET HISTOIRE(S) DU TEMPS PRÉSENT EN AMÉRIQUE LATINE ET EN ESPAGNE

 IHTP – 15 juin 2016
Salle 159

Coordination : Frédérique Langue (CNRS-IHTP), Pascale Thibaudeau
(U. Paris 8)

PROGRAMME

10h-12h30

Ouverture par Christian Delage, directeur de l’IHTP

Séminaire IHTP-EHESS Histoires et mémoires du temps présent en Amérique latine et en Espagne Session réservée aux jeunes chercheurs, coordination de séance Edgardo Manero (CNRS-Monda), Laura Reali (U. Paris Diderot) :

1 – Natalia Molinaro (docteure Paris 8) :
« Enjeux historiographiques, mémoriels, sociaux et politiques des célébrations du bicentenaire de l’Argentine »

2 – Juan Manuel Corvalán Espina (doctorant EHESS)
« Réécriture de l’histoire et la récupération du symbole ‘Francisco’ dans le récit populiste kirchneriste »

3 – Thomas Tcherkaski (M2 EHESS)
« La « Revolucion Libertadora » et l’impossible dépéronisation du passé : entre récit historique et damnatio memoriae »

4 – Fernanda Ferreira Pradal, Doctorante en Droit à PUC-Rio, Brésil-Doctorale de Droit et Science Politique – Université Paris Ouest « Luttes de mémoires et la dispute autour de l’ancien Departamento de Ordem Política e Social do Rio de Janeiro (DOPS): Centre de Mémoire ou Musée de la Police Civile? »

5 – Cristina Bernaldo (doctorante Paris 8) :
« L’image de la folie : de la dictature franquiste à la transition démocratique »

 14-18h

Les mémoires de l’Espagne
Coord. Frédérique Langue, Pascale Thibaudeau,
Mercedes Yusta Rodrigo (U. Paris 8)

14h : Diego Gaspar Celaya (U. Zaragoza) « Histoire et mémoire d’un exil au combat. Le cas des Espagnols dans la Résistance extérieure française »

14h30 : Pascale Thibaudeau (U. Paris 8), « La guérilla anti-franquiste au prisme du mélodrame et de la violence dans les films du 21e siècle »

15h : Débat et pause

15h45 : Jesús Alonso Carballes (U. Bordeaux Montaigne), « Les politiques symboliques autour de la mémoire de la transition »

16h15 : Marta Marín Dómine (Laurier University, Canada), « Barcelone et sa nouvelle politique de mémoire »

16h45 : Débat et clôture

Organisé avec le soutien de l’IUF, et du projet de recherche « Les espaces-temps de la contestation en Péninsule ibérique » (Université Paris Lumières)

logo UPL reduit

Légende de l’image : Manifestation à Madrid, le 14 avril 2011 (commémoration de l’anniversaire de la 2e République)
Source : Foro por la memoria de la Comunidad de Madrid

Henry Rousso, « Face au passé », Belin

Henry Rousso, Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, éditions Belin, collection Histoire, 2016.

Le terme de « mémoire » n’est plus seulement un mot galvaudé, c’est un mot usé. Il a fini par désigner sans distinction tout type de rapport entre passé et présent, reléguant au second rang, non sans de vives querelles, d’autres modalités comme la tradition ou l’histoire. Si la mémoire continue de fonder toute identité collective, elle a donné lieu ces dernières décennies à des formes inédites de revendications sociales et de politiques publiques. Elle est devenue une valeur cardinale de notre temps, un nouveau droit humain, un marqueur des sociétés démocratiques, qui repose sur l’idée qu’il faut agir rétroactivement sur l’Histoire, même révolue, pour la « réparer » et la réécrire au nom de principes qui fondent notre présent.Dans cet ouvrage, Henry Rousso, l’un des premiers historiens à avoir travaillé sur l’histoire du souvenir des grands traumatismes collectifs, s’intéresse aux évolutions récentes des usages et politiques de mémoire en France mais montre aussi à quel point la compréhension de ces phénomènes doit se penser à une échelle globale, européenne ou mondiale. L’enjeu est d’importance : l’investissement considérable des sociétés modernes pour entretenir le souvenir des catastrophes historiques ne les a pas prémunies contre un retour du tragique et de la violence de masse qu’elles pensaient ainsi conjurer.

Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016
Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

Entretiens de Henry Rousso à propos de son livre :
– Les Inrockuptibles par Jean-Marie Durand, le 16 avril 2016 : “Les victimes de l’histoire en appellent plus à la connaissance qu’à la reconnaissance”.
– Sur RTS, Radio Télévision Suisse, le 15 avril 2016, dans Tout un monde, d’Eric Guevara-Frey et Patrick Chaboudez : L’Europe et le « plus jamais ça ».

« La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ? », sur France Culture, avec Henry Rousso

La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ?

C’était le thème de l’émission « Du grain à moudre », de Hervé Gardette, sur France Culture, le 28 mars, 2016, avec Henry Rousso, auteur de Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Belin, 2016, et Patrick Boucheron, qui a traité de ce sujet dans sa leçon inaugurale au Collège de France.

Lien vers l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/la-memoire-joue-t-elle-contre-l-histoire

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php