Tous les articles par Vincent Auzas

http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle731.html http://cnrs.academia.edu/VincentAuzas http://cm.revues.org/

Intervention d’Alexander Wilde au séminaire Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne le 16 Novembre

Alexander Wilde (Senior scholar, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Washington, D.C.) :

Las iglesias ante la violencia en América Latina. Los derechos humanos en el pasado y el presente

“I have read the latest document by Father Francisco de Roux and think that he has thought so differently than we have about the issues…there are perspectives here that open constructive possibilities….”*
Ex-President Álvaro Uribe, commenting on Colombian peace negotiations, El Tiempo (Bogotá), 29 de octubre de 2016

Religion is an inescapable dimension of the history of Latin America in the last half century. It was a visible force shaping national events in many countries and an active presence in societies and individual human lives throughout the region. This dynamism was quite unanticipated. When the Revolution came to power in Cuba in 1959, no one envisioned the sweeping changes in the Catholic Church set in motion by the Second Vatican Council (1962-65), or the emergence of a distinctive Latin American theology of liberation. Similarly, no one could have predicted that after four centuries, Evangelical churches would challenge the cultural dominance of Catholicism, drawing unprecedented numbers of followers everywhere.

Continuer la lecture de Intervention d’Alexander Wilde au séminaire Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne le 16 Novembre

« Qu’est-ce qu’un ‘bon’ réfugié ? » présentation d’Anne-Lise Rodrigo le 20 juin 2016

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

Le 20 juin 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Anne-Lise Rodrigo (FRAMESPA-Université Jean-Jaurès) est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée :

Qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ?
Le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale

 » Dès le milieu des années 1930 et jusqu’en 1947, le Canada ferme ses frontières et refuse d’accueillir des réfugiés, particulièrement les individus juifs fuyant la Shoah. Environ 5 000 hommes, femmes et enfants rejoignent néanmoins les terres canadiennes grâce à des mouvements de secours ou des déplacements organisés de populations.
L’étude des archives des associations canadiennes prenant en charge les européens fuyant l’Europe permet de définir et de repérer plusieurs groupes qui composent le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale : en 1940, des enfants britanniques sont « évacués » au Canada ; la même année, environ 1300 réfugiés juifs internés en Grande-Bretagne sont transférés dans des camps canadiens ; en 1941, une centaine de Polonais réfugiés au Japon et 29 étudiants et rabbins réfugiés à Shanghai et appartenant à la Mir Yeshiva arrivent à Vancouver ; en 1944 enfin, 420 réfugiés « ibériques » juifs bloqués en Espagne et au Portugal parviennent à Montréal.
L’examen de ces différents groupes met en relief plusieurs questions : qu’est-ce qu’un « bon » réfugié ? Qui secourir ? Quels regards porte le Canada – le gouvernement fédéral et les comités de bienfaisance – sur les individus accueillis sur son sol ? »

Conserveries mémorielles : #18 Revenances et hantises

©Ximena_de_Leon_Lucero
©Ximena_de_Leon_Lucero

Ce numéro de Conserveries mémorielles propose des contributions consacrées – au sens le plus large possible – aux phénomènes de revenance et de hantise. Ces deux notions – que les textes retenus, et les approches privilégiées contribuent à définir – ne sont pas si éloignées l’une de l’autre : alors que la revenance implique l’état d’un retour – de ce qui revient –, la hantise signale la présence persistante, voire obsédante, d’une chose ou d’un être dont on ne peut se défaire et/ou qui revient sans cesse. Dans l’imaginaire de la mort, le revenant apparaît aux vivants lorsque la douleur causée par la perte est encore vive ; il incarne l’absence et montre tout le vide laissé par la disparition ; son apparition marque une interruption dans le « travail du deuil » et signale le dérèglement – momentané – de la mémoire des morts.

Nous voulons ici observer, sous différentes formes, le passé qui fait retour : lorsque le passé s’impose au présent, lorsque le révolu surgit au cœur de l’actuel, lorsque les morts, tirés de leurs tombeaux, s’immiscent parmi les vivants, l’expérience du temps est bouleversée et la mémoire affectée. Ces manifestations spectrales du passé, sous la forme d’un retour ou d’une survivance – dont les apparitions de fantômes, d’ombres, de spectres et de revenants ne sont qu’une configuration parmi d’autres – pourraient bien incarner une tension entre le présent, le passé et l’avenir, entre le révolu et le devenir.

