Archives par mot-clé : mémoire

Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

L’un des monstres sacrés du XXe siècle n’est plus. Par l’une de ces ironies dont l’histoire a le secret, Fidel Castro est parti un 25 novembre, jour de naissance d’un autre dictateur, Augusto Pinochet. Mort du narrateur, de l’« hypnotiseur » — d’après l’essayiste Alma Guillermoprieto — ou du séducteur pour d’aucuns, du dictateur et du révolutionnaire, du dernier grand dirigeant communiste de la planète, de l’icône pour les autres. Tristesse, soulagement, voire liesse, aussi incongrue soit-elle devant la mort. Dernier survivant de la Guerre froide, Fidel Castro incarnait cette pluralité depuis une façade de libérateur forgée dans la lutte contre la dictature de Batista et la victoire de la révolution en 1959. Continuer la lecture de Fidel Castro stratège de l’image, ou la mise en scène de la Révolution

Henry Rousso, “Face au passé”, Belin

Henry Rousso, Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, éditions Belin, collection Histoire, 2016.

Le terme de « mémoire » n’est plus seulement un mot galvaudé, c’est un mot usé. Il a fini par désigner sans distinction tout type de rapport entre passé et présent, reléguant au second rang, non sans de vives querelles, d’autres modalités comme la tradition ou l’histoire. Si la mémoire continue de fonder toute identité collective, elle a donné lieu ces dernières décennies à des formes inédites de revendications sociales et de politiques publiques. Elle est devenue une valeur cardinale de notre temps, un nouveau droit humain, un marqueur des sociétés démocratiques, qui repose sur l’idée qu’il faut agir rétroactivement sur l’Histoire, même révolue, pour la « réparer » et la réécrire au nom de principes qui fondent notre présent.Dans cet ouvrage, Henry Rousso, l’un des premiers historiens à avoir travaillé sur l’histoire du souvenir des grands traumatismes collectifs, s’intéresse aux évolutions récentes des usages et politiques de mémoire en France mais montre aussi à quel point la compréhension de ces phénomènes doit se penser à une échelle globale, européenne ou mondiale. L’enjeu est d’importance : l’investissement considérable des sociétés modernes pour entretenir le souvenir des catastrophes historiques ne les a pas prémunies contre un retour du tragique et de la violence de masse qu’elles pensaient ainsi conjurer.

Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016
Henry Rousso, Face au passé, Belin, 2016

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

Entretiens de Henry Rousso à propos de son livre :
– Les Inrockuptibles par Jean-Marie Durand, le 16 avril 2016 : “Les victimes de l’histoire en appellent plus à la connaissance qu’à la reconnaissance”.
– Sur RTS, Radio Télévision Suisse, le 15 avril 2016, dans Tout un monde, d’Eric Guevara-Frey et Patrick Chaboudez : L’Europe et le “plus jamais ça”.

“La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ?”, sur France Culture, avec Henry Rousso

La mémoire joue-t-elle contre l’histoire ?

C’était le thème de l’émission “Du grain à moudre”, de Hervé Gardette, sur France Culture, le 28 mars, 2016, avec Henry Rousso, auteur de Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Belin, 2016, et Patrick Boucheron, qui a traité de ce sujet dans sa leçon inaugurale au Collège de France.

Lien vers l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/la-memoire-joue-t-elle-contre-l-histoire

Lien vers Belin : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-face-au-passe-27503.php

 

Publication de La France en guerre froide : Nouvelles questions

L’ouvrage La France en guerre froide : Nouvelles questions vient de paraître sous la direction de Michel Hastings et Sylvie Le Clech aux Editions universitaires de Dijon (EUD).

fgf

Cet ouvrage rassemble des communications présentées lors des trois journées d’études qui s’étaient tenues aux Archives nationales (Paris et Fontainebleau) du 3 au 5 mars 2011 intitulés « la société française dans la Guerre froide » Continuer la lecture de Publication de La France en guerre froide : Nouvelles questions

Retour au Goulag avec Tomasz Kizny

Le Carnet de l’IHTP publie ici la traduction française de la préface par Nicolas Werth de l’édition polonaise du livre Gulag. Nous remercions Tomasz Kizny de nous autoriser à publier une sélection de photographies extraites de l’ouvrage.

Saluons l’initiative de Fundacja Picture et de l’Institut de la mémoire nationale (IPN) de publier enfin en polonais l’ouvrage magistral de Tomasz Kizny, Goulag, paru pour la première fois — en anglais — il y a plus de 15 ans. C’est en effet un livre unique en son genre, qui donne à voir ce que le régime soviétique a toujours essayé de cacher au monde — le plus grand et le plus durable système concentrationnaire du vingtième siècle (avec le Laogaï chinois), ce siècle justement qualifié de « siècle des camps ».

Légende à proposer
Monastère des Solovki.

Tomasz Kizny a eu la judicieuse idée de faire découvrir à ses lecteurs un certain nombre de lieux concentrationnaires emblématiques (les Solovki, le chantier du Belomorkanal, la Kolyma, Vorkouta, la « Voie morte » Salekhard-Igarka) à travers des photos d’archives, exhumées des fonds de l’administration du Goulag, mais aussi des photos qu’il a prises lui-même en se rendant sur place, dans la première moitié des années 1990. Il parvient à restituer ainsi simultanément l’histoire et la mémoire de ces lieux. Tâche ô combien difficile ! Les photos d’archives sont en effet le plus souvent soit des photos de commande (comme dans le cas du Belomorkanal, où de grands photographes, comme Alexandre Rodchenko ou Gustav Kloutsis, ou encore le photographe détenu Alexandre Boulla, ont été chargés par l’OGPU de « documenter » le chantier pénal), soit des clichés pris par des gardes ou des membres de l’administration férus de photographie. Ces photos posent problème : elles n’expriment, le plus souvent, ni l’enfermement, ni la contrainte, ni la souffrance (sans parler de la mort, totalement absente), tout au plus la fatigue d’un travail quotidien exténuant. Mais même cette fatigue peut être lue comme le signe du courage volontaire de celles et de ceux qui œuvrent pour le bien commun à travers la réalisation de grands travaux. Les baraquements ordonnés des camps, les infirmeries où « se reposent » les détenus affaiblis, les tablées de zeks en train de manger présentent l’image d’un monde somme toute pas si différent du monde libre. D’un monde qui œuvre, construit, bâtit, même si tout ce travail est parfaitement vain et inutile : un canal (le Belomorkanal) trop étroit et trop peu profond ; une voie ferrée (la « Voie morte ») jamais achevée et d’emblée dénuée d’intérêt économique. Continuer la lecture de Retour au Goulag avec Tomasz Kizny

Frédérique Langue propose une lecture de Emilio CRENZEL, La historia política del Nunca Más.

El punto de partida de este libro, oportunamente reeditado el año pasado, es parte del proceso memorial de rescate y justicia que se inició a raíz de la divulgación del informe de la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas (CONADEP) en 1984. Continuer la lecture de Frédérique Langue propose une lecture de Emilio CRENZEL, La historia política del Nunca Más.