Tous les articles par Vincent Auzas

http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle731.html http://cnrs.academia.edu/VincentAuzas http://cm.revues.org/

20 janvier : La résistance antifranquiste en Espagne : entre histoire et mémoire

Le 20 janvier 2016, Pascale Thibaudeau et Mercedes Yuste, professeures à l’Université Paris 8 seront les invitées du séminaire “Mémoire et histoire du temps présent en Amérique latine” qui se tiendra dans les locaux de l’EHESS.

“À l’inverse de la Résistance française, mythifiée dès la victoire des alliés et instrumentalisée à des fins de cohésion nationale, la résistance antifranquiste, active jusque dans les années 50, est longtemps restée méconnue en Espagne, frappée du sceau du silence. Entre la propagande officielle qui la niait ou la réduisait au banditisme, les légendes populaires dessinant des figures mythiques, en passant par l’héroïsation de certains combattants par les mouvements dont ils étaient issus, l’histoire de cette guerre, qui se poursuit bien après 1939 dans certaines zones enclavées du pays, est difficile à écrire.

Les historiens s’y sont attelés, dès les années 80, après le retour de la démocratie, confrontés à l’instabilité des sources orales et à la difficulté d’accès aux documents écrits, sans toujours échapper aux approches partisanes, tandis que les récits fictionnels, littéraires et cinématographiques, se sont emparés du sujet et de ses béances, depuis les années 70 jusqu’à nos jours, pour réinventer une mémoire collective de la résistance antifranquiste.

Cette intervention à deux voix propose donc d’envisager la façon dont s’articulent l’historiographie de la résistance antifranquiste et la construction de sa mémoire par les fictions cinématographiques dans la société espagnole post-franquiste.

La séance sera également l’occasion de présenter le numéro 12 de la revue Pandora, consacré aux Politiques, Récits et Représentations de la Mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles : ”

Mercedes Yusta Rodrigo est historienne, Professeure à l’université Paris 8 et membre de l’IUF.

Pascale Thibaudeau est Professeure à l’université Paris 8, en délégation à l’IHTP, spécialiste du cinema espagnol.

Ça ira (1) Fin de Louis : une expérience critique entre histoire et théâtre

Avec la pièce Ça ira (1). Fin de Louis de Joël Pommerat qui est jouée actuellement au Théâtre des Amandiers de Nanterre et qui entend retrouver les possibles du politique du moment des débuts de la Révolution française, nous nous retrouvons tous, et pas seulement les historiens, dans le bain de notre conjoncture historiographique, avec notamment la thématique, de nouveau très interrogée, des rapports entre histoire et production artistique, ici théâtrale. Cette thématique, parce qu’elle est fortement travaillée par la question de la représentation du passé et de l’écriture de l’histoire dans l’espace public, est également un défi, celui d’écrire l’histoire « au présent » pour la transmettre et ce défi s’adresse autant à l’historien qu’à l’écrivain et au metteur en scène. Joël Pommerat revendique ainsi pleinement le statut de fiction pour son travail, mais, comme il l’écrit, il s’agit d’une une « fiction vraie » qui vise, précisément, à « représenter le passé au présent », à « mettre le spectateur dans le temps présent de l’événement passé », ici la Révolution française à ses débuts.

Pour discuter des enjeux de ces thématiques à partir de cette pièce, nous accueillerons pour en débattre des comédiens de la troupe, la dramaturge Marion Boudier et Guillaume Mazeau qui a travaillé « en historien » de la Révolution française avec Joël Pommerat et toute la troupe.

Nous sommes persuadés que ces échanges peuvent nous éclairer sur ce que la production théâtrale fait à l’histoire et réciproquement. Cette expérience critique entre histoire et théâtre entrecroise en effet une dimension cognitive, une dimension esthétique et une dimension civique. C’est bien sûr cet entrecroisement qui nous intéresse au premier chef. Pour l’histoire qui est devenue une « forme fatiguée de savoir » comme le soutient Patrick Boucheron dans un récent article du Monde, cette expérience constitue peut-être une des manières de « défatiguer » le savoir historique, en ayant notamment recours aux ressources de l’émotion et de la fiction. Ce serait peut-être une manière de sortir par le haut de ce qui apparaît à beaucoup comme un malaise dans la transmission de l’histoire.

