l’IHTP, INVITÉ SPÉCIAL DE FRANCE INTER LE 13 AVRIL

L’IHTP était l’invité de France Inter le 13 avril pour une journée spéciale autour de notre projet « Chaque Témoin Compte ».

FLYER 2

[Accédez aux émissions sur ces liens]
« Un jour en France » : http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-en-france
« La Marche de l’histoire » : http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire

L’Histoire, sous la signature de Pierre Assouline, a également évoqué notre projet (à lire sur le site de La République des livres), ainsi que le quotidien Le Monde, sous la signature de Patricia Jolly.

Peut-on réagir dans l’immédiat après-coup, en tant qu’historien, aux attentats survenus à Saint-Denis et à Paris le 13 novembre dernier ? Même si peu de choses étaient filmables en direct sans risquer le voyeurisme, les médias audiovisuels ont été très présents, comme pour les attentats du mois de janvier. Des experts sont venus ensuite sur les plateaux, des débats radiophoniques ou télévisés ont eu lieu, des magazines ont été réalisés. On peut cependant s’interroger sur la possibilité de réagir en flux tendu à un événement traumatique avec la distance qui convient.

Les historiens du temps présent ont fait admettre depuis maintenant de nombreuses années que l’absence de distance n’est pas un obstacle à la compréhension de l’événement, grâce, entre autres, à la présence de témoins, qu’ils figurent parmi les victimes survivantes, ou, également, parmi les professionnels chargés de gérer la situation sur place (policiers, pompiers, médecins, etc.). Nous avons également développé des modes d’approche – et simultanément de protection – des violences extrêmes qui évitent de céder à l’effet de sidération. Devant le choc causé par ces attentats, et la volonté des terroristes de s’attaquer à ce que représentent la sociabilité urbaine, la vie culturelle, l’être-ensemble, notre expérience sur les sorties de guerre, le rôle de l’image, de la médiation judiciaire et des témoins dans la reconstruction du lien social et la gestion des traumatismes individuels ou collectifs s’avère précieuse.

L’IHTP a acquis une longue expérience dans le domaine de la collecte et des usages de témoignages sonores ou audiovisuels, que ce soit pour l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, celle de la Shoah ou, plus récemment, de l’Algérie post-coloniale. Une politique de numérisation de ces sources orales est actuellement conduite par la bibliothèque de l’HTP avec la Bibliothèque nationale de France.

La production d’archives audiovisuelles pose cependant des problèmes particuliers. En étudiant, par exemple, les cahiers des charges du filmage des survivants de la Shoah, on remarque combien leurs producteurs institutionnels ont craint que la trop grande présence d’un réalisateur ne porte ombrage au dialogue entre l’interviewer et l’interviewé. En réalisant quelques-uns de ces témoignages pour les besoins de musées-mémoriaux (Musée-mémorial des enfants d’Izieu, Mémorial de Compiègne) ou pour des films (Nuremberg, les Nazis face à leurs crimes), l’IHTP a réfléchi à la fois à la méthode de l’entretien et à sa pertinence filmique, à sa place dans la temporalité d’un parcours d’exposition ou d’un documentaire.

Ceux qui ont survécu aux attentats du 13 novembre ont en moyenne 34 ans. À ce renversement de génération correspond donc une autre situation, radicalement différente, mais déjà éprouvée, en particulier au Rwanda, par l’anthropologue Élisabeth Claverie et l’historienne Hélène Dumas, qui participent à notre projet.

Notre intention est de recueillir les récits de personnes qui ont survécu aux attentats ou qui en ont été les témoins visuels ou de voisinage, ceux de leurs familles et leurs proches, qu’ils soient parisiens, provinciaux ou étrangers, ou ceux qui ont été impliqués à des titres divers dans la prise en charge, par la puissance publique, des attentats et de leurs conséquences (forces de sécurité, personnels hospitaliers, psychologues, etc.). Il s’agira d’un nombre limité de témoignages, en raison de l’approche méthodique de la technique de l’entretien et du choix d’un enregistrement audiovisuel qui nécessitent du temps et des moyens financiers importants.