Les notions de revenance et de hantise, au-delà des phénomènes ponctuels qu’elles contribuent à décrire, fournissent un cadre propice à une réflexion interdisciplinaire sur l’expérience du temps et sur la construction de la mémoire, inscrivant en quelque sorte un état persistant entre la vie et la mort, entre la survie et la disparition, entre le souvenir et l’oubli des morts. 

17 février : Soulèvements armés et représentations du conflit à l’aube du XXe siècle avec Maria Laura Reali

Nous publions ici un texte liminaire de Maria Laura Reali, MCF à l’Université Paris Diderot, présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent (13-15h, salle 159)

« Dans les premières décennies du XXème siècle, un processus de transformation du système politique uruguayen s’est opéré qui a concerné aussi bien le régime électoral que l’organisation interne des partis politiques. Le système politique uruguayen de l’époque était structuré autour du parti Colorado – à la tête du gouvernement – et du parti Nacional. Ce dernier, créé à la fin du XIXe siècle, a repris, en partie, progressivement, suite à des conflits, l’héritage de l’ancien parti Blanco. Même si des membres de ce nouveau parti ont pris leur distance avec l’héritage blanco, les termes blanco, nacional et nacionalista sont souvent utilisés comme des synonymes. La nouvelle étape politique ouverte dans la première décennie du XXe siècle a mis fin aux soulèvements armés organisés et dirigés généralement par des membres du Parti National. Pendant la période qui a suivi, plusieurs mesures ont pu être mises en place pour élargir la citoyenneté, augmenter la participation politique par la voie électorale, épurer les mécanismes de vote et représenter les diverses tendances politiques au sein du gouvernement. La Constitution de 1918, établissant le vote secret et le suffrage universel masculin, a été, dans ce processus, un moment important. Plusieurs des initiatives qui ont vu le jour figuraient sur la liste des revendications énoncées par les leaders des mouvements armés au moment d’entamer les actions révolutionnaires. Ces épisodes ont été ainsi placés à l’origine du changement politique en Uruguay par des dirigeants du Parti Nacional. Ils ont récupéré cet héritage, en proposant une continuité entre les guerres civiles de 1897 et 1904 et les luttes civiques qui les ont suivies. Le souvenir de ces événements a souvent été évoqué pour mobiliser les adhérents et les sympathisants du nacionalismo pendant les périodes électorales, pour obtenir des accords autour des candidats, des leaderships et des projets politiques. Cela pouvait aussi servir à rappeler à l’ordre les dissidents dans des moments de conflits, des anciens combattants et hommes politiques nacionalistas ayant joué un rôle de médiation au sein des nouvelles structures générées dans leur groupe politique, dans le cadre du processus d’élargissement de la citoyenneté uruguayenne.

Des lectures qui remontent à l’époque des conflits armés, présentent ces faits soit comme une instrumentalisation des masses de la part des dirigeants politiques, soit comme un acte unanime de dévouement patriotique. Notre recherche vise à dépasser cette logique bipolaire qui a caractérisé la plupart des travaux consacrés aux guerres civiles uruguayennes. A partir d’une approche centrée sur les discours, les pratiques et les attentes des acteurs, elle considère non seulement les stratégies déployées mais aussi les émotions invoquées pour expliquer ou justifier leurs actes.

Par ailleurs, notre étude ne saurait se limiter au cadre uruguayen, les mouvements armés ayant eu une dimension fortement transnationale et circulatoire. Les territoires transfrontaliers ont été les lieux privilégiés d’organisation et de direction des mouvements armés, d’approvisionnement et de stockage de l’armement. Les États voisins ont également accueilli les réfugiés politiques en cas de défaite en leur permettant parfois de poursuivre leur carrière militaire entravée dans leur pays d’origine. Les combattants des guerres civiles uruguayennes, pour leur part, se sont souvent engagés dans les mouvements politiques des États frontaliers. Cette mobilité de personnes et d’opinions alimentée par les conflits armés, est à l’origine de réseaux d’intellectuels et d’hommes politiques qui ont été très significatifs sur la scène nationale et dans la région du Rio de la Plata au cours des premières décennies du XXe siècle. La reconstruction de ces réseaux permet notamment de mettre en lumière les liens politiques et symboliques noués entre l’herrerismo (mouvance du parti Nacional uruguayen dirigée par Luis A. de Herrera) et le radicalismo (courant politique issu de l’Union Civica Radical, parti politique argentin fondé en 1891 par Leandro N. Alem), évoqués à plusieurs reprises par les observateurs contemporains mais souvent niés ou méconnus par l’historiographie portant sur cette période historique. »

Et pour retrouver le programme complet du séminaire : https://ihtp.hypotheses.org/862

20 janvier : La résistance antifranquiste en Espagne : entre histoire et mémoire

Le 20 janvier 2016, Pascale Thibaudeau et Mercedes Yuste, professeures à l’Université Paris 8 seront les invitées du séminaire « Mémoire et histoire du temps présent en Amérique latine » qui se tiendra dans les locaux de l’EHESS.

