Les Zeks du Canal de la mer Blanche : photographies

Le premier grand chantier du goulag, 1931-1933

Le musée de Petrozavodsk a hérité à la chute de l’URSS d’une collection exceptionnelle de 5610 photographies du chantier du canal de la mer Blanche. Ces clichés ont été réalisés sur commande de la police politique (O.G.P.U. ou Guépéou) entre l’automne 1931 où les travaux ont commencé et l’été 1933 où le canal a été inauguré. Sur la carte ci-dessous, le canal proprement dit est la section la plus au nord, du lac Onega à la mer Blanche.

Carte du BBK
Carte du Belomokanal

Jusqu’en 1991, l’accès à ces photos était réservé au KGB, héritier de l’O.G.P.U. Il a fallu attendre 2003 pour que de premières photos récupérées par le photographe polonais Tomasz Kizny paraissent à l’Ouest. Mais le fonds dans sa totalité n’a encore été exploré par aucun chercheur. En juin 2013, le musée de Petrozavodsk expose pour la première fois au public une cinquantaine de photos sous le titre ambigu « BBK, positifs et négatifs ». Lors d’une conférence scientifique à laquelle nous avons participé (18 et 19 juin 2014), a été également présenté un moteur de recherche qui devra permettre l’accès raisonné à l’ensemble de la collection désormais numérisée.

Un fonds unique par son contenu documentaire

Grâce à la confiance que nous a accordée M. Mikhaïl Goldenberg, directeur du musée régional de Carélie, nous avons pu avoir accès en avant-première à l’ensemble du fonds. Une part importante des clichés documente l’avancement du chantier et les procédés techniques mis en œuvre. Il répond à ce qui semble le premier souci des commanditaires : témoigner aux instances du Kremlin de la compétence de l’O.G.P.U. dans la conduite d’un chantier colossal. C’est en effet la première fois dans l’histoire de l’URSS que la police politique, qui gère directement le complexe pénitentiaire des camps depuis 1930, se voit confier un chantier d’une telle ampleur (environ 120 000 hommes), d’une telle technicité (19 écluses et un grand nombre d’ouvrages annexes : barrages, retenues, canaux latéraux…) et d’une telle étendue (220 km). Qui plus est, les conditions climatiques, sans être sibériennes, sont tout de même très rudes à proximité du cercle polaire (comparables au nord de la Finlande voisine).

Mais les clichés nous montrent aussi beaucoup de détenus et c’est à eux que nous souhaitons consacrer une exposition de photographies. On les voit principalement au travail à l’extérieur, été comme hiver (par -30°C), employés à fracturer des rochers, à charrier des pierres, à manier la brouette, le pic, la masse et plus rarement un outil moderne (le marteau-piqueur surtout). Ils sont aussi en forêt où ils abattent les dizaines de milliers de pins nécessaires à la construction des ouvrages et des bâtiments. Ils conduisent des attelages de chevaux, élèvent du bétail, cultivent des plantes en serre. Le travail à l’intérieur mobilise les hommes les moins aptes physiquement, ou bénéficiant de protections, et les femmes : cuisine, buanderie, repassage, couture, atelier de mécanique, de typographie.

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

L’O.G.P.U., jusqu’en 1936, mène une politique active de communication dont le maître-mot est la « perekovka » (littéralement « refonte), autrement dit la rééducation par le travail forcé. Le bagne est présenté au public comme un lieu d’amendement voire de renaissance, de régénération où les éléments socialement fourvoyés (dans l’oisiveté, la délinquance, les trafics, la prostitution…), et notamment les jeunes qui ont grandi dans la rue (les « bezprizorny ») vont, sous la conduite rude mais paternelle des « tchékistes » (les agents de l’OGPU ont conservé cette appellation qui date de la Tchéka, la première police politique bolchévique) rentrer dans le droit chemin de la société des travailleurs soviétiques. Au cours de l’année 1933, le canal reçoit ainsi la visite d’une centaine d’écrivains, d’une équipe de cinéma et du maître de la photographie soviétique, Alexandre Rodtchenko. Tous vont contribuer activement à la propagande de la « perekovka » qui donnera lieu sous le patronage de Maxime Gorki à un livre collectif richement illustré (paru en janvier 1934), à une pièce de théâtre jouée en 1935 et à un film réalisé en 1936. Parallèlement, l’inauguration du canal s’accompagne de nombreux reportages et du lancement d’une nouvelle marque de cigarettes, les Papirossy Belomorkanal, l’équivalent de nos Gauloises, qui va connaître une immense popularité.

Le fonds photographique de Petrozavodsk documente certaines activités de caractère éducatif et culturel (formation technique pour les futurs cadres, brigade d’agit-prop) mais il révèle surtout l’omniprésence de l’encadrement politique. Chaque étape importante du chantier, chaque commémoration de la révolution d’Octobre et chaque 1er mai s’accompagnent de longs meetings auxquels les détenus sont contraints d’assister. Les baraquements sont tous équipés d’un « coin rouge » où se déroulent les réunions politiques sous l’effigie de Lénine, Staline etc.