 

Le débat aura lieu mardi 15 décembre à partir
de 15 h à l’Institut d’histoire du temps présent
.

Merci de confirmer votre présence à : histoireetespacepublic@gmail.com

 

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

Nous publions ici un texte en réaction à des propos tenus par Marion Maréchal-Le Pen relatés par Le Figaro du 2 décembre, propos qu’elle a repris de manière tronquée à Marc Bloch.

Nous avons proposé un texte correctif mais aussi réactif par rapport aux usages abusifs et malveillant qui sont fait de la pensée de Marc Bloch.

Ce texte signé par une douzaine de collègues spécialiste d’historiographie ou d’histoire allemande a été envoyé aux rédactions du Figaro, du Monde et de Mediapart mais n’a été ni acquitté ni publié alors même que la presse allemande s’en est fait l’écho à la une du Feuilleton de la FAZ sous le titre : « Die Le Pens nehmen die Kultur in die Zange », auquel nous renvoyons ici.

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

À propos d’une nouvelle référence abusive au grand historien mort pour la France en 1944.

 

Le candidat Nicolas Sarkozy s’y était essayé, Jean-Marie Le Pen également s’était approprié les propos de Marc Bloch. Voici que Marion Maréchal-Le Pen à son tour puise dans le même seau pour faire frémir le sentiment patriotique de ses propos chauvins et islamophobes : « Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français !» (Le Figaro, 2 décembre 2015).

Le processus est rôdé, la citation à chaque fois reprise, tronquée, coupée de son contexte. La voici en entier : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. » (L’Étrange défaite, Gallimard-Folio, p. 198). Resituée dans le texte de Marc Bloch, cette phrase magnifique est irrécupérable par les réactionnaires de tous bords, car elle figure dans un passage qui fait explicitement référence au mouvement populaire de 1936 et dans lequel Marc Bloch rappelle que dans « le Front populaire – le vrai, celui des foules, non des politiciens – il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champs de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790 ».

Marc Bloch n’a pas inventé cet aphorisme en 1940, il l’avait à l’esprit depuis longtemps et l’avait consigné, presque mot pour mot, dans un carnet en 1917. Alors il y avait porté ce titre sans équivoque : « Sur l’histoire de France et pourquoi je ne suis pas conservateur ».

Assurément la pensée de M. Bloch n’est pas réductible à un repli identitaire, elle n’est pas soluble dans la pensée nationaliste et islamophobe du Front national. Elle en est même l’antidote !

Les historiens Maurice Aymard, Johann Chapoutot, Christian Delacroix, François Dosse, Olivier Dumoulin, Etienne François, Patrick Garcia, Christian Ingrao, Sandrine Kott, Massimo Mastrogregori, Bertrand Müller, Nicolas Offenstadt, Henry Rousso, Thomas Serrier, Peter Schöttler, François-Olivier Touati, Michael Werner.

 

 

Tribune d’Henry Rousso dans Libération

Le 20 novembre 2015, Libération a publié une tribune de d’Henry Rousso : “On ne va pas rouvrir les abris anti-aériens…”

