Archives par mot-clé : cinéma

HISTOIRE CULTURELLE DU CINÉMA : « Du téléspectateur au spectateur de cinéma »

« Transmettre le cinéma »

7 février 2019, Abdallah Azzouz (université de Caen)
Du téléspectateur au spectateur de cinéma :
la réception des émissions de cinéma en France (1952-1964)

Liens vers les sites relatifs aux émissions de télévision et de radio consacrées au cinéma :

Qu’est-ce que la mise en scène ? Les cinéastes (1969)  :  http://www.cndp.fr/media-sceren/catalogue-de-films/qu_est_ce_que_la_mise_en_scene_les_cineastes-3807.html  (émission sur demande) 

Générique de l’émission La séquence du spectateur :  https://www.ina.fr/video/I08357765 (certaines émissions sont disponibles à l’Inathèque)

Cinéastes de notre tempshttps://www.ina.fr/emissions/cineastes-de-notre-temps/

Les rois de la nuit (1949) https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/rendez-vous-de-juillet-la-jeunesse-d-apres-guerre-filmee-par

Ciné-Parade (1955) : http://cna.public.lu/fr/fonds-archives/film-tv/paris-tv/index.html (émissions sur demande)

Histoire culturelle du cinéma : « La traduction, forme essentielle de transmission du cinéma »

« Transmettre le cinéma »

21 décembre 2017 : Jean-François Cornu (chercheur indépendant et traducteur professionnel)
La traduction, forme essentielle de transmission du cinéma : une perspective historique

Références

Films :
Bride and Prejudice (Gurinder Chadha, 2004)
Jeunes Filles en uniforme (Mädchen in Uniform, Leontine Sagan, 1931)
Grand Hôtel (Grand Hotel, Edmund Goulding, 1932)
Seuls les anges ont des ailes (Only Angels Have Wings, Howard Hawks, 1939)
The Manxman (Alfred Hitchcock, 1929).

Ouvrage :
Jean-François Cornu, Le doublage et le sous-titrage : histoire et esthétique, Presses universitaires de Rennes, collection Le Spectaculaire Cinéma, 2014.
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3614

« Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie » présentation de Claire Demoulin le 21 mars à 14h30

Le séminaire doctoral de l’IHTP propose de tisser un ensemble de méthodes qui interrogent les enjeux actuels de la discipline historique au regard de notre propre processus de recherche. En questionnant par les démarches méthodologiques les diverses problématiques que nos sujets soulèvent, nous chercherons à donner un aperçu des multiples éléments qui composent l’écriture du temps présent.

le 21 mars 2016 à 14 h 30 à l’IHTP Claire Demoulin est invitée à présenter sa recherche dans une intervention intitulée Au croisement de l’H/histoire : film et récits de vie

« L’écriture biographique impose un certain nombre de paris (François Dosse, Le Pari biographique, écrire une vie, 2011), tant pour la littérature que dans les sciences humaines. Le cinéma n’échappe pas à la règle et William Dieterle (1893-1972), réalisateur allemand qui migre aux Etats-Unis en 1929, est considéré avec The Story of Louis Pasteur (1936) ou encore de The Life of Emile Zola (1937) comme l’un des précurseurs de ce genre nouveau, que l’on nommera a posteriori le biopic. La forme de son écriture, la composition des scènes, l’influence exercée par l’industrie cinématographique, croisent un contexte artistique, culturel et politique, dont les rapports interrogent sa singularité dans l’évolution du genre. Cependant, il ne s’agit pas tant de penser les emprunts ou les adaptations d’un art à l’autre, de ne considérer les transferts biographiques que dans le mouvement du texte vers l’image. Il s’agit en définitive, à partir de ces échanges, de comprendre comment le cinéma avec les outils qui lui sont propres, s’est réapproprié la question biographique. »

seminairedoc

20 janvier : La résistance antifranquiste en Espagne : entre histoire et mémoire

Le 20 janvier 2016, Pascale Thibaudeau et Mercedes Yuste, professeures à l’Université Paris 8 seront les invitées du séminaire « Mémoire et histoire du temps présent en Amérique latine » qui se tiendra dans les locaux de l’EHESS.

« À l’inverse de la Résistance française, mythifiée dès la victoire des alliés et instrumentalisée à des fins de cohésion nationale, la résistance antifranquiste, active jusque dans les années 50, est longtemps restée méconnue en Espagne, frappée du sceau du silence. Entre la propagande officielle qui la niait ou la réduisait au banditisme, les légendes populaires dessinant des figures mythiques, en passant par l’héroïsation de certains combattants par les mouvements dont ils étaient issus, l’histoire de cette guerre, qui se poursuit bien après 1939 dans certaines zones enclavées du pays, est difficile à écrire.

Les historiens s’y sont attelés, dès les années 80, après le retour de la démocratie, confrontés à l’instabilité des sources orales et à la difficulté d’accès aux documents écrits, sans toujours échapper aux approches partisanes, tandis que les récits fictionnels, littéraires et cinématographiques, se sont emparés du sujet et de ses béances, depuis les années 70 jusqu’à nos jours, pour réinventer une mémoire collective de la résistance antifranquiste.

Cette intervention à deux voix propose donc d’envisager la façon dont s’articulent l’historiographie de la résistance antifranquiste et la construction de sa mémoire par les fictions cinématographiques dans la société espagnole post-franquiste.

La séance sera également l’occasion de présenter le numéro 12 de la revue Pandora, consacré aux Politiques, Récits et Représentations de la Mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles :  »

Mercedes Yusta Rodrigo est historienne, Professeure à l’université Paris 8 et membre de l’IUF.

Pascale Thibaudeau est Professeure à l’université Paris 8, en délégation à l’IHTP, spécialiste du cinema espagnol.

Hollywood à Shanghai, par Anne Kerlan

En 1930, un groupe d’entrepreneurs chinois vivant entre Shanghai, Hong Kong et Pékin, fondent une des plus grandes compagnies cinématographiques de l’époque, la Lianhua. La Chine est alors une nation jeune et vulnérable et leur projet est autant économique que politique. La compagne ambitionne de donner ses lettres de noblesse au cinéma chinois et de concurrencer les Majors américaines qui dominent le marché du film. A Shanghai, elle projette de bâtir un « Hollywood oriental ». Un immense complexe de production voit alors le jour, sorte de microcosme idéal où l’art et la culture doivent servir le projet de construction nationale. Les acteurs, réalisateurs, techniciens de la Lianhua comptent parmi les plus grands de l’époque. Leurs films attestent de leur exigence artistique, combinant la volonté de s’approprier le cinéma hollywoodien et d’explorer l’art cinématographique à la nécessité de dénoncer les problèmes du pays.

Continuer la lecture de Hollywood à Shanghai, par Anne Kerlan