Archives par mot-clé : récit

Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pour souligner la publication du 20e numéro de Conserveries mémorielles, nous diffusons ici son propos introductif, un texte de Frédérique Langue. Ce texte liminaire est suivi, plus bas, du sommaire du dossier thématique.

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

 

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Continuer la lecture de Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Séminaire d’automne Récit public de l’histoire : MuCEM 2 et 3 novembre 2016)

Coordination : Maryline Crivello – Jocelyn Létourneau – Patrick Garcia – Laurier Turgeon

La mondialisation donne naissance à des sociétés pluriculturelles, mais aussi à des inquiétudes et à des crispations identitaires découlant de cette diversité. Le besoin accru d’histoire qui marque les sociétés occidentales depuis les années 1970-1980 – dont témoigne la place considérable dévolue à la mémoire et au patrimoine – se déploie sous la forme de récits publics qui cherchent, à différentes échelles, à donner sens au passé. Loin d’avoir le monopole sur l’histoire produite, les historiens de métier sont confrontés à la pluralité des récits fabriqués comme à celle de leurs auteurs ; à ceux qui font commerce de l’histoire pour dynamiser l’économie locale ; et à ceux qui entendent faire prévaloir une mémoire particulière en passant par toutes les formes de mise en fiction et d’appropriation du passé. 

C’est à ces récits publics – sans que ceux-ci soient abordés de façon normative pour y traquer anachronismes et falsifications – et aux historiens en tant qu’acteurs de l’espace public que le projet Républic entend se consacrer. Il est fondamentalement conçu dans une perspective comparative non seulement parce qu’il associe des équipes québécoises et françaises habituées de longue date à travailler ensemble, mais parce que la confrontation des situations de la France et du Québec, par le jeu de leurs ressemblances et des différences, est en elle-même hautement heuristique. En outre, les liens internationaux noués par l’équipe permettront de soumettre les principaux enseignements à des collègues travaillant sur d’autres espaces.  Continuer la lecture de Séminaire d’automne Récit public de l’histoire : MuCEM 2 et 3 novembre 2016)

20 janvier : La résistance antifranquiste en Espagne : entre histoire et mémoire

Le 20 janvier 2016, Pascale Thibaudeau et Mercedes Yuste, professeures à l’Université Paris 8 seront les invitées du séminaire « Mémoire et histoire du temps présent en Amérique latine » qui se tiendra dans les locaux de l’EHESS.

« À l’inverse de la Résistance française, mythifiée dès la victoire des alliés et instrumentalisée à des fins de cohésion nationale, la résistance antifranquiste, active jusque dans les années 50, est longtemps restée méconnue en Espagne, frappée du sceau du silence. Entre la propagande officielle qui la niait ou la réduisait au banditisme, les légendes populaires dessinant des figures mythiques, en passant par l’héroïsation de certains combattants par les mouvements dont ils étaient issus, l’histoire de cette guerre, qui se poursuit bien après 1939 dans certaines zones enclavées du pays, est difficile à écrire.

Les historiens s’y sont attelés, dès les années 80, après le retour de la démocratie, confrontés à l’instabilité des sources orales et à la difficulté d’accès aux documents écrits, sans toujours échapper aux approches partisanes, tandis que les récits fictionnels, littéraires et cinématographiques, se sont emparés du sujet et de ses béances, depuis les années 70 jusqu’à nos jours, pour réinventer une mémoire collective de la résistance antifranquiste.

Cette intervention à deux voix propose donc d’envisager la façon dont s’articulent l’historiographie de la résistance antifranquiste et la construction de sa mémoire par les fictions cinématographiques dans la société espagnole post-franquiste.

La séance sera également l’occasion de présenter le numéro 12 de la revue Pandora, consacré aux Politiques, Récits et Représentations de la Mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles :  »

Mercedes Yusta Rodrigo est historienne, Professeure à l’université Paris 8 et membre de l’IUF.

Pascale Thibaudeau est Professeure à l’université Paris 8, en délégation à l’IHTP, spécialiste du cinema espagnol.