Archives par mot-clé : Seconde Guerre mondiale

Peter Schöttler, « Du Rhin à la Manche », Presses Universitaires François-Rabelais, 2017

Peter Schöttler, Du Rhin à la Manche. Frontières et relations franco-allemandes au XXe siècle. Préface de Henry Rousso. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, collection « Perspectives historiques », 2017, 228 p.

En 1919, le traité de Versailles apporte une réponse provisoire à la définition de la frontière entre la France et l’Allemagne. Mais dans l’entre-deux-guerres, des savants allemands légitiment des stratégies d’annexion en définissant le « sol ethnique et culturel allemand ».  En juin 1940, alors que les armées allemandes écrasent la Belgique et la France, Hitler annexe des territoires et trace de nouvelles frontières. Quel avenir pour la France dans une Europe nazie : domination, écrasement, disparition… ou collaboration autour d’un projet commun ? A travers le parcours insolite du SS Gustav Krukenberg (1888-1980) – francophile et militant de l’entente entre la France et l’Allemagne; commandant de la division SS « Charlemagne à Berlin contre l’Armée rouge ; contribue à la construction européenne après la guerre – se dessine une autre idée du rapprochement franco-allemand…

 

http://pufr-editions.fr/livre/du-rhin-%C3%A0-manche

 

 

 

 

 

Table des matières et introductionSchottlerRhinMancheIntrod

 

 

 

« Qu’est-ce qu’un ‘bon’ réfugié ? » présentation d’Anne-Lise Rodrigo le 20 juin 2016

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

Le 20 juin 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Anne-Lise Rodrigo (FRAMESPA-Université Jean-Jaurès) est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée :

Qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ?
Le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale

 » Dès le milieu des années 1930 et jusqu’en 1947, le Canada ferme ses frontières et refuse d’accueillir des réfugiés, particulièrement les individus juifs fuyant la Shoah. Environ 5 000 hommes, femmes et enfants rejoignent néanmoins les terres canadiennes grâce à des mouvements de secours ou des déplacements organisés de populations.
L’étude des archives des associations canadiennes prenant en charge les européens fuyant l’Europe permet de définir et de repérer plusieurs groupes qui composent le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale : en 1940, des enfants britanniques sont « évacués » au Canada ; la même année, environ 1300 réfugiés juifs internés en Grande-Bretagne sont transférés dans des camps canadiens ; en 1941, une centaine de Polonais réfugiés au Japon et 29 étudiants et rabbins réfugiés à Shanghai et appartenant à la Mir Yeshiva arrivent à Vancouver ; en 1944 enfin, 420 réfugiés « ibériques » juifs bloqués en Espagne et au Portugal parviennent à Montréal.
L’examen de ces différents groupes met en relief plusieurs questions : qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ? Qui secourir ? Quels regards porte le Canada – le gouvernement fédéral et les comités de bienfaisance – sur les individus accueillis sur son sol ? »