Archives par mot-clé : Amérique latine

Intervention d’Alexander Wilde au séminaire Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne le 16 Novembre

Alexander Wilde (Senior scholar, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Washington, D.C.) :

Las iglesias ante la violencia en América Latina. Los derechos humanos en el pasado y el presente

“I have read the latest document by Father Francisco de Roux and think that he has thought so differently than we have about the issues…there are perspectives here that open constructive possibilities….”*
Ex-President Álvaro Uribe, commenting on Colombian peace negotiations, El Tiempo (Bogotá), 29 de octubre de 2016

Religion is an inescapable dimension of the history of Latin America in the last half century. It was a visible force shaping national events in many countries and an active presence in societies and individual human lives throughout the region. This dynamism was quite unanticipated. When the Revolution came to power in Cuba in 1959, no one envisioned the sweeping changes in the Catholic Church set in motion by the Second Vatican Council (1962-65), or the emergence of a distinctive Latin American theology of liberation. Similarly, no one could have predicted that after four centuries, Evangelical churches would challenge the cultural dominance of Catholicism, drawing unprecedented numbers of followers everywhere.

Continuer la lecture de Intervention d’Alexander Wilde au séminaire Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne le 16 Novembre

15 février 14h30 : “Quand les sources dissonent. Retour sur la finale de la première coupe du monde de Football” Au séminaire doctoral écritures du temps présent

Nous publions ici un texte liminaire de Lorenzo Jalabert présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent au séminaire doctoral à 14 h 30 .

“Le 30 juillet 1930, les équipes de football d’Argentine et d’Uruguay s’affrontaient à Montevideo lors de la finale de la première Coupe du monde de la FIFA. Suite aux 90 minutes de jeux, ce furent finalement les hôtes de la compétition qui remportèrent la victoire sur leurs homologues argentins. Bien loin des préceptes du “fairplay” et des idéaux de la figure du “gentleman” ayant présidé à la création de ce sport un demi-siècle plus tôt, la situation s’envenima rapidement entre les deux voisins du Rio de la Plata. L’ambiance était vive autour du stade, les accrochages entre spectateurs des deux rives se multiplièrent. À Buenos Aires, une foule en colère caillassa le consulat uruguayen obligeant la police à intervenir. Les relais médiatiques s’emparèrent rapidement de la question. Les accusations fusèrent : d’avoir volé le match pour les uns, d’être de mauvais perdants pour les autres. 86 ans plus tard, la polémique perdure toujours dans l’historiographie. En prenant le cas de cette finale de 1930, nous essaierons de dégager les différents obstacles susceptibles de se dresser sur la route d’un travail de thèse centrée sur l’étude de cette première Coupe du monde, et ce avec pour objectif dans le cadre d’un séminaire comme celui-ci, de servir de point d’appui à des discussions et échanges autour de la notion d’objectivité.”

affiche séminaire IHTP séance4 (1)

17 février : Soulèvements armés et représentations du conflit à l’aube du XXe siècle avec Maria Laura Reali

Nous publions ici un texte liminaire de Maria Laura Reali, MCF à l’Université Paris Diderot, présentant son intervention du 17 février à l’Institut d’histoire du temps présent (13-15h, salle 159)

“Dans les premières décennies du XXème siècle, un processus de transformation du système politique uruguayen s’est opéré qui a concerné aussi bien le régime électoral que l’organisation interne des partis politiques. Le système politique uruguayen de l’époque était structuré autour du parti Colorado – à la tête du gouvernement – et du parti Nacional. Ce dernier, créé à la fin du XIXe siècle, a repris, en partie, progressivement, suite à des conflits, l’héritage de l’ancien parti Blanco. Même si des membres de ce nouveau parti ont pris leur distance avec l’héritage blanco, les termes blanco, nacional et nacionalista sont souvent utilisés comme des synonymes. La nouvelle étape politique ouverte dans la première décennie du XXe siècle a mis fin aux soulèvements armés organisés et dirigés généralement par des membres du Parti National. Pendant la période qui a suivi, plusieurs mesures ont pu être mises en place pour élargir la citoyenneté, augmenter la participation politique par la voie électorale, épurer les mécanismes de vote et représenter les diverses tendances politiques au sein du gouvernement. La Constitution de 1918, établissant le vote secret et le suffrage universel masculin, a été, dans ce processus, un moment important. Plusieurs des initiatives qui ont vu le jour figuraient sur la liste des revendications énoncées par les leaders des mouvements armés au moment d’entamer les actions révolutionnaires. Ces épisodes ont été ainsi placés à l’origine du changement politique en Uruguay par des dirigeants du Parti Nacional. Ils ont récupéré cet héritage, en proposant une continuité entre les guerres civiles de 1897 et 1904 et les luttes civiques qui les ont suivies. Le souvenir de ces événements a souvent été évoqué pour mobiliser les adhérents et les sympathisants du nacionalismo pendant les périodes électorales, pour obtenir des accords autour des candidats, des leaderships et des projets politiques. Cela pouvait aussi servir à rappeler à l’ordre les dissidents dans des moments de conflits, des anciens combattants et hommes politiques nacionalistas ayant joué un rôle de médiation au sein des nouvelles structures générées dans leur groupe politique, dans le cadre du processus d’élargissement de la citoyenneté uruguayenne.

Des lectures qui remontent à l’époque des conflits armés, présentent ces faits soit comme une instrumentalisation des masses de la part des dirigeants politiques, soit comme un acte unanime de dévouement patriotique. Notre recherche vise à dépasser cette logique bipolaire qui a caractérisé la plupart des travaux consacrés aux guerres civiles uruguayennes. A partir d’une approche centrée sur les discours, les pratiques et les attentes des acteurs, elle considère non seulement les stratégies déployées mais aussi les émotions invoquées pour expliquer ou justifier leurs actes.

Par ailleurs, notre étude ne saurait se limiter au cadre uruguayen, les mouvements armés ayant eu une dimension fortement transnationale et circulatoire. Les territoires transfrontaliers ont été les lieux privilégiés d’organisation et de direction des mouvements armés, d’approvisionnement et de stockage de l’armement. Les États voisins ont également accueilli les réfugiés politiques en cas de défaite en leur permettant parfois de poursuivre leur carrière militaire entravée dans leur pays d’origine. Les combattants des guerres civiles uruguayennes, pour leur part, se sont souvent engagés dans les mouvements politiques des États frontaliers. Cette mobilité de personnes et d’opinions alimentée par les conflits armés, est à l’origine de réseaux d’intellectuels et d’hommes politiques qui ont été très significatifs sur la scène nationale et dans la région du Rio de la Plata au cours des premières décennies du XXe siècle. La reconstruction de ces réseaux permet notamment de mettre en lumière les liens politiques et symboliques noués entre l’herrerismo (mouvance du parti Nacional uruguayen dirigée par Luis A. de Herrera) et le radicalismo (courant politique issu de l’Union Civica Radical, parti politique argentin fondé en 1891 par Leandro N. Alem), évoqués à plusieurs reprises par les observateurs contemporains mais souvent niés ou méconnus par l’historiographie portant sur cette période historique.”

Et pour retrouver le programme complet du séminaire : https://ihtp.hypotheses.org/862