« À l’inverse de la Résistance française, mythifiée dès la victoire des alliés et instrumentalisée à des fins de cohésion nationale, la résistance antifranquiste, active jusque dans les années 50, est longtemps restée méconnue en Espagne, frappée du sceau du silence. Entre la propagande officielle qui la niait ou la réduisait au banditisme, les légendes populaires dessinant des figures mythiques, en passant par l’héroïsation de certains combattants par les mouvements dont ils étaient issus, l’histoire de cette guerre, qui se poursuit bien après 1939 dans certaines zones enclavées du pays, est difficile à écrire.

Les historiens s’y sont attelés, dès les années 80, après le retour de la démocratie, confrontés à l’instabilité des sources orales et à la difficulté d’accès aux documents écrits, sans toujours échapper aux approches partisanes, tandis que les récits fictionnels, littéraires et cinématographiques, se sont emparés du sujet et de ses béances, depuis les années 70 jusqu’à nos jours, pour réinventer une mémoire collective de la résistance antifranquiste.

Cette intervention à deux voix propose donc d’envisager la façon dont s’articulent l’historiographie de la résistance antifranquiste et la construction de sa mémoire par les fictions cinématographiques dans la société espagnole post-franquiste.

La séance sera également l’occasion de présenter le numéro 12 de la revue Pandora, consacré aux Politiques, Récits et Représentations de la Mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles :  »

Mercedes Yusta Rodrigo est historienne, Professeure à l’université Paris 8 et membre de l’IUF.

Pascale Thibaudeau est Professeure à l’université Paris 8, en délégation à l’IHTP, spécialiste du cinema espagnol.

Ça ira (1) Fin de Louis : une expérience critique entre histoire et théâtre

Avec la pièce Ça ira (1). Fin de Louis de Joël Pommerat qui est jouée actuellement au Théâtre des Amandiers de Nanterre et qui entend retrouver les possibles du politique du moment des débuts de la Révolution française, nous nous retrouvons tous, et pas seulement les historiens, dans le bain de notre conjoncture historiographique, avec notamment la thématique, de nouveau très interrogée, des rapports entre histoire et production artistique, ici théâtrale. Cette thématique, parce qu’elle est fortement travaillée par la question de la représentation du passé et de l’écriture de l’histoire dans l’espace public, est également un défi, celui d’écrire l’histoire « au présent » pour la transmettre et ce défi s’adresse autant à l’historien qu’à l’écrivain et au metteur en scène. Joël Pommerat revendique ainsi pleinement le statut de fiction pour son travail, mais, comme il l’écrit, il s’agit d’une une « fiction vraie » qui vise, précisément, à « représenter le passé au présent », à « mettre le spectateur dans le temps présent de l’événement passé », ici la Révolution française à ses débuts.

Pour discuter des enjeux de ces thématiques à partir de cette pièce, nous accueillerons pour en débattre des comédiens de la troupe, la dramaturge Marion Boudier et Guillaume Mazeau qui a travaillé « en historien » de la Révolution française avec Joël Pommerat et toute la troupe.

Nous sommes persuadés que ces échanges peuvent nous éclairer sur ce que la production théâtrale fait à l’histoire et réciproquement. Cette expérience critique entre histoire et théâtre entrecroise en effet une dimension cognitive, une dimension esthétique et une dimension civique. C’est bien sûr cet entrecroisement qui nous intéresse au premier chef. Pour l’histoire qui est devenue une « forme fatiguée de savoir » comme le soutient Patrick Boucheron dans un récent article du Monde, cette expérience constitue peut-être une des manières de « défatiguer » le savoir historique, en ayant notamment recours aux ressources de l’émotion et de la fiction. Ce serait peut-être une manière de sortir par le haut de ce qui apparaît à beaucoup comme un malaise dans la transmission de l’histoire.

 

Le débat aura lieu mardi 15 décembre à partir
de 15 h à l’Institut d’histoire du temps présent
.

Merci de confirmer votre présence à : histoireetespacepublic@gmail.com