Archives par mot-clé : Uruguay

Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pour souligner la publication du 20e numéro de Conserveries mémorielles, nous diffusons ici son propos introductif, un texte de Frédérique Langue. Ce texte liminaire est suivi, plus bas, du sommaire du dossier thématique.

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

 

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Continuer la lecture de Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

17 février : Soulèvements armés et représentations du conflit à l’aube du XXe siècle avec Maria Laura Reali

Nous publions ici un texte liminaire de Maria Laura Reali, MCF à l’Université Paris Diderot, présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent (13-15h, salle 159)

« Dans les premières décennies du XXème siècle, un processus de transformation du système politique uruguayen s’est opéré qui a concerné aussi bien le régime électoral que l’organisation interne des partis politiques. Le système politique uruguayen de l’époque était structuré autour du parti Colorado – à la tête du gouvernement – et du parti Nacional. Ce dernier, créé à la fin du XIXe siècle, a repris, en partie, progressivement, suite à des conflits, l’héritage de l’ancien parti Blanco. Même si des membres de ce nouveau parti ont pris leur distance avec l’héritage blanco, les termes blanco, nacional et nacionalista sont souvent utilisés comme des synonymes. La nouvelle étape politique ouverte dans la première décennie du XXe siècle a mis fin aux soulèvements armés organisés et dirigés généralement par des membres du Parti National. Pendant la période qui a suivi, plusieurs mesures ont pu être mises en place pour élargir la citoyenneté, augmenter la participation politique par la voie électorale, épurer les mécanismes de vote et représenter les diverses tendances politiques au sein du gouvernement. La Constitution de 1918, établissant le vote secret et le suffrage universel masculin, a été, dans ce processus, un moment important. Plusieurs des initiatives qui ont vu le jour figuraient sur la liste des revendications énoncées par les leaders des mouvements armés au moment d’entamer les actions révolutionnaires. Ces épisodes ont été ainsi placés à l’origine du changement politique en Uruguay par des dirigeants du Parti Nacional. Ils ont récupéré cet héritage, en proposant une continuité entre les guerres civiles de 1897 et 1904 et les luttes civiques qui les ont suivies. Le souvenir de ces événements a souvent été évoqué pour mobiliser les adhérents et les sympathisants du nacionalismo pendant les périodes électorales, pour obtenir des accords autour des candidats, des leaderships et des projets politiques. Cela pouvait aussi servir à rappeler à l’ordre les dissidents dans des moments de conflits, des anciens combattants et hommes politiques nacionalistas ayant joué un rôle de médiation au sein des nouvelles structures générées dans leur groupe politique, dans le cadre du processus d’élargissement de la citoyenneté uruguayenne.

Des lectures qui remontent à l’époque des conflits armés, présentent ces faits soit comme une instrumentalisation des masses de la part des dirigeants politiques, soit comme un acte unanime de dévouement patriotique. Notre recherche vise à dépasser cette logique bipolaire qui a caractérisé la plupart des travaux consacrés aux guerres civiles uruguayennes. A partir d’une approche centrée sur les discours, les pratiques et les attentes des acteurs, elle considère non seulement les stratégies déployées mais aussi les émotions invoquées pour expliquer ou justifier leurs actes.

Par ailleurs, notre étude ne saurait se limiter au cadre uruguayen, les mouvements armés ayant eu une dimension fortement transnationale et circulatoire. Les territoires transfrontaliers ont été les lieux privilégiés d’organisation et de direction des mouvements armés, d’approvisionnement et de stockage de l’armement. Les États voisins ont également accueilli les réfugiés politiques en cas de défaite en leur permettant parfois de poursuivre leur carrière militaire entravée dans leur pays d’origine. Les combattants des guerres civiles uruguayennes, pour leur part, se sont souvent engagés dans les mouvements politiques des États frontaliers. Cette mobilité de personnes et d’opinions alimentée par les conflits armés, est à l’origine de réseaux d’intellectuels et d’hommes politiques qui ont été très significatifs sur la scène nationale et dans la région du Rio de la Plata au cours des premières décennies du XXe siècle. La reconstruction de ces réseaux permet notamment de mettre en lumière les liens politiques et symboliques noués entre l’herrerismo (mouvance du parti Nacional uruguayen dirigée par Luis A. de Herrera) et le radicalismo (courant politique issu de l’Union Civica Radical, parti politique argentin fondé en 1891 par Leandro N. Alem), évoqués à plusieurs reprises par les observateurs contemporains mais souvent niés ou méconnus par l’historiographie portant sur cette période historique. »

Et pour retrouver le programme complet du séminaire : https://ihtp.hypotheses.org/862