17 oct 1932 Cours de ciné-mécanique au camp n°2 6e section

À la différence des reportages réalisés à la veille de l’inauguration, notamment par Rodtchenko, le fonds de l’O.G.P.U. débute dès la fin 1931, alors qu’il n’existe dans la région qu’une voie de chemin de fer reliant Leningrad à Mourmansk et quelques villages clairsemés autour de grands lacs. Il montre les toutes premières étapes du chantier, quand l’O.G.P.U. tâtonne (au prix de nombreuses victimes mortes de froid) et doute encore d’aboutir avec succès.

Les zeks, un monde bigarré

La construction du canal aurait causé selon les différentes sources entre 10 000 et 25 000 morts, principalement à cause du froid, des accidents, des maladies, de la sous-alimentation. Ce fonds n’exhibe pas les aspects les plus répressifs du goulag, cachots, exécutions des récalcitrants à la « rééducation », épuisement des plus faibles et des malades mais tel qu’il est, il est une source sans aucun équivalent sur le monde du goulag. On découvre le système des camps dans sa première phase d’expansion, celle qui va de 1930 à 1937 et voit la population pénitentiaire passer de 200 000 à un million d’individus tandis que la police politique devient le premier entrepreneur de travaux publics du pays.

La majorité des détenus sont alors des paysans, propriétaires supposés riches qualifiés de « koulaks », que la collectivisation menée, avec une extrême brutalité, a spoliés et rejetés parmi les ennemis du socialisme. Les élites urbaines sont également représentées mais dans une moindre mesure compte tenu de leur faiblesse numérique dans l’URSS de l’époque. La répression frappe aussi les minorités nationales, notamment celles d’Asie centrale qui ont opposé une longue résistance à la mise en place du pouvoir bolchévik. Dans le jargon de l’époque, ce sont les « natsmen » (natsionalny mentchestvo). Enfin le goulag reçoit aussi tous les délinquants de droit commun condamnés à des peines supérieures à trois ans, les catégories traditionnelles des marginaux des villes (voleurs, proxénètes) auxquelles s’ajoute un grand nombre d’auteurs de délits économiques à mesure que la législation s’alourdit.

Les photos montrent aussi des femmes de tous âges qui représentent, d’après les données connues, environ 10% des effectifs. Comme les hommes, elles ont été arrêtées pour des motifs variés et souvent totalement arbitraires : épouses de koulak, convictions religieuses, prostitution, vagabondage, défaut de passeport intérieur (document officiel obligatoire pour circuler et résider en ville), agitation anti-soviétique…

Un fonds exceptionnel par sa qualité artistique

L’auteur de ces clichés est un bagnard qui n’a pas été choisi au hasard par l’administration. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’Alexandre Boulla. Héritier avec son frère Viktor Boulla du très célèbre studio de photographie créé par leur père, Karl Boulla, sur la perspective Nevski (aujourd’hui devenu musée-galerie), il est un spécialiste reconnu de la photographie de studio. Jusqu’à son arrestation en 1929, il a eu un grand nombre de commandes officielles. Il serait mort en Carélie après sa libération.

Jour après jour pendant deux ans, le photographe, qui probablement travaillait seul sous contrôle étroit de l’administration du camp, a collé dans de grands albums ses clichés. Ils sont tous soigneusement numérotés et légendés. La collection complète permet de reconstituer une espèce de film de l’avancement du chantier depuis le creusement des premières fondations jusqu’à la mise en eau du canal et des écluses.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Certaines photographies panoramiques frappent par l’ampleur de la composition, par la puissance du noir et blanc. La collection comporte de nombreux portraits de groupe posés à l’occasion d’un événement remarquable : la journée internationale des femmes du 8 mars, la fin d’études d’une promotion de chefs d’équipe, la remise d’un drapeau rouge à une équipe méritante… Les scènes d’intérieur révèlent aussi un art singulier de la lumière (généralement oblique) et de la composition.

Telle qu’elle est, cette collection n’a pas fini d’intriguer les historiens, les amateurs de photographie et le grand public. Celui-ci, qui n’a pas en tête d’image précise du goulag ou l’imagine sur le modèle des camps de concentration nazis, sera surpris de voir la diversité de cette micro-société implantée par la contrainte dans une contrée semi-sauvage d’une grande beauté.

Données techniques

La collection appartient aux archives du musée régional de Carélie. Elle se présente sous la forme de huit grands albums contenant chacun près de mille tirages noir et blanc. La taille des tirages est le plus souvent de 8 x 10 cm. Les négatifs sur plaque de verre ont été détruits.

Des scans de définition moyenne ont été réalisés en 2010.


 

Afin de poursuivre sur cette thématique :

– voir les documents rassemblés par Anne Brunswic sur son site.
– L’ouvrage d’Anne Brunswic, Les Eaux glacées du Belomokanal, Arles, Actes Sud, 2009.