La puissance publique, à défaut de pouvoir empêcher systématiquement la commission d’un attentat meurtrier, a mis au point, au fil des années, un processus de gestion, sur le moment, et d’accompagnement, dans l’après-coup, des crimes terroristes. Dans un premier temps, il s’agit de neutraliser les criminels et de sauver des vies, de constater les décès et de s’occuper des blessés, et de commencer à nouer les fils de ce qui est en train ou vient de se passer. Le procureur de la République est le premier à proposer officiellement un récit chronologique des faits survenus, à nommer les criminels et à renseigner leur biographie et éventuellement leurs motivations. Il informe les médias, qui accompagnent et couvrent l’événement presque instantanément. Il a également établi une liste des victimes survivantes (987 personnes) qui sont prises en charge par l’association Paris-Aide aux victimes, sur le double plan juridique et psychique. Des témoins sont conviés à s’exprimer, à la fois pour donner leur ressenti immédiat et pour raconter, depuis leur foyer d’observation ou de dépendance de l’attaque terroriste, ce qui s’est passé.

Puisque la cible des terroristes visait particulièrement un quartier de Paris, déjà meurtri par les attentats contre les journalistes de Charlie Hebdo survenus au mois de janvier (voir, à ce propos, l’excellent documentaire de Stéphane Bentura sur les frères Kouachi) il nous a semblé pertinent de recueillir les témoignages in situ, dans les Xe et XIe arrondissements, et de dessiner la géographie humaine de ces lieux de mixité sociale. C’est ce que nous ferons, en particulier, avec l’entourage du géographe Matthieu Giroud, décédé au Bataclan, qui avait travaillé sur les nouvelles sociabilités urbaines. Notre équipe comprend cinq doctorants de l’IHTP, Claire Demoulin (organisation des tournages), José Quental (approche des témoins), Antoine Rocipon (transcription des entretiens), Adrien Genoudet et Alain Zind (prise de vues).

Nous avons établi une liste des personnes à contacter et un protocole des interviews qui tienne compte de l’expérience des historiens et des sociologues dans ce domaine. Les entretiens se dérouleront donc à Paris, mais également à Saint-Denis, autour du Stade de France. Ils ne seront cependant tournés ni au Bataclan, ni dans les cafés visés par les attentats. Nous avons commencé par l’entretien avec Camellia Attek, étudiante à l’université Paris 8 et vestiaire au Stade de France le soir du 13 novembre.

TOURNAGE2
Alain Zind, Claire Demoulin, avec Jean-Christophe Beauvallet et l’ingénieur du son Mikaël Kandelman, Saint-Denis, 24 mars 2016.

Nous avons ensuite filmé Denis Safran, médecin-chef de la Brigade de Recherche et d’Intervention, qui a géré la situation au Bataclan. Le tournage s’est déroulé au café Le Baromètre, où la BRI avait installé son QG avant d’intervenir au Bataclan.

TOURNAGE3C. Delage, J.-C. Beauvallet, D. Safran, M. Kandelman, Le Baromètre, 25/3/2016.

Puis Tommy Bulus et Vincent Picoteiro, qui célébraient l’anniversaire d’une de leurs amies à la Belle Équipe. Lors des entretiens, les hésitations, les temps morts, les arrêts inopinés de la parole font partie du moment du filmage. Quand il s’agit d’une expérience de groupe, nous favorisons un mode conversationnel.

Tournage4  TOURNAGE5
V. Picoteiro (à gauche), écoute l’entretien que donne son ami T. Bulus, avant de le rejoindre sur le mode de la conversation, dans un appartement du boulevard Voltaire.

Après le tournage, une transcription intégrale des entretiens est effectuée. Ce document, qui constitue une archive conservée en tant que telle, permet également de décrire les séquences filmées, et facilite la possible réalisation d’un documentaire pour la télévision publique.

Photos de tournage © José Quental
Photo d’ouverture, concert des Eagles of Death Metal au Bataclan, 13 novembre 2015 © Manuwino

Ce texte est issu des recherches conduites par le groupe qui anime au sein de l’IHTP le projet « Chaque témoin compte ».

PS : En complément de notre programme, Antoine Lefébure, historien des médias, s’intéresse aux témoignages de l’ensemble des habitants d’un immeuble du boulevard Voltaire. De son côté, Anolga Rodionoff, maître de conférences à l’université Paris 8, a élaboré un projet intitulé « Memoria. À la mémoire des disparus, automne 2015, France, Syrie, Irak, Liban, Égypte, Russie ». Il s’agit d’une installation interactive dédiée au souvenir des victimes des attentats perpétrés par Daech.