“«Nous sommes en guerre», a déclaré François Hollande. Oui, nous sommes en guerre dès lors qu’une entité – groupe criminel, secte millénariste ou Etat territorial en gestation – a décidé par la violence, de nous contraindre – nous, adversaires nommément désignés et ciblés – à exécuter sa volonté, pour reprendre la célèbre définition de Clausewitz. Cette entité a manifesté en outre sa volonté d’user d’une violence sans limites, nihiliste et apocalyptique, mais qui a sa rationalité. Celle-ci n’est contrainte par aucun souci de protéger les siens (combattants suicidaires ou civils utilisés comme boucliers), et elle s’alimente de volontaires venus de toutes parts. Cette entité a même inauguré une nouvelle forme de guerre génocidaire, heureusement encore circonscrite, puisqu’elle ne choisit même plus des cibles singulières, «impies» ou «mécréants», mais abat tout être vivant dans sa ligne de mire, musulmans compris, preuve que les termes de «guerre de religion» ou même de «civilisation» sont inopérants. On peut néanmoins s’interroger sur les implications à court terme d’une telle «déclaration de guerre» dans un pays encore marqué par le souvenir de conflits récents de grande intensité. (…)”

 

Poursuivre la lecture de cette tribune sur le site de Libération

 

Las polémicas en torno al Museo de la Memoria y los Derechos Humanos en Chile avec Manuel Gárate Chateau

Nous publions ici un texte liminaire de Manuel Gárate Chateau, professeur à l’Université Alberto Hurtado (Santiago), présentant son intervention du 22 novembre à l’Institut d’histoire du temps présent. Cette table ronde se déroulera de 14 h à 17 h en salle 159. Avec la participation d’Alfredo Riquelme, Institut d’histoire de l’Université catholique du Chili. Coordination : Frédérique Langue (IHTP)

Desde 2007, cuando se realizó el anuncio de la construcción del Museo de la Memoria y Santiago de los Derechos Humanos, el debate político en torno a su creación no ha cesado de resurgir encada conmemoración del golpe de estado 1973. Las principales críticas de los opositores al proyecto se refieren en particular a cuatro puntos: (1) la pertinencia de la iniciativa (2) el contexto histórico (3) el período cubierto y (4) el estatus de “víctima”. En general, se trata de un debate político y académico propio de las élites gobernantes, pero que ha tenido un impacto directo en la opinión pública respecto de la interpretación del pasado traumático del país.

La idea de un lugar de memoria para las víctimas de la represión de la dictadura militar ya había sido mencionada en el informe Rettig de la Comisión de la Verdad y la Reconciliación del año 1991. Sin embargo, las características consensuales de la transición democrática chilena, marcada por bloqueo autoritario de la Constitución de 1980 y la presencia del ex dictador como comandante en jefe del ejército hasta 1998, impidió cualquier iniciativa revisión histórica. Continuer la lecture de Las polémicas en torno al Museo de la Memoria y los Derechos Humanos en Chile avec Manuel Gárate Chateau

Christian Delage dans L’Humanité du 20 novembre

Le 20 novembre 2015, L’Humanité a publié un article de Christian Delage :  ” Nuremberg : un modèle pour la justice pénale internationale”.
” Le 20 novembre 1945, un tribunal d’un nouveau genre s’ouvre à Nuremberg. Les principaux dignitaires nazis y sont accusés. Le but n’est pas d’y tenir une justice des vainqueurs mais de punir les crimes commis. La qualification de crime contre l’humanité naît de cette volonté.

Pour les Alliés, la décision était claire, et elle fut prise en pleine guerre : l’Allemagne devra capituler et les nazis seront jugés. Le 20 novembre 1945, un tribunal d’un nouveau genre s’ouvre à Nuremberg, la ville des réunions du parti nazi. Militaire, mais surtout international. Devant les juges des principales puissances alliées (États-Unis, Royaume-Uni, France, URSS), se tiennent les plus hauts dignitaires nazis qui ont pu être arrêtés. Les audiences vont durer de longs mois, de novembre 1945 à octobre 1946. Sur 22 prévenus, 12 seront condamnés à mort, dont un par contumace, 7 à des peines de prison, 3 acquittés. Les Alliés ouvrent également des tribunaux militaires sur les lieux où des crimes ont été commis, tandis que les nations libérées tiennent des procès pénaux dans leurs cours ordinaires. (…)

Poursuivre la lecture de cet article sur le site de L’Humanité