L’ÉVÉNEMENT BACH, REPENSÉ PAR ÉDOUARD FERLET

En évoquant Bach dans notre contemporanéité, comment ne pas revenir d’abord à Glenn Gould ? Au moins pour un aspect de son jeu, visuellement remarquable : la position basse de son tabouret. Elle donne le sentiment d’une sorte d’humilité devant l’œuvre qu’il interprète, nous laissant presque croire qu’il est en train de déchiffrer la partition et qu’il est lui-même l’auditeur de ce qu’il est en train de jouer, comme dans un rêve éveillé. Dans le largo du concerto n°5 en fa mineur pour piano et orchestre (BWV 1056), la main gauche, d’une grâce extrême, se détache régulièrement du clavier. Même s’il n’y a pas d’indication d’un tempo de référence sur la partition, le rythme est volontiers lent. Dans une interprétation plus récente, Alexandre Tharaud joue quasiment deux fois plus vite. Il y a donc une grande liberté laissée aux pianistes, et ceux-ci en font leur miel.

Mais voici qu’à ces musiciens classiques se sont ajoutés depuis la fin des années cinquante des jazzmen, qui ont approché Bach avec la volonté de le relire avec leur technique, leur sens de l’improvisation, et, pour les plus ambitieux, une approche de déconstruction et de recomposition. Aujourd’hui, deux d’entre eux se distinguent : Dan Tepfer, qui a choisi d’ajouter à chacune des variations Goldberg, une composition libre (c’est ainsi que son CD s’appelle « Goldberg Variations/Variations« ), et Édouard Ferlet, qui a pris le parti de travailler à l’intérieur même de la structure originelle.

En 2012, Ferlet publie « Think Bach », principalement consacré au Clavecin bien tempéré, dont Michel Contat trouve qu’il « surprend et émeut. Il y a d’abord le rythme, son implacable régularité, à respecter, et la tentation mécanique, à déjouer. Comment ? En insufflant la passion à la mathématique. Seul moyen : donner vie aux croches non pas en altérant leurs valeurs mais en les soumettant à une dynamique vivante, en modifiant leur intensité. La frappe alterne alors profondeur et légèreté en un jeu très sérieux qui vise le plaisir pur de la forme » (Télérama, 1er octobre 2012). Quelques mois plus tôt, Ferlet évoquait dans une vidéo sa manière de travailler, alors qu’il n’avait pas encore terminé son CD, une des caractéristiques de ce musicien qui aime bien prendre son temps avant d’arrêter un choix, aidé en cela par Jean-Philippe Viret, dont la complicité bénéficie d’une confiance réciproque forgée depuis des années.

Désormais pris sur un long terme par cette rencontre avec l’univers claviériste de Bach, Édouard Ferlet se rapproche de la claveciniste Violaine Cochard. En 2015, baroque et jazz se croisent dans Bach Plucked/Unplucked. L’exercice joue dans les deux sens et le duo nécessite une grande précision dans la communauté de jeu.

Puis vient Think Bach Op. 2, qui a nécessité une longue préparation. Tirant parti de sa première expérience, Ferlet s’est donné davantage de liberté dans l’adaptation de Bach, sans pour autant affadir ou contredire sa rigueur. Dans la pochette du CD, il indique que l’ensemble des pièces jouées sont des « compositions » sauf une, le Largo du Concerto n°5 en fa mineur dont nous venons d’entendre, plus haut, l’interprétation de Gould. En le jouant d’abord sur sa seule main droite, Ferlet restitue la simple beauté mélodique de ce morceau. Les modifications apportées ensuite sont comme autant de touches discrètes d’un pianiste qui nous donne à entendre sa propre méditation. En studio d’enregistrement, le 7 décembre 2016, après plusieurs prises étalées sur deux jours, il faut conclure. Jean-Philippe Viret fait alors une suggestion :


Jean-Philippe Viret dialogue avec Édouard Ferlet, Studio Audio Lane, La Garenne-Colombes, 7 décembre 2016.

