Archives de catégorie : Billets

Conserveries mémorielles : #18 Revenances et hantises

©Ximena_de_Leon_Lucero
©Ximena_de_Leon_Lucero

Ce numéro de Conserveries mémorielles propose des contributions consacrées – au sens le plus large possible – aux phénomènes de revenance et de hantise. Ces deux notions – que les textes retenus, et les approches privilégiées contribuent à définir – ne sont pas si éloignées l’une de l’autre : alors que la revenance implique l’état d’un retour – de ce qui revient –, la hantise signale la présence persistante, voire obsédante, d’une chose ou d’un être dont on ne peut se défaire et/ou qui revient sans cesse. Dans l’imaginaire de la mort, le revenant apparaît aux vivants lorsque la douleur causée par la perte est encore vive ; il incarne l’absence et montre tout le vide laissé par la disparition ; son apparition marque une interruption dans le « travail du deuil » et signale le dérèglement – momentané – de la mémoire des morts.

Nous voulons ici observer, sous différentes formes, le passé qui fait retour : lorsque le passé s’impose au présent, lorsque le révolu surgit au cœur de l’actuel, lorsque les morts, tirés de leurs tombeaux, s’immiscent parmi les vivants, l’expérience du temps est bouleversée et la mémoire affectée. Ces manifestations spectrales du passé, sous la forme d’un retour ou d’une survivance – dont les apparitions de fantômes, d’ombres, de spectres et de revenants ne sont qu’une configuration parmi d’autres – pourraient bien incarner une tension entre le présent, le passé et l’avenir, entre le révolu et le devenir.

Les notions de revenance et de hantise, au-delà des phénomènes ponctuels qu’elles contribuent à décrire, fournissent un cadre propice à une réflexion interdisciplinaire sur l’expérience du temps et sur la construction de la mémoire, inscrivant en quelque sorte un état persistant entre la vie et la mort, entre la survie et la disparition, entre le souvenir et l’oubli des morts. 

« La numérisation des archives orales de l’IHTP : un projet IHTP, BnF et plateforme Cocoon » par Valérie Hugonnard

A découvrir sur le carnet de la bibliothèque Collections du temps présent un premier billet sur le projet de numérisation des collections

Le fonds d’archives orales de l’IHTP s’organise en trois grandes séries – ENT Entretiens, COL Colloques, SEM Séminaires – , il rassemble des enregistrements réalisés principalement du début des années quatre-vingt au début des années 2000 et porte sur l’histoire de la Deuxième guerre mondiale, l’histoire de la décolonisation et des questions touchant l’histoire du monde contemporain.

Poursuivre la lecture sur https://ihtpbibarch.hypotheses.org/673

« Les collections sonores de l’IHTP sur la plateforme Cocoon » par Michel Jacobson

Après le billet « La numérisation des archives orales de l’IHTP : un projet IHTP, BnF et plateforme Cocoon », voici la publication de Michel Jacobson consacré à ce projet.

Les premiers contacts entre l’IHTP et Cocoon (plateforme « Collections de corpus oraux numériques ») datent d’une enquête menée en 2011 par Cocoon auprès des laboratoires de sciences humaines et sociales pour recenser les corpus oraux « dormants » dans les armoires des chercheurs et des laboratoires. A ce moment, l’IHTP n’avait pas directement répondu à l’enquête mais avait identifié Cocoon comme un acteur potentiel dans le cas où le laboratoire se lancerait dans des opérations de numérisation, de sauvegarde ou de publication de ces enregistrements audio.

Poursuivre la lecture sur

A propos d’un livre majeur d’histoire comparée

Lecture de : Lucien Bianco, La récidive. Révolution russe, révolution chinoise (Paris, Gallimard, La Bibliothèque des Histoires, 2014)

Les grands livres d’histoire comparée sont rarement des livres d’auteur. Ce sont, le plus souvent, des ouvrages collectifs, dirigés par d’éminents spécialistes de l’un et l’autre champ d’étude mis en comparaison. Il existe certes des exceptions, comme les essais magistraux et globalisants d’une Hannah Arendt ou d’un Raymond Aron sur les systèmes totalitaires ; mais il s’agit là d’ouvrages relevant davantage d’une démarche philosophique ou politiste, plutôt que strictement historienne.

Continuer la lecture de A propos d’un livre majeur d’histoire comparée

Carte Blanche au Mashup Cinéma à Paris 8, les 2, 3 et 4 juin

Une carte blanche accordée au cinéma Mashup se tiendra à l’Université de Paris 8, les 2, 3 et 4 juin. Cet événement sera l’occasion de confronter ce phénomène émergent et encore en phase de théorisation à un public cinéphile voir même spécialiste. Au programme, trois sessions de projections, suivies de rencontres, discussions et débats décontractés, sans le dispositif classique et intimidant de la table ronde, afin que les étudiants aient le loisir de s’exprimer librement.

Inspirés du Found Footage, la pratique et le propos du mashup s’en éloignent cependant radicalement de par le support, le numérique. Les avant-gardes travaillaient la pellicule, et questionnaient la matière filmique (et sa dégénérescence ou sa perte), thématique moins présente chez l’artiste de Mashup, plus concentré sur l’accessibilité, l’immédiateté et le réseau. D’ailleurs, cette pratique du collage par moyen numérique était une pratique scientifique, employée par les humanités numériques, avant d’être reprise par les cinéastes. Continuer la lecture de Carte Blanche au Mashup Cinéma à Paris 8, les 2, 3 et 4 juin

« Retour sur l’arrivée du fonds André Bontemps à l’IHTP », par Anne-Marie Pathé

A découvrir dans le carnet de la bibliothèque Collections du temps présent un billet consacré à l’entrée du fonds Bontemps dans les archives de l’IHTP.

Retour sur l’arrivée du fonds André Bontemps à l’IHTP.

L’élaboration, par Fleur Chabaille, du Dossier d’histoire du temps présent, Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935) : un récit visuel entre micro et macro-histoire, donne l’occasion de revenir sur l’arrivée du fonds Bontemps à l’IHTP.

Poursuivre la lecture sur https://ihtpbibarch.hypotheses.org/538