Avec « Mind The Gap », Ferlet indique dans le titre même l’écart qui sépare l’original de sa recréation. Il s’agit du Prélude en ut dièse majeur (BWV 872). En voici une interprétation par un pianiste, Friedrich Gulda, qui avait par ailleurs incorporé le jazz non pas dans la relecture d’œuvres classiques mais dans le déroulement de ses concerts (au risque de déplaire aux deux publics du jazz et du baroque)

Ferlet est habitué depuis plusieurs années à se servir de son ordinateur, qui est relié en permanence à son piano. Il y procède à une écriture virtuelle qu’il met ensuite à l’épreuve de la faisabilité pianistique. Tandis que la mémoire vive de la composition originelle accompagne le travail de création, se fixe progressivement une partition qui clôt l’œuvre et permet de la rendre disponible à tous sur le site web du musicien. La partition, comme manière de se forger une culture musicale : lorsqu’il était à Lunebourg, Bach, âgé de 15 ans, passait beaucoup de temps dans la bibliothèque municipale pour y recopier des partitions.

Pour ce prélude, Édouard Ferlet a commencé par enregistrer séparément les quatre voix, afin de les bien distinguer.

Puis il a trouvé par hasard sur le Web un enregistrement à deux djembé du percussionniste et batteur d’origine guadeloupéenne Sonny Troupé. Le tempo l’a intéressé et lui a même permis d’avoir une base rythmique pour structurer sa composition, comme il nous l’explique à son domicile le 23 mars dernier.

Le résultat est très convaincant et assez jubilatoire, offrant à l’oreille tantôt une sonorité de ragtime, tantôt un développement en boucle bien dans l’esprit du baroque. Cette espèce de joie ludique, qui a demandé du temps et du travail pour se donner dans cette familiarité, si elle s’inscrit dans le temps présent – et profane – rejoint sans aucun doute l’élévation spirituelle en même temps que l’ordinaire du quotidien de création de Bach.

Le CD s’ouvre par une composition inspirée du Prélude en sol dièse majeur (BWV 884), dont Ferlet célèbre la dimension « solaire » et la « générosité ». C’est très exactement ces qualités qui caractérisent Think Bach Op. 2 et qui devraient séduire un large public.

En concert le 13 mai prochain au café de la danse, Édouard Ferlet sera précédé en première partie par Guillaume Latil, puis entouré de Naïssam Jalal et Sonny Troupé. Nous avons hâte de voir comment à la liberté première de l’adaptation de Bach va s’ajouter celle du concert, et provoquer un effet de surprise et, qui sait, de transe.

Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Pour souligner la publication du 20e numéro de Conserveries mémorielles, nous diffusons ici son propos introductif, un texte de Frédérique Langue. Ce texte liminaire est suivi, plus bas, du sommaire du dossier thématique.

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

 

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Continuer la lecture de Publication du #20 de Conserveries mémorielles consacré à L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques

Séminaire « Épistémologie du Dessin » le 7 avril 2017

Vendredi 7 avril, à l’École des chartes  (12h-14h, 65, rue de Richelieu, Salle Molinier), dernière séance, pour l’année universitaire 2016-2017, du séminaire « Épistémologie du Dessin » (Ecole des Chartes/CNRS-IHTP).
Agnès Callu reçoit l’artiste Stéfane Perraud – présenté en 2016 dans l’exposition « Le Contemporain dessiné » (Arts décoratifs/Drawing Now Paris). Le dialogue portera sur la place assignée au dessin par le créateur dans son travail plastique.

Séminaire « Épistémologie du dessin » 31 mars 2017

Vendredi 31 mars, de 12h à 14h, à l’École des chartes (65, rue de Richelieu, Salle Molinier), dans le cadre du séminaire « Épistémologie du dessin » (ENC/IHTP), Agnès Callu engage une discussion avec Agnès Robi-Brami, Directeur de recherche (CNRS/INSERM), autour des possibles du Transhumanisme et, précisément, sur « Le Dessin, trace géométrique du mouvement humain ».

Séminaire « Épistémologie du dessin » le 24 mars

« Et le souffle devient signe » (F. Cheng). Ce sera le cas le vendredi 24 mars de 12h à 14h, dans le séminaire « Épistémologie du dessin » (École des Chartes/IHTP, 65, rue de Richelieu/Salle Molinier) quand Agnès Callu reçoit Yolaine Escande, Directeur de recherche au CNRS (EHESS/CRAL) et qu’elles débattent des enjeux du geste calligraphique.

Les Médiations de l’histoire, compte rendu de la séance inaugurale

La séance inaugurale du séminaire « Les Médiations de l’histoire », animé par Christian Delage et Guillaume Mazeau, a eu lieu le 23 février dernier. On trouvera, ci-après, le compte rendu de cette séance, enregistrée par Nicolas Schmidt,  transcrite et mise en page par Thibault Guichard. Rendez-vous le 23 mars à 17h à l’IHTP pour la deuxième séance.

Seance inaugurale

 

ISSN 